France

« Paris respire sans voiture »

— Nom d’une opération qui se tiendra ce dimanche, dans la capitale française, qui interdit les véhicules motorisés intra-muros afin de profiter d’« une ville plus calme, plus vivante et plus respirable », selon la mairie, qui l’organise depuis 2015. L’an passé, le jour de la même opération, les concentrations de dioxyde d’azote avaient été « inférieures de près de 20 % à celles d’un dimanche habituel », selon l’observatoire de la qualité de l’air en région parisienne. (AFP)

Élisabeth II 1926-2022

Les princes William et Harry réunis de nouveau malgré les tensions

Souvent qualifiés de frères ennemis, les princes William et Harry ont été de nouveau réunis samedi soir à l’occasion d’une veillée funèbre des huit petits-enfants d’Élisabeth II autour de son cercueil, une cérémonie où les Britanniques affluaient avant ses funérailles lundi. Les deux frères étaient en uniforme – Harry ne le portait plus depuis son retrait fracassant de la monarchie – contrairement à leurs cousins Peter, Zara, Beatrice, Eugenie, Louise – réputée être la petite-fille préférée de la reine – et James, rarement apparu en public. Dos au cercueil, tête baissée, visiblement émus, ils se sont recueillis pendant une dizaine de minutes à Westminster Hall, sous les regards des visiteurs. Brouillés depuis 2020, les deux enfants du roi Charles III et de feu la princesse Diana avaient déjà créé la surprise en apparaissant ensemble avec leurs épouses Kate et Meghan, deux jours après le décès de la reine, lors d’un bain de foule devant le château de Windsor. On les avait revus mercredi lors de la procession officielle derrière la dépouille de la reine entre le palais de Buckingham et Westminster. — Agence France-Presse

Belgrade

Des milliers de militants LGBTQ+ défilent malgré l’interdiction

Des milliers de membres de la communauté LGBTQ+ ont défilé samedi à Belgrade sous haute protection policière malgré l’interdiction de cette marche de l’Europride par les autorités, qui ont interpellé une trentaine de personnes – surtout des contre-manifestants, selon des journalistes de l’AFP. Le défilé, point d’orgue de cet évènement paneuropéen qui a lieu chaque année dans une ville différente, s’est déroulé sans incident notable. Mais selon les médias locaux, des heurts ont opposé des contre-manifestants à des policiers. Le ministère de l’Intérieur avait interdit la marche mardi, invoquant des raisons de sécurité alors que des groupes d’extrême droite menaçaient d’organiser leurs propres manifestations. « Je suis du Royaume-Uni où tout le monde est plus solidaire et où c’est plus commercial […] Mais ici, c’est vraiment ce que doit être une Pride », a déclaré à l’AFP Yasmin Benoit, mannequin et militante, en référence au combat sociétal aux origines du mouvement. L’interdiction de marcher avait semé la consternation parmi les ONG de défense des droits. — Agence France-Presse

Manifestation à Londres

Justice réclamée pour un homme noir tué par la police

Des dizaines de personnes ont manifesté samedi devant le siège de Scotland Yard pour demander « justice » après la mort d’un homme noir tué par un policier, relancant le débat sur le racisme dans la police londonienne. Chris Kaba, 24 ans, a été tué le 5 septembre d’un coup de feu tiré par un policier, dans le sud-ouest de Londres, alors qu’il était poursuivi par une patrouille au volant de sa voiture. Le jeune homme, qui n’était pas armé, avait été blessé et était mort dans la nuit à l’hôpital. Sa famille avait demandé l’ouverture d’une enquête pour meurtre, se demandant, dans un communiqué, si Chris Kaba serait mort « s’il n’avait pas été noir ». Les manifestants étaient rassemblés samedi non loin de Westminster où est exposé le cercueil de la défunte reine Élisabeth II. Le policier à l’origine du tir a été suspendu et la police des polices (IOPC) a ouvert une enquête pour « homicide ». — Agence France-Presse

