Sports d’hiver

LE SKI DE RANDONNÉE GRIMPE EN FLÈCHE

Petit dernier à ravir le cœur des adeptes de la saison blanche, le ski de randonnée alpine gagne en popularité. À tel point que les centres de ski de la province lui réservent maintenant une place juste à lui. L’activité consiste à gravir le versant de la montagne au moyen de skis chaussés de peaux, avant de s’offrir une descente réjouissante dans la poudreuse. Un pro de La Cordée nous indique tout ce qu’il y a à savoir sur ce sport en pleine ascension.

NIVEAU : DÉBUTANT

La montée en ski de randonnée alpine a l’avantage de se pratiquer au rythme du skieur, qui progresse selon sa propre endurance physique. Cependant, mieux vaut prévoir avec soin son itinéraire de descente : c’est là que ça se corse ! « Pour débuter en ski de randonnée, il faut déjà posséder de bonnes bases en ski alpin, met en garde Vincent Lorber, gérant d’une boutique La Cordée. On ne s’y aventure pas si notre expérience en ski se résume aux pistes familiales. »

L’adepte de ce sport conseille aussi de se familiariser avec son équipement avant le jour J. « Une fois qu’on est sur la montagne, ce n’est pas le moment d’essayer de comprendre le fonctionnement de ses fixations », dit Vincent Lorber. Pour rendre la sortie agréable, il recommande de se vêtir en respectant la règle d’or du multicouche. Comme la montée est particulièrement sportive et qu’on risque de transpirer, ce système éprouvé évite de se retrouver trempé… juste au moment de redescendre la montagne à vive allure.

Truc de pro

Vincent Lorber fait remarquer que de nombreux centres alpins familiaux offrent maintenant une section rando où des corridors de montée ont été aménagés pour permettre aux skieurs de s’initier à la randonnée. « C’est le cas des stations Mont-Alta, Mont Avalanche et Ski La Réserve, trois sommets situés dans les Laurentides. »

NIVEAU : INTERMÉDIAIRE

Lorsque sa feuille de route affiche quelques sorties en montagne, on peut se permettre de plus longues escapades. « Pour une sortie d’une journée, un sac à dos spécifiquement conçu pour la pratique du ski de randonnée peut rendre l’expérience encore plus agréable », dit l’expert de La Cordée. Il conseille par ailleurs à ses clients de porter une attention particulière à l’achat de la botte de ski. « Environ 75 % du confort provient de la botte, c’est donc l’élément à ne pas négliger au moment de s’équiper. » Il invite les skieurs à essayer plusieurs modèles avant d’adopter leur paire.

Et qu’en est-il des peaux d’ascension ? Si on multiplie les excursions, faut-il se doter de plusieurs peaux, selon les conditions et les terrains ? « Dans le cas où l’on ne voyage pas à l’étranger pour pratiquer ce sport, toutes les sorties hivernales au Québec pourront se faire avec le même type de peaux », explique le pro. Après, c’est une question de préférence. Les peaux qui combinent laines synthétiques et naturelles sont une option passe-partout qui plaît à un grand nombre. « Pour plus de traction à la montée, le nylon peut convenir, mais il faut savoir que la performance ne sera pas la même lors de la glisse. »

Truc de pro

« Que l’on soit débutant ou intermédiaire, lorsqu’on sort en montagne, on devrait toujours être accompagné d’un adepte plus expérimenté, insiste le gérant de La Cordée. Ça peut être un ami, un guide certifié ou les membres d’un club de ski de rando. »

NIVEAU : EXPERT

« Les articles de ski de randonnée figurent parmi l’équipement technique de performance. Dans ce créneau, il n’y a pas d’entrée de gamme. » Ce qui n’empêche pas les mordus de rechercher des produits adaptés à leurs acquis techniques. Pour faire les bons choix, Vincent Lorber suggère de se projeter dans l’avenir. « De quel type d’équipement aurai-je besoin dans deux ou trois ans, plutôt que cette saison ? »

Des articles haut de gamme rehaussent l’expérience du skieur expérimenté qui s’aventure sur les terrains plus exposés. Un casque ultraléger, par exemple, procurera la même protection tout en étant deux ou trois fois plus léger. Des lunettes de ski avec lentille photochromique s’adapteront automatiquement au rayonnement lumineux. « Et pourquoi ne pas s’offrir le luxe d’une caméra GoPro pour capter ses performances ? », conclut Vincent Lorber.

Truc de pro

La clé pour que l’équipement dure plus longtemps, c’est l’entretien. Les peaux doivent être remisées dans un endroit sec et frais ; les skis, brossés ; et les fixations ajustées, lorsque nécessaire.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.