Génie

Quatre nouveautés dans les universités

Le génie évolue sans cesse, les programmes de formation dans les universités et les écoles de génie aussi. Même si les grands domaines traditionnels de génie comme mécanique et civil restent, de nouvelles façons de faire se développent. En voici quatre exemples.

Projet majeur de conception multidisciplinaire

Comme les ingénieurs sont appelés dans leur vie professionnelle à constamment collaborer avec des collègues d’autres disciplines, l’Université de Sherbrooke (UdeS) a décidé de commencer à les faire travailler ensemble sur les bancs d’école. Ainsi, les étudiants en génie mécanique, électrique, informatique et robotique qui ont obtenu leur diplôme en décembre dernier ont été les premiers à pouvoir joindre leurs compétences pour réaliser leur projet de fin de baccalauréat. Plus de la moitié des équipes formées étaient multidisciplinaires et elles ont montré qu’elles pouvaient réaliser des projets plus complexes en touchant à plus de composantes. L’UdeS souhaite prochainement étendre l’initiative pour permettre aussi aux étudiants des autres types de génie (chimie, biotechnologique, du bâtiment et civil) de se joindre à des équipes multidisciplinaires pour leur projet de fin de baccalauréat.

Microprogramme de 2e cycle en industrie 4.0

Alors que les entreprises québécoises ont encore beaucoup de défis à relever en matière de transformation numérique, Polytechnique Montréal a créé un nouveau microprogramme de deuxième cycle en industrie 4.0. Il s’adresse aux ingénieurs ou à d’autres professionnels qui souhaitent améliorer leurs connaissances dans le domaine afin de pouvoir élaborer des stratégies d’affaires en matière de transformation numérique des entreprises manufacturières, de la construction, minières, agroalimentaires, etc. Ce microprogramme de 12 crédits peut faire partie du programme de diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en technologie. Les cours se donnent le jour et le soir et ils doivent être réalisés en deux ans maximum.

Programme court – Entreprise numérique

Les technologies de ruptures qu’on peut voir apparaître dans la quatrième révolution industrielle peuvent changer la donne pour les entreprises, mais encore faut-il savoir comment les intégrer et en tirer profit. L’École de technologie supérieure (ETS) a créé un programme court de deuxième cycle en entreprise numérique pour les ingénieurs et les autres professionnels qui souhaitent concevoir et gérer des changements socio-techniques de façon à assurer une transformation numérique durable. Ce programme multidisciplinaire de 15 crédits peut se réaliser à temps plein ou partiel. Il est aussi possible de poursuivre ses études dans ce domaine pour aller chercher 15 crédits de plus et obtenir un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en entreprise numérique.

Concentration en bâtiment durable – génie mécanique

Une concentration en génie du bâtiment durable a été créée dans le programme de baccalauréat en génie mécanique de l’Université Laval. Puisque concevoir des bâtiments performants exige une grande collaboration avec différents acteurs de l’industrie, cette concentration permet d’acquérir des connaissances multidisciplinaires dans des champs d’expertise liés aux bâtiments tels que l’énergie, le confort, l’architecture, l’électricité, la structure, la commande et l’environnement. Elle accorde aussi une grande importance aux travaux pratiques collaboratifs. L’Université Laval souhaite ainsi former des ingénieurs mécaniques capables de concevoir et d’améliorer des machines au service de l’être humain. Cette concentration de 18 crédits est accessible dès la deuxième année du parcours.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.