À deux vitesses

Surprises et déceptions : les qualifications du Grand Prix du Canada ont produit une grille de départ intéressante. Si certains pilotes ont bien fait sur la chaussée mouillée, qu’en sera-t-il ce dimanche ?

Grand Prix du Canada

Max Verstappen prédit une course serrée

Pour la première fois depuis 2013, c’est une voiture Red Bull qui partira de la position de tête au Grand Prix du Canada. Au volant : le champion en titre Max Verstappen.

Le pilote de 24 ans a enregistré un temps de 1 min 21,299 s sur la piste mouillée lors des qualifications, samedi en fin de journée. Il a ainsi décroché sa deuxième position de tête de la saison et sa 15e en carrière.

La pluie qui s’abattait sur l’île Notre-Dame depuis le début de la journée n’a cessé qu’à la fin de la première séance de qualifications.

« Ce n’était pas facile pour moi en Q1, mais c’est devenu de plus en plus plaisant à mesure que la piste s’asséchait, a indiqué Verstappen en conférence de presse. On a commencé à avoir plus d’adhérence. »

« Les pneus ont enfin commencé à fonctionner un peu mieux et c’était amusant à conduire », a-t-il ajouté.

Verstappen avait également dominé la première journée d’essais libres, vendredi, dans de bien meilleures conditions. « Le rythme à long terme était correct [vendredi], a-t-il indiqué à ce sujet. C’était assez proche avec Ferrari. Ça va être une course intéressante [ce dimanche]. »

Sauf que ce n’est pas une Ferrari qui se trouvera tout juste derrière lui sur la grille de départ, dimanche. À la surprise générale, c’est Fernando Alonso qui a réussi le deuxième temps à bord de son Alpine. Il a terminé à 0,645 s de Verstappen.

L’Espagnol a connu une de ses meilleures journées depuis fort longtemps ; il s’était aussi illustré en dominant la troisième séance d’essais libres sous la pluie, plus tôt samedi. C’est la première fois en 10 ans que le pilote de 40 ans se fraye une place sur la première rangée de la grille.

« La voiture était rapide dans toutes les conditions [samedi]. Jusqu’à présent, ç’a été un excellent week-end », a-t-il mentionné.

« Ce n’était pas dans nos rêves les plus fous de finir en position de tête cette saison, alors nous acceptons certainement cette deuxième place. C’est peut-être meilleur que n’importe quelles attentes. »

— Fernando Alonso

Quand on lui a demandé ce que ce résultat signifiait pour son équipe, qui n’a aucun podium depuis le début de la saison, le vétéran a lancé : « Ils sont très heureux en ce moment. Ils boivent quelques bières, je crois ! »

Ce sera aussi une première pour Verstappen au côté d’Alonso à l’avant de la grille. « Fernando se fait un peu vieux, mais il est encore très rapide ! a lancé le Néerlandais en riant. Je sais qu’il a de bons départs, alors je devrai être prêt ! »

« Quand j’étais jeune, je le regardais gagner des courses et des championnats, alors c’est merveilleux de partager la première ligne avec lui », a-t-il ajouté.

Un autre Espagnol à l’avant

C’est un autre Espagnol, celui qui conduit une Ferrari, Carlos Sainz fils, qui a réussi le troisième temps des qualifications. Le pilote de 27 ans, qui manque de constance depuis le début de la saison, aura l’occasion de faire un cinquième podium en neuf courses, dimanche. Sainz fils n’a pas encore remporté de Grand Prix cette saison, contrairement à son coéquipier Charles Leclerc.

« La clé sera d’avoir un bon départ et ensuite de bien faire en course, a-t-il laissé entendre. Nous avons le rythme pour rattraper Max. Si on se fie à vendredi, ça devrait être proche. Nous savons que [les Red Bull] ont une excellente gestion en course, mais je pense quand même qu’on peut y arriver. »

C’est Lewis Hamilton qui partira quatrième. Il s’agit, étonnamment, de son meilleur résultat en qualifications jusqu’ici cette saison.

