Les Rangers au bord du désespoir

Il faut apprendre à marcher avant de courir. Cette réalité frappe les Rangers de plein fouet aujourd’hui.

New York a donné l’impression l’an dernier que sa reconstruction était achevée après une seule saison en raison de sa surprenante fiche de 37-28-5 et sa participation aux séries éliminatoires.

La nouvelle acquisition Artemi Panarin a eu un impact extraordinaire et certains joueurs, comme Mika Zibanejad, Ryan Strome et Tony DeAngelo, ont joué la saison de leur vie.

Avec une autre défaite, mardi, contre leurs grands rivaux, les Devils du New Jersey, par la marque de 5-2, les Rangers se sont enfoncés encore davantage au classement. Ils sont avant-derniers dans la division Est, avec trois petits points d’avance sur Buffalo, qui a néanmoins deux matchs de plus à disputer. Ils ont remporté seulement 5 de leurs 15 premiers matchs.

Zibanejad, 75 points en seulement 57 matchs l’an dernier, a amassé 3 points en 15 rencontres. Son compagnon de trio Chris Kreider en a 5. Le controversé DeAngelo a été chassé de l’équipe, dans l’attente d’un échange, s’il survient un jour.

On ne peut demander à des jeunes de 20 ans ou moins de charrier un club. N’est pas Connor McDavid ou Auston Matthews qui veut. Kaapo Kakko, 20 ans, deuxième choix au total en 2019, a seulement trois points ; Alexis Lafrenière, 19 ans, premier choix au total en 2020, seulement un.

Le Canadien s’est fait jouer le même tour il y a deux ans. Sa saison de 96 points et ce flirt avec les séries éliminatoires ont haussé les attentes. L’équipe était pourtant encore jeune. L’hiver 2019-2020 a été pénible, mais la saison a été sauvée par la pandémie.

Les Devils du New Jersey ont aussi expérimenté la chose. Leur participation aux séries en 2018 a constitué une anomalie. L’équipe n’était pas encore parvenue à maturité. Les deux saisons suivantes ont été atroces. Le DG Ray Shero et l’entraîneur John Hynes en ont perdu leur poste. Ils connaissent finalement un bon départ cette année.

On sous-estime aussi l’importance des leaders. Les Rangers ont perdu deux gros noms cet automne : leur légendaire gardien Henrik Lundqvist et le défenseur Marc Staal. Lundqvist était le numéro un depuis 15 ans, Staal un élément important en défense depuis 13 ans. Il est permis de se demander dans quelle mesure leur départ a affecté l’équipe.

Les Rangers ont trop de bons jeunes joueurs pour ne pas rebondir à moyen terme, peut-être même cette année, qui sait ?

Mais à l’heure actuelle, l’entraîneur-chef David Quinn se bat pour son poste. Que fait un entraîneur quand il se bat pour son poste ? Il répète que l’effort est au rendez-vous. Pour justifier qu’on a encore un ascendant sur ses troupes.

« À titre d’entraîneur, on prend toujours la responsabilité. Ça me rend malade. On ne peut pas expliquer ce sentiment à moins d’avoir été entraîneur. Quand ça va bien, on a l’impression qu’on n’y est pas vraiment pour quelque chose, mais quand ça se met à tourner mal, on sent que c’est entièrement de notre faute. »

— David Quinn, entraîneur-chef

C’était 2-2 avec un peu plus de neuf minutes à faire en troisième période mardi lorsque les Rangers ont accordé trois buts de suite aux Devils. Ils ont désormais une fiche de 5-7-3 et occupent le 26e rang au classement général. New York occupe le 27e rang pour la moyenne de buts marqués par match (2,26), mais ils font mieux au chapitre des buts accordés avec le 11e rang (2,71). Ils sont 28es sur le plan des supériorités numériques avec un faible taux de 11,5 %.

« Je suis au courant de notre fiche, a-t-il poursuivi. Je connais notre fiche. Personne n’en est heureux. Mais l’effort n’est pas un problème. Notre niveau de compétition est à point. Le match de mardi était frustrant. Il faut laisser la poussière retomber. Nous sommes passés proches de gagner certains matchs. Nous étions à un gros jeu de le faire. Notre confiance est à plat. »

Comme si les choses n’allaient pas déjà assez mal, les Rangers ont perdu leur défenseur Jacob Trouba pour une période de quatre à six semaines. Trouba est le défenseur le plus utilisé des Blue Shirts après Adam Fox. Au moins, Artemi Panarin devrait effectuer un retour jeudi soir contre les Flyers. Il a raté les deux derniers matchs.

Panarin retrouvera sa place à la gauche de Strome et Kakko. Lafrenière a été rétrogradé au troisième trio avec Kevin Rooney et Colin Blackwell, deux joueurs de 27 ans plus familiers avec la Ligue américaine que la Nationale.

Il lui faudra être patient, ou trouver l’étincelle pour forcer l’entraîneur à lui redonner des partenaires de trio plus doués.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.