Céréales exportées d’Ukraine

Le premier chargement est arrivé en Turquie

Le premier chargement de céréales exporté par l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe le 24 février est arrivé mardi au large des côtes turques, sur la mer Noire, à la suite de l’accord signé en juillet entre Kyiv et Moscou afin d’enrayer la crise alimentaire mondiale.

Le Razoni, un cargo qui a quitté le port ukrainien d’Odessa lundi avec 26 000 tonnes de maïs à destination de Tripoli au Liban, a été aperçu mardi sur les rives nord d’Istanbul, a constaté l’AFP.

Le navire devrait passer la nuit ancré au large et être inspecté ce mercredi matin par une équipe conjointe de responsables russes et ukrainiens à l’entrée du Bosphore, conformément au souhait de la Russie qui veut s’assurer de la nature de la cargaison, a précisé le ministère de la Défense de Turquie.

« Notre but désormais est la régularité. […] La continuité, la régularité est un principe nécessaire pour les consommateurs de notre production agricole », a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans son allocution quotidienne mardi soir, fustigeant l’« État terroriste » russe qui « a provoqué la crise alimentaire afin d’utiliser les céréales, le maïs et le pétrole comme des armes ».

Selon le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba, 16 autres bateaux chargés de céréales « attendent leur tour » pour quitter Odessa, le principal port ukrainien, situé sur la mer Noire, qui concentrait avant la guerre 60 % de l’activité portuaire du pays.

L’accord signé le 22 juillet par la Russie et l’Ukraine, grâce à une médiation de la Turquie et sous l’égide des Nations unies, permet la reprise des envois vers les marchés mondiaux de céréales ukrainiennes bloquées depuis l’invasion russe, sous supervision internationale.

Évacués de Donetsk

Mardi, la vice-première ministre ukrainienne, Iryna Vereshchuk, a déclaré qu’un train transportant des évacués de Donetsk était arrivé dans le centre de l’Ukraine, un effort d’évacuation obligatoire qui emmènerait de 200 000 à 220 000 personnes hors de la province de l’Est à l’automne, selon les autorités.

À la périphérie de Kramatorsk, ville qui a subi de fréquents bombardements russes, des volontaires ont mis en place un point de collecte pour rassembler les évacués qui sont ensuite transportés vers la gare de travail la plus proche à Pokrovsk, à 85 kilomètres au sud-ouest.

Même si l’été est toujours en cours dans l’est de l’Ukraine, les autorités se préparent aux mois froids de l’automne et de l’hiver, alors qu’elles craignent que bon nombre des quelque 350 000 habitants encore dans la région de Donetsk n’aient pas accès au chauffage, à l’électricité ou même à l’eau potable.

Frappes de missiles russes

Sur le plan militaire, l’armée de l’air ukrainienne a affirmé mardi que les forces russes avaient tiré huit missiles de croisière à partir de la mer Caspienne sur le territoire de l’Ukraine, dont l’un « a atteint un complexe de défense antiaérienne dans la région de Lviv », dans l’Ouest. Les sept autres missiles ont été interceptés, selon cette source.

« Il n’y a pas d’information sur d’éventuelles victimes pour le moment », a écrit sur Twitter le gouverneur de la région, Maksym Kozytsky.

Mykolaïv, une ville proche du front dans le sud de l’Ukraine, a été à nouveau « massivement bombardée » dans la nuit de lundi à mardi, a de son côté dit la présidence.

Dans la région voisine de Kherson, la première ville d’importance tombée aux mains de l’armée russe, le 3 mars, « la situation reste tendue », a-t-elle relevé. Mais l’Ukraine, qui mène actuellement une contre-offensive dans le Sud, a annoncé mardi y avoir repris 53 localités.

Dans la même région, le chef de l’administration militaire de Kryvyï Rih, Oleksandr Vilkul, a signalé la mort de deux civils qui se trouvaient dans un minibus tentant de quitter le village de Starosillya, aux mains des Russes. Cinq autres personnes ont été évacuées, dont deux, grièvement blessées, ont été hospitalisées.

Le président Volodymyr Zelensky a de son côté remercié le président américain mardi soir pour l’envoi de nouvelles armes à Kyiv. Cette aide comprendra des munitions pour les lance-roquettes Himars et 75 000 obus de 155 mm. Il a affirmé que « le mot “Himars” est presque devenu un synonyme du mot “justice” pour [le] pays ».

« Oui, c’est vrai, nous ne pouvons pas battre complètement l’armée russe en termes d’artillerie et d’effectifs. Et nous le sentons dans les combats, en particulier dans le Donbass, à Pisky, Avdiivka et ailleurs. C’est l’enfer là-bas. Il n’y a pas de mots pour décrire ce qui s’y passe », a-t-il ajouté.

— Avec l’Associated Press

Le Canada maintient la pression contre Moscou

La ministre des Affaires étrangères du Canada, Mélanie Joly, a annoncé mardi de nouvelles sanctions contre Moscou. Sont visés 43 responsables militaires et 17 entités « complices de l’effusion de sang insensée du président russe Vladimir Poutine, y compris les évènements horribles de Boutcha en Ukraine », d’après un communiqué publié par Affaires mondiales Canada. Sa collègue Anita Anand, ministre de la Défense nationale, se réjouit pour sa part d’être rentrée de la Conférence des ministres de la Défense des Amériques (CMDA) qui se tenait au Brésil avec dans ses valises la Déclaration de Brasília. Celle-ci condamne l’invasion de l’Ukraine par la Russie. « Grâce à notre leadership, les membres de la CMDA ont unanimement signé cette déclaration qui reconnaît que les conflits comme l’invasion de l’Ukraine ne constituent pas des moyens légitimes de régler des différends », a-t-elle exposé en entrevue. Un bémol : seulement 21 des 34 États membres participaient à l’évènement. La Bolivie, Cuba, le Salvador et le Nicaragua, qui s’étaient abstenus de voter sur des résolutions de même acabit aux Nations unies, n’en sont pas signataires, pas plus que le Venezuela, absent lors des votes.

— Mélanie Marquis, La Presse

Ce que vous devez savoir

Le Razoni, un cargo qui avait quitté le port ukrainien d’Odessa lundi, est arrivé mardi près d’Istanbul.

Un train a transporté des évacués de la région de Donetsk, dans l’Est, vers le centre de l’Ukraine.

Huit missiles de croisière russes ont été tirés à partir de la mer Caspienne vers le territoire de l’Ukraine.

La ville de Mykolaïv a été de nouveau « massivement bombardée ».

Le président Volodymyr Zelensky a remercié Joe Biden pour l’envoi de nouvelles armes à Kyiv.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.