« Nous avons travaillé tellement fort. Cette semaine a été difficile et je suis reconnaissant de piloter malgré la douleur. Venir ici, avec une voiture qui a encore des ennuis, avoir ce résultat dans ces conditions, c’est génial. »

— Lewis Hamilton

Surprise, ce sont les deux voitures Haas de Kevin Magnussen et de Mick Schumacher qui s’aligneront aux 5e et 6e rangs, suivies de l’autre Alpine, celle d’Esteban Ocon. George Russell (Mercedes), Daniel Ricciardo (McLaren) et Zhou Guanyu (Alfa Romeo) compléteront le top 10.

Sergio Pérez ne connaît pas le week-end escompté à bord de sa Red Bull. Le Mexicain a fait de l’aquaplanage et est sorti de piste au virage 3. Il a frappé le muret et a dû rentrer aux puits à pied. Le pilote de 32 ans, qui pointe au deuxième rang des pilotes derrière son coéquipier, devra se contenter de la 13e place sur la grille de départ.

Le Grand Prix du Canada commencera à 14 h, ce dimanche. Et disons que ça promet : trois des quatre premiers sur la grille sont d’anciens champions du monde…

Grand Prix du Canada

Stroll et Latifi en queue de peloton

Les Canadiens Lance Stroll et Nicholas Latifi n’ont guère eu de chance, samedi, en qualifications du Grand Prix du Canada. Éliminés dès la première partie des qualifications, avec respectivement les 18e et 19temps, ils devront partir en queue de peloton.

Pourtant bien placé la veille lors des essais libres, Stroll s’est battu au volant d’une Aston Martin littéralement impossible à conduire. « Ça s’était bien passé hier [vendredi] et encore ce matin, mais tout avait changé en Q1, a expliqué le pilote en point de presse. Nous n’avions aucune adhérence et, en plus, il y a eu un drapeau jaune à la fin, mais je ne crois pas que cela aurait vraiment changé grand-chose. C’est difficile à comprendre. »

Plus direct, l’Allemand Sebastian Vettel, coéquipier de Stroll chez Aston Martin, ne cachait pas sa colère après sa 17place. « C’est très décevant, car je crois que nous aurions pu avoir un excellent résultat dans ces conditions, encore mieux que nous l’avions fait sur le sec [quatrième, vendredi]. Il va d’abord falloir essayer de comprendre ce qui s’est passé. Nous avions bien fait vendredi en essais libres, et plus rien ne fonctionnait aujourd’hui [samedi]. »

« Je ne sais pas où nous nous sommes trompés, peut-être dans la préparation des pneus, mais nous ne pouvions vraiment faire mieux aujourd’hui avec cette voiture, et c’est difficile à accepter. »

— Sebastian Vettel

« Je suis un peu plus calme maintenant et il faut penser à la course. Nous sommes probablement plus rapides que les voitures juste devant nous. Avec une bonne stratégie, nous pourrons remonter et peut-être aller chercher quelques points. Mais nous devons d’abord comprendre ce qui s’est passé aujourd’hui ! »

Latifi déçu

Pour sa part, Latifi ne cachait pas sa déception. Resté à près de deux secondes de son coéquipier Alex Albon en Q1, il n’a jamais été en position de progresser. Comble de malchance, il avait perdu du temps précieux en piste lors de la dernière séance d’essais libres après avoir happé une marmotte !

« C’est frustrant, bien sûr. J’aurais aimé faire mieux ici devant les amateurs canadiens. Les conditions étaient très difficiles, avec peu de visibilité et pas beaucoup d’adhérence. J’ai donné le maximum, mais c’était vraiment difficile en raison du manque d’équilibre de la voiture. Nous allons travailler sur la voiture, essayer de trouver de bons réglages pour la course. On verra bien… »

Stroll et Latifi ont pu grimper d’au moins un rang sur la grille de départ, en raison de la pénalité imposée à Charles Leclerc, mais ils auront quand même une lourde tâche dimanche pour tenter d’obtenir un bon classement dans le Grand Prix.