Guadeloupe

La tempête Fiona fait au moins un mort

Un homme a été retrouvé mort en Guadeloupe après le passage de la tempête tropicale Fiona, qui a entraîné des pluies torrentielles et d’importantes inondations dans la nuit de vendredi à samedi. « La crue de la rivière des Pères a emporté une habitation à Basse-Terre », le chef-lieu de la Guadeloupe, « et son occupant […] a été retrouvé décédé », a indiqué le préfet de la région Guadeloupe, Alexandre Rochette, dans un communiqué publié peu après 8 h 30, heure locale. Toutes les activités du week-end avaient été annulées ou reportées. La plupart des Guadeloupéens restaient cloîtrés et l’ensemble des magasins étaient fermés dans l’attente de la fin de l’évènement météorologique, prévue dimanche matin. Selon la préfecture, 10 000 usagers restaient privés d’électricité à la mi-journée samedi. Cet archipel des Petites Antilles est très touché par le dérèglement climatique. Le 16 septembre marquait d’ailleurs l’anniversaire du cyclone Hugo, ouragan de catégorie 5 qui avait dévasté l’île en 1989. — Agence France-Presse

Japon

Près de trois millions de personnes menacées par le typhon Nanmadol

Des milliers de personnes se sont réfugiées dans des abris dimanche (heure locale) dans le sud-ouest du Japon alors que le puissant typhon Nanmadol se dirigeait vers la région, incitant les autorités à recommander à près de trois millions de résidants d’évacuer les lieux. L’agence météorologique japonaise (JMA) a émis un « avertissement spécial » pour le département de Kagoshima, dans le sud de la grande île de Kyushu, pour mettre en garde les habitants contre les risques élevés de fortes intempéries. Dimanche matin, 25 680 foyers de Kagoshima et du département voisin de Miyazaki étaient déjà privés d’électricité, tandis que les services ferroviaires régionaux, les vols et les trajets en traversier ont été annulés, selon les services publics et les services de transport locaux. La JMA a averti que la région pourrait devoir faire face à un danger « sans précédent » dû à des vents violents, des vagues déchaînées et des pluies torrentielles.  — Agence France-Presse

Guerre en Ukraine Corps découverts à Izioum

La présidence de l’UE réclame un tribunal spécial

La présidence tchèque de l’Union européenne (UE) a appelé samedi à la création d’un tribunal international spécial après la découverte de centaines de corps enterrés près d’Izioum, ville reprise aux Russes dans l’est de l’Ukraine, où les combats continuent.

« Au XXIe siècle, de telles attaques contre la population sont impensables et odieuses », a déclaré samedi sur Twitter le ministre tchèque des Affaires étrangères, Jan Lipavsky, dont le pays assure la présidence tournante de l’UE. « J’appelle à la création rapide d’un tribunal international spécial. »

Les autorités ukrainiennes ont fait état vendredi de « 450 corps de civils portant des traces de mort violente et de torture » enterrés dans un bois à la périphérie d’Izioum.

« Nous savons que certains ont été [abattus], d’autres sont morts à cause de tirs d’artillerie, de traumatismes dus à l’explosion de mines. Certains sont morts dans des frappes aériennes » et « de nombreux corps n’ont pas encore été identifiés », a expliqué Serguiï Botvinov, un responsable de la police régionale.

« Preuves de torture »

Dans son allocution quotidienne, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé samedi soir que « le processus d’exhumation se poursuit ». « De nouvelles preuves de torture ont été trouvées », a-t-il ajouté.

Un journaliste de l’AFP a pu voir sur le site au moins un corps avec les mains liées avec une corde.

« Plus de 10 chambres de torture ont déjà été découvertes dans différentes villes libérées dans la région de Kharkiv », où se trouve Izioum, selon M. Zelensky. « La torture était une pratique très répandue dans les territoires occupés. »

« C’est ce que faisaient les nazis. C’est ce que font les ruscistes [fascistes russes] », a-t-il ajouté, promettant de retrouver les responsables « sur le champ de bataille et au tribunal ».

« Le monde doit réagir »

Le chargé des droits de la personne ukrainien, Dmytro Loubinets, a évoqué « probablement plus de 1000 citoyens ukrainiens torturés et tués dans les territoires libérés ».

« Le monde doit réagir à tout ça. La Russie a répété à Izioum ce qu’elle avait fait à Boutcha », avait affirmé M. Zelensky dans un message vidéo vendredi soir, se félicitant que l’ONU ait annoncé dépêcher une équipe d’enquêteurs sur place.

Les États-Unis et l’Union européenne ont fait part de leur indignation, tenant pour responsable la direction russe qui, a assuré le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, devra « rendre des comptes ».

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré souhaiter la comparution du président russe Vladimir Poutine devant la justice internationale pour crimes de guerre.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.