Fruit d’Or

Petits fruits, grande croissance

En activité depuis 2000, Fruit d’Or alimente un vaste réseau national et mondial d’adeptes de canneberges et de bleuets sauvages. Forte d’une impressionnante croissance, la PME de 400 employés demeure toujours fidèle à ses racines. Là où s’invitent l’esprit de famille, la responsabilité sociale et les initiatives environnementales.

Fleuron du Centre-du-Québec, Fruit d’Or s’illustre également par son modèle de gestion. En témoigne sa requalification en 2022 dans la catégorie Renaissance Or des Sociétés les mieux gérées au Canada. Cette prestigieuse distinction couronne les organisations qui conservent ce titre pendant cinq années consécutives. Fondateur et président du conseil d’administration, Martin Le Moine évoque le parcours et le destin de l’entreprise familiale.

Des racines solides

Tout part d’une ferme et d’une vision : cultiver une canneberge biologique. « Au milieu des années 90, nous étions plutôt en avance sur notre temps ! » relate Martin Le Moine. Mais malgré sa bonne volonté, il trouve peu d’acheteurs pour son produit, et les canneberges stagnent en entrepôt. La solution ?

« Nous avons créé Fruit d’Or. Et par la même occasion, nous avons assuré la valorisation et la mise en marché de la canneberge.  »

— Martin Le Moine, fondateur et président du conseil d’administration de Fruit d’Or

Oui, ces fameux atocas, petites baies rouges dont le goût acidulé excite les papilles du monde entier.

Fruit d’Or a donc commencé avec quelques fermes et n’a cessé de se développer au fil des ans. Aujourd’hui, plus de 80 producteurs approvisionnent son centre de service (Villeroy) et ses usines de transformation (Plessisville et Carver au Massachusetts). Ses bureaux de Saint-Hyacinthe couvrent les aspects innovation et marketing.

En 20 ans, Fruit d’Or a constamment diversifié et modernisé ses activités. En 2018, l’annonce d’une prise de participation majoritaire dans Bleuets Mistassini unissait sa destinée à celle de la famille Fortin, important producteur et exportateur de bleuets sauvages.

Deux ans auparavant, en 2016, Fruit d’Or lançait la marque Patience Fruit & Co pour offrir une gamme complète de collations biologiques aux consommateurs. Jus purs, célèbres bonbons surets de canneberge et bleuets sauvages séchés garnissent depuis les tablettes des supermarchés. À la même période, Fruit d’Or développait aussi un éventail de produits nutraceutiques destinés aux fabricants de produits de santé naturels.

Un leader mondial

Avec Fruit d’Or en tête, le Québec est ainsi devenu un leader mondial au rayon des petits fruits biologiques emblématiques de son territoire. « La première année, nous avons transformé environ 450 tonnes de fruits. Actuellement, ce chiffre avoisine les 75 000 tonnes », indique Martin Le Moine. Autrement dit, 75 millions de kilos de canneberges et de bleuets sauvages !

« Je suis le premier surpris par la taille de l’organisation », confie l’entrepreneur en souriant, heureux de participer à l’économie et à la vitalité agricole du Québec. « Mais ce dont je suis le plus fier, c’est que partout dans l’entreprise, là où plusieurs membres de ma famille sont d’ailleurs actifs, nous partageons des valeurs communes, en commençant par le respect et l’innovation. »

Martin Le Moine attribue la réussite de Fruit d’Or « aux relations privilégiées avec les agriculteurs et les investisseurs, au transfert du savoir, au développement des procédés et à la collaboration avec des agronomes d’avant-garde ». Et tout cela se fait sans déraciner l’entreprise, qui est solidement ancrée dans la région.

« Depuis ses débuts, Fruit d’Or mise sur la croissance des affaires, mais aussi sur les retombées durables et positives qu’elle génère pour la société. Et pour l’environnement.  »

— Martin Le Moine, fondateur et président du conseil d’administration de Fruit d’Or

Des valeurs en or

En matière de responsabilité sociale d’entreprise, Fruit d’Or est aussi dans l’action. Un comité veille à l’application des meilleures pratiques et la direction aspire même à la certification B Corp, l’une des plus convoitées au monde sur les plans de l’innovation et de la gouvernance.

L’efficacité énergétique, la circulation de l’eau, les circuits courts, la récupération de chaleur, la réduction du gaspillage, l’optimisation de la ressource et l’accessibilité à des dizaines de bornes de recharge pour véhicules électriques s’inscrivent parmi les préoccupations et les réalisations de l’entreprise sur le plan environnemental. « À ce chapitre, notre région est parmi les plus avancées sur le continent », signale Martin Le Moine.

Un horizon prometteur

Si les efforts et les investissements en développement durable de Fruit d’Or sont salués, la qualité de ses environnements de travail l’est tout autant. « Comme dans toutes les organisations, la pénurie de main-d’œuvre est une réalité. Mais avec la culture, les valeurs, l’évolution et l’esprit familial de Fruit d’Or, nous sommes bien équipés pour y faire face », assure son fondateur.

Et l’avenir ? « Nous allons faire encore mieux ! » promet Martin Le Moine.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.