Grand Prix du Canada

Leclerc ne baisse pas les bras, les Haas surprennent

L’un des favoris du Grand Prix en arrivant à Montréal, Charles Leclerc devra partir à l’arrière du peloton, dimanche. Le remplacement complet de son groupe propulseur, consécutif à une panne lors du dernier Grand Prix en Azerbaïdjan, a en effet entraîné une pénalité, l’équipe Ferrari ayant déjà dépassé le quota imposé par le règlement à chaque voiture pour l’ensemble de la saison.

Le Monégasque a quand même pris part à la première partie des qualifications (Q1), mais il a sagement rangé sa voiture au garage par la suite. « Je me suis contenté de quelques tours, question de voir que tout fonctionnait bien sur la voiture, mais cela n’aurait servi à rien de prendre des risques dans des conditions aussi difficiles », a expliqué celui qui compte déjà six positions de tête cette saison, avec une série de quatre consécutives qui a pris fin samedi.

Actuellement troisième au classement du championnat, à 34 points de Max Verstappen, Leclerc aura d’autant plus de peine à combler une partie de son retard ce dimanche que son rival partira du premier rang.

« C’est un circuit où il est possible de doubler ses concurrents, et j’espère pouvoir remonter au classement lors des premiers tours. Il va falloir réfléchir à la stratégie, être prêt à réagir aussi, s’il y a des neutralisations. On ne sait jamais. Nous allons faire le maximum, et on verra bien où cela va nous mener. »

— Charles Leclerc

Le circuit Gilles-Villeneuve est l’un de ceux où les pilotes perdent le moins de temps lors des arrêts aux puits. Leclerc pourrait ainsi tenter de partir sur des pneus plus tendres, quitte à stopper plus souvent, peut-être à la faveur d’une neutralisation.

Chose certaine, il n’a pas l’intention de baisser les bras et sa remontée sera assurément l’un des principaux éléments du spectacle ce dimanche.

Les Haas en troisième ligne

Déjà très populaire auprès du public montréalais, Mick Schumacher a profité de sa première visite à Montréal pour signer sa meilleure performance en carrière en qualification avec une remarquable sixième place. Combinée à la cinquième place de son coéquipier Kevin Magnussen, la performance de Schumacher permet à l’équipe Haas de confirmer sa remarquable progression cette saison.

« La voiture était vraiment fantastique, a estimé Schumacher. J’ai toujours aimé conduire sur une piste détrempée, le genre de conditions où un pilote peut vraiment se démarquer. J’avais une bonne adhérence dans tous les virages et j’aurais même pu faire un peu mieux si je n’avais pas été ralenti par Carlos [Sainz], à la fin. Mais je suis quand même vraiment content. C’est un résultat sur lequel je peux bâtir ma confiance et aller de l’avant. »

De son côté, Magnussen s’est réjoui pour l’équipe. « C’est évidemment un excellent résultat. La voiture était vraiment efficace dans ces conditions et j’ai tout de suite été à l’aise, a expliqué celui qui occupe la 12e place au classement des pilotes. Je crois que j’aurais même pu faire un peu mieux si la pluie avait continué jusqu’au bout, mais nous sommes très bien placés. »

« Nous devons quand même être réalistes, il y a plusieurs voitures rapides derrière nous et les premiers tours seront difficiles sur le sec. Je pense que nous pouvons rivaliser avec les voitures du milieu de peloton et nous avons des chances d’aller chercher plusieurs points. J’espère que nous pourrons en profiter. »

— Kevin Magnussen

Un autre pilote, le Chinois Zhou Guanyu, a aussi signé son meilleur résultat en carrière avec une dixième place en qualifications. En point de presse, le pilote de 23 ans ne cachait pas sa satisfaction : « C’était ma première qualification sous la pluie, ma première visite sur ce circuit aussi, et je suis vraiment heureux d’avoir pu obtenir ce résultat. J’ai l’impression d’avoir progressé à chaque course depuis le début de la saison, et cela s’est confirmé aujourd’hui. »

Zhou a aussi expliqué en quoi sa formation d’ingénieur l’avait avantagé : « J’ai l’impression d’avoir eu à prendre plusieurs décisions par moi-même [samedi] avec l’évolution des conditions tout au long des qualifications. Je pense avoir fait les bons choix et je suis heureux de ce résultat. Reste à confirmer tout ça en course ! »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.