États-Unis / Michigan

11 000 personnes évacuées après le débordement de deux barrages 

Près de 11 000 personnes ont été évacuées dans le centre du Michigan après le débordement de deux barrages qui ont fait craindre des inondations « historiques », ont annoncé mercredi les autorités de cet État du nord des États-Unis.

De fortes pluies au cours des derniers jours ont provoqué des brèches sur les barrages d’Edenville et de Sanford, et entraîné une brusque montée des eaux de la rivière Tittabawassee, qui borde Midland, ville de 41 000 habitants à 200 km au nord de Detroit.

Environ 10 000 habitants de la ville et 950 personnes vivant dans les villages alentour ont quitté la zone, pouvait-on lire sur la page Facebook du comté de Midland.

La crue n’a fait aucun mort ni blessé grave, a-t-on précisé, appelant la population à se réfugier chez des proches ou dans les centres d’accueil d’urgence.

Cette catastrophe survient alors que le Michigan est l’un des États du pays les plus touchés par l’épidémie de COVID-19. La gouverneure de l'État, Gretchen Whitmer, a demandé aux personnes évacuées de porter un masque et de respecter les gestes barrières pour éviter les contaminations dans les refuges.

« C’est dur de croire que nous sommes au milieu d’une crise qui n’arrive que tous les 100 ans, une pandémie mondiale, et que nous avons aussi à gérer ce qui semble être la pire inondation depuis 500 ans », a déclaré Mme Whitmer, qui s’est rendue à Midland.

« Les habitants vont bien », a-t-elle souligné.

État d’urgence

Mme Whitmer a déclaré l’état d’urgence mardi soir, anticipant « un niveau d’eau historique » dans le centre-ville de Midland.

Les services météorologiques ont diffusé un bulletin d’alerte aux crues le long de la rivière, valable jusqu’à ce jeudi matin, estimant que la situation est « particulièrement dangereuse ».

Selon le comté de Midland, la rivière Tittabawassee a atteint 10,7 m à la mi-journée, mercredi, et un niveau maximum était attendu à 11,6 m en soirée, un record pour cette ville déjà frappée par une crue historique en 1986.

Le groupe chimique Dow, dont le siège social est à Midland, a annoncé la mise en place de mesures anti-inondations et la fermeture de ses sites situés dans la zone à risque.

Le président Trump a assuré sur Twitter que la Maison-Blanche surveillait « de près » ces inondations.

« Restez en sécurité et écoutez les responsables locaux », a-t-il écrit aux résidants du secteur.

M. Trump doit se rendre ce jeudi dans une usine du constructeur automobile Ford à Ypsilanti, à 200 km au sud de Midland. Le Michigan est un État-clé pour l’élection présidentielle de novembre, lors de laquelle le milliardaire républicain briguera son deuxième mandat de quatre ans.

« Je sais que le président doit venir dans le Michigan, j’ai l’intention de lui faire un compte rendu complet avant son arrivée », a précisé Mme Whitmer, démocrate qui a été la cible de critiques de M. Trump pour avoir refusé d’assouplir les mesures de confinement face à la pandémie.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.