Laurent Duvernay-Tardif

La fin d’une saison mouvementée

L’année qui vient de passer a été mouvementée pour Laurent Duvernay-Tardif, c’est le moins qu’on puisse dire.

La saison des Jets de New York a pris fin dimanche et le natif de Mont-Saint-Hilaire devrait entrer sur le marché des joueurs autonomes en mars. Mais avant de penser à signer un nouveau contrat, il aura quelques vérifications à faire du côté de la faculté de médecine de McGill.

Dans un message publié sur son compte Instagram, lundi, le joueur de ligne offensive des Jets est revenu sur cette saison tout sauf ordinaire sur le plan individuel, qui s’est terminée avec une défaite de 27-10 aux mains des Bills de Buffalo, dimanche.

« Quelle saison c’était ! Beaucoup d’adaptation et de transition », a-t-il d’abord écrit.

Après avoir pris une pause d’un an afin de prêter main-forte en CHSLD à Saint-Jean-sur-Richelieu en 2020, le Québécois s’est blessé à la main droite au camp d’entraînement avec les Chiefs de Kansas City l’été dernier.

Puis, en novembre, il a accepté de lever sa clause de non-échange afin de prendre le chemin de New York et de s’aligner avec les Jets, une des pires équipes au classement. Au moment de changer d’équipe, il n’avait revêtu l’uniforme des Chiefs qu’une seule fois depuis le début de la saison.

« Merci à mes coéquipiers à New York qui m’ont accueilli comme un frère, a-t-il ajouté dans sa publication. Quand j’ai choisi de me retirer en 2020, je me suis dit que j’allais revenir sur le terrain et je suis très fier d’avoir atteint cet objectif. »

« Le football est le plus beau jeu qui soit. Je me sens privilégié de pratiquer un sport pour gagner ma vie et j’en profite à chaque instant. »

– Laurent Duvernay-Tardif

En affrontant les Bills dimanche à Buffalo, Duvernay-Tardif a retrouvé un de ses anciens coéquipiers chez les Chiefs, Mitch Morse. Une photo prise après le match aux côtés de celui-ci accompagnait son message sur Instagram.

« Cette aventure concerne les amitiés et la camaraderie et c’était agréable de terminer cette saison en jouant contre l’un de mes coéquipiers préférés de tous les temps », a-t-il écrit.

La suite ?

En conférence de presse après le dernier match de la saison, le diplômé en médecine de l’Université McGill s’est fait interroger sur ses attentes pour la suite de sa carrière, lui qui se retrouvera sur le marché des joueurs autonomes pendant la saison morte s’il ne s’entend pas de nouveau avec les Jets.

« Toutes les options sont sur la table présentement, a-t-il répondu. Pour moi, c’est important de regarder mon avenir comme médecin. Il y a des dates limites, des petits trucs que je dois régler avec la faculté de médecine, les licences au Canada, pour être sûr que je ne dois pas recommencer ce processus de huit ans que je viens de traverser. Je vais aller chercher des réponses et ensuite, je commencerai à regarder mes options du côté du football. »

L’athlète de 30 ans a expliqué que les diplômés avaient quatre ans pour commencer leur résidence. Or, il a obtenu son diplôme de l’Université McGill en mai 2018, ce qui rappelle que l’échéance approche rapidement.

« Quand on parle d’être médecin, on ne veut pas prendre de raccourci. Je dois faire les choses de la bonne manière. C’est ce que je ferai au cours des prochaines semaines. »

– Laurent Duvernay-Tardif

« LDT » a été partant pour sept des huit matchs des Jets après son arrivée avec l’équipe. L’ancien gagnant du Super Bowl s’est dit déçu que la saison se soit terminée avec un revers.

« Nous devons bâtir une culture gagnante et mieux terminer les matchs, a-t-il dit. Nous devons avoir ce sentiment d’urgence pour garder l’attaque sur le terrain et gagner le match. Dans la NFL, tellement de matchs se décident dans la séquence finale au quatrième quart. Nous devons nous donner l’occasion de vivre ces moments, puis les convertir en victoires. »

Les Jets de New York ont terminé la saison au dernier rang de la division Est de la Conférence américaine, avec 4 victoires et 13 défaites.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.