Coupe du monde de ski alpin

St-Germain revient en force

Laurence St-Germain ne s’est pas laissé abattre. Dimanche, à Levi, en Finlande, elle a montré son vrai visage. Après une contre-performance la veille, la Québécoise a dévoilé toute l’étendue de son talent en se frayant une place dans le top 10.

Une chute lors de la première Coupe du monde de la saison, samedi, l’avait empêchée de concrétiser son bon départ. Déçue, elle était optimiste pour la seconde compétition du week-end. D’une part, parce qu’elle sentait qu’elle était dans de bonnes dispositions malgré un déséquilibre à l’entrée de la troisième section qui l’a empêchée de se qualifier pour la deuxième manche. D’autre part, parce que ce sont les entraîneurs canadiens qui organisaient le tracé de la première manche du slalom, dimanche.

Depuis le début de sa carrière, St-Germain entretient une relation amour-haine avec la montagne