COVID-19 / Inde

Devant une flambée des cas, la vaccination ouverte à tous

L’Inde a ouvert samedi sa campagne de vaccination contre la COVID-19 à l’ensemble de sa population adulte, malgré la pénurie de vaccins, pour freiner l’explosion des contaminations. Retour sur une journée marquée par un triste record.

Première mondiale

L’Inde a répertorié samedi 401 993 nouvelles contaminations en 24 heures, une première mondiale, a annoncé le ministère de la Santé. Au total, plus de 151 millions de personnes ont été contaminées dans le monde depuis fin 2019, dont plus de 3,18 millions sont décédées, selon un bilan de l’AFP samedi. Pendant le seul mois d’avril, l’Inde a détecté environ sept millions de nouvelles infections. Quelque 3523 morts ont été enregistrées samedi pour la journée écoulée, portant le total à 211 853 décès. Nombre d’experts estiment toutefois que les chiffres réels sont beaucoup plus élevés.

Vaccination pour tous : objectif réaliste ?

L’ambition de ce pays de 1,3 milliard d’habitants de vacciner ses 600 millions d’adultes semble déjà compromise. Plusieurs États, dont le Maharashtra et Delhi – parmi les plus touchés –, ont prévenu qu’ils étaient à court de vaccins et que le déploiement élargi de la campagne était menacé par des querelles administratives, une confusion sur les prix et des problèmes techniques sur la plateforme numérique de vaccination du gouvernement. Jusqu’à présent, environ 150 millions de vaccins ont été administrés, ce qui représente 11,5 % de la population, et à peine 25 millions d’habitants ont reçu leurs deux doses. « Les files d’attente ici sont tellement énormes », a déclaré Jayanti Vasant, dans un centre de vaccination très fréquenté de Bombay, « et les gens ne cessent de se battre ».

Le Dr Fauci recommande un confinement

L’Inde doit imposer un confinement de plusieurs semaines pour tenter de freiner l’épidémie dévastatrice de COVID-19, a déclaré le conseiller médical de la Maison-Blanche, l’immunologue Anthony Fauci, dans une interview à la presse indienne. Le gouvernement du premier ministre indien Narendra Modi s’est montré réticent à la mise en place d’un nouveau confinement au niveau national après avoir instauré cette mesure il y a un an, qui a notamment durement frappé l’économie de son pays. « Je pense que le plus important dans l’immédiat est d’obtenir de l’oxygène, des fournitures, des médicaments », a déclaré M. Fauci dans une interview publiée par le quotidien Indian Express, insistant sur la nécessité « immédiate » d’imposer un confinement. Cette mesure ne doit pas nécessairement durer « six mois », elle peut être « temporaire pour mettre un terme au cycle de transmission », a-t-il souligné. « Personne n’aime voir un pays confiné […], mais si vous le faites juste pour quelques semaines, vous pourriez avoir un impact significatif sur la dynamique de l’épidémie », a-t-il ajouté. New Delhi va rester confinée une semaine supplémentaire à cause de la flambée de contaminations au coronavirus, ont annoncé les autorités de la mégapole samedi.

Incendie dans un hôpital

Une autre tragédie a frappé, tôt samedi, alors qu’un incendie dans un hôpital soignant des patients atteints de la COVID-19 a tué 18 personnes, soit 16 malades et 2 infirmières. Le feu s’est déclaré dans une salle au rez-de-chaussée de l’hôpital de Bharuch, une ville de l’État du Gujarat. Les flammes ont été éteintes en une heure, a indiqué la police. La cause de l’incendie fait l’objet d’une enquête. Trente et un patients ont été sauvés par des employés de l’hôpital et des pompiers. Leur état était stable, a précisé un policier. À la fin du mois dernier, un incendie dans une unité de soins intensifs avait tué 13 patients infectés par la COVID-19 dans la région de Virar en périphérie de Bombay.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.