Prix Juno

Kaytranada, Louis-Jean Cormier, l’OSM et Klô Pelgag primés

Parmi les artistes québécois en lice, quatre ont été récompensés lors de la Soirée d’ouverture des prix Juno 2021. Kaytranada, Louis-Jean Cormier, Klô Pelgag et l’OSM ont remporté des prix au gala tenu vendredi soir.

Louis-Jean Cormier

C’est Louis-Jean Cormier qui a remporté le prix de l’album francophone de l’année – présenté par Dominique Fils-Aimé – pour son troisième album solo, Quand la nuit tombe.

Il rivalisait avec 2Frères (À tous les vents), Les Cowboys Fringants (Les antipodes), Pierre Lapointe (Pour déjouer l’ennui) et Klô Pelgag (Notre-Dame-des-Sept-Douleurs).

Vêtu d’un chandail du Canadien de Montréal, l’interprète a remercié chaleureusement le public et les autres finalistes.

« Je suis très, très content. [Quand la nuit tombe] est un album tellement important et j’aime qu’il reçoive encore de la lumière et de l’amour. »

— Louis-Jean Cormier

Le disque traite de sujets délicats comme le racisme et la religion, ce qui ajoute à sa gratitude, a affirmé le gagnant.

Il s’agit d’un troisième prix Juno pour le musicien originaire de Sept-Îles. « Ç’a toujours été une fierté pour moi de rayonner aux Juno. »

Orchestre symphonique de Montréal

Un 18Juno pour l’OSM ! L’ensemble ajoute cette année à sa liste de récompenses le prix de l’album classique de l’année – grand ensemble.

Enregistré en 2019 et dirigé par le chef Kent Nagano en concert à la Maison symphonique de Montréal, l’album récompensé, Œuvres pour violon et orchestre, rassemble des morceaux interprétés avec Andrew Wan, violon solo de l’OSM : le Concerto pour violon, op. 30, d’Alberto Ginastera, une partition qui nécessite sept percussionnistes maniant une cinquantaine d’instruments, l’imposante Sérénade pour violon solo, cordes, harpe et percussions de Leonard Bernstein, inspirée du Banquet de Platon, et le Concerto pour violon « Adrano » de Samy Moussa, création mondiale et commande de l’OSM.

En mêlée de presse, Kent Nagano s’est dit enchanté de cette reconnaissance. Il souhaite que l’engouement pour la musique classique au Québec ne ralentisse pas. « Au début, la musique populaire était de la musique classique. Parfois, la façon dont on communique ces grands chefs-d’œuvre est problématique. On a eu énormément de succès avec l’OSM, mais on doit se demander comment on peut mieux faire partager cette grande musique. »

Kaytranada

Le beatmaker montréalais Kaytranada est lauréat dans la catégorie Enregistrement dance de l’année pour Bubba, deuxième album du virtuose de l’électro.

Gagnant de deux prix Grammy, récompensé au Gala de la SOCAN, à l’affiche du festival Lollapalooza aux côtés des ultra-populaires Post Malone, Miley Cyrus, Megan Thee Stallion… Inutile de le répéter, c’est une période faste pour le DJ montréalais, de son vrai nom Kevin Célestin.

« [Les Grammy] ont été vraiment un grand boost pour moi. J’ai plus de demandes, ça me garde très occupé. Je suis comme : “Wow, je peux travailler avec cette personne-là !” »

— Kaytranada

L’automne dernier, Kaytranada avait dénoncé un manque d’ouverture de la scène musicale et médiatique québécoise par rapport à sa carrière et au style de musique qu’il pratique.

« Je peux voir depuis quelque temps que les médias québécois essaient d’évoluer. Reste que j’ai plus d’opportunités à Los Angeles. »

Klô Pelgag

L’équipe derrière la pochette de l’album Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, de Klô Pelgag, a été récompensée pour son minutieux travail par le prix du graphisme d’album de l’année.

Le directeur artistique Julien Hébert, le concepteur David Beauchemin, l’illustratrice Florence Obrecht et le photographe Marc-Étienne Mongrain ont récolté les honneurs pour cette couverture d’album aux allures de peinture classique.

Habitué aux concours de design, David Beauchemin s’est réjoui de la nouvelle.

« C’est encore plus flatteur d’avoir un regard du grand public et de représenter le design graphique à travers la musique. »

— David Beauchemin

Les créateurs ont remercié la chanteuse pour sa « sensibilité visuelle ».

L’autrice-compositrice-interprète Klô Pelgag était également en lice aux prix Juno cette année dans la catégorie de l’album francophone de l’année.

Elle faisait partie des trois finalistes ayant offert une performance musicale pour ponctuer ce gala virtuel.

Le public a eu droit à une électrisante et captivante performance préenregistrée au Café Cléopâtre de sa chanson Mélamine. « La pandémie, ç’a été dévastateur, mais les contraintes, parfois, ça peut nourrir la créativité », a-t-elle dit en mêlée de presse.

Elle doute toutefois que cette place de choix aux Juno lui offre une visibilité majeure dans le reste du pays, admet-elle. « On aurait été tellement heureux que ce soit présenté dans le gala principal, dimanche. Je ne peux pas cacher le fait que ç’aurait été préférable que ça se passe comme ça. En même temps, je suis reconnaissante pour ça. »

La 50e Soirée des prix Juno, où six statuettes seront remises, sera diffusée dimanche soir. Les Cowboys Fringants sont en lice pour le prix Choix du public, une première dans leur parcours musical. Ils auront de la compétition : Justin Bieber, Shawn Mendes et The Weeknd sont également finalistes.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.