On a tous de bonnes questions sur la vaccination

Les raisons de se faire vacciner sont nombreuses. On le fait entre autres pour se protéger des complications et des risques liés à plusieurs maladies infectieuses, mais aussi pour empêcher la réapparition de ces maladies évitables par la vaccination.

La campagne de vaccination contre la COVID-19 en cours vise à prévenir les complications graves et les décès liés à la COVID-19. Par la vaccination, on cherche à protéger notre système de santé et à permettre un retour à une vie plus normale.

Quand la vaccination a-t-elle commencé ?

La vaccination contre la COVID-19 a débuté au Québec dès la réception des premières doses en décembre 2020. Puisque la disponibilité des vaccins est restreinte, certains groupes plus à risque de développer des complications liées à la COVID-19 sont vaccinés en priorité. À mesure que les vaccins seront disponibles au Canada, la vaccination sera élargie à d’autres groupes.

Ordre de priorité des groupes à vacciner

1. Les personnes vulnérables et en grande perte d’autonomie qui résident dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) ou dans les ressources intermédiaires et de type familial (RI-RTF).

2. Les travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux en contact avec des usagers.

3. Les personnes autonomes ou en perte d’autonomie qui vivent en résidence privée pour aînés (RPA) ou dans certains milieux fermés hébergeant des personnes âgées.

4. Les communautés isolées et éloignées.

5. Les personnes âgées de 80 ans ou plus.

6. Les personnes âgées de 70 à 79 ans.

7. Les personnes âgées de 60 à 69 ans.

8. Les personnes adultes de moins de 60 ans qui ont une maladie chronique ou un problème de santé augmentant le risque de complications de la COVID-19.

9. Les adultes de moins de 60 ans sans maladie chronique ni problème de santé augmentant le risque de complications, mais qui assurent des services essentiels et qui sont en contact avec des usagers.

10. Le reste de la population de 16 ans et plus.

Quelle est la stratégie d’approvisionnement des vaccins ?

Le gouvernement du Canada a signé des accords d’achats anticipés pour sept vaccins prometteurs contre la COVID-19 auprès des compagnies suivantes : AstraZeneca, Johnson & Johnson, Medicago, Moderna, Novavax, Pfizer et Sanofi Pasteur/GlaxoSmithKline. Ces achats sont conditionnels à l’autorisation des vaccins par Santé Canada.

À ce jour, les vaccins des compagnies Pfizer et Moderna ont obtenu l’autorisation d’être distribués au Canada. Des vaccins de plus d’une compagnie seront utilisés afin d’accélérer la vaccination contre la COVID-19.

Quels types de vaccins contre la COVID-19 sont étudiés ?

Trois types de vaccins font l’objet d’études à l’heure actuelle.

Vaccins à ARN : Ces vaccins contiennent une partie d’ARN du virus qui possède le mode d’emploi pour fabriquer la protéine S située à la surface du virus. Une fois l’ARN messager à l’intérieur de nos cellules, celles-ci fabriquent des protéines semblables à celles qui se trouvent à la surface du virus grâce au mode d’emploi fourni par l’ARN messager. Notre système immunitaire reconnaît que cette protéine est étrangère et produit des anticorps pour se défendre contre elle. Le fragment d’ARN est rapidement détruit par les cellules. Il n’y a aucun risque que cet ARN modifie nos gènes.

Vaccins à vecteurs viraux : Ils contiennent une version affaiblie d’un virus inoffensif pour l’humain dans lequel une partie de la recette du virus de la COVID-19 a été introduite. Une fois dans le corps, le vaccin entre dans nos cellules et lui donne des instructions pour fabriquer la protéine S. Notre système immunitaire reconnaît que cette protéine est étrangère et produit des anticorps pour se défendre contre elle.

Vaccins à base de protéines : Ils contiennent des fragments non infectieux de protéines qui imitent l’enveloppe du virus. Notre système immunitaire reconnaît que cette protéine est étrangère et produit des anticorps pour se défendre contre elle.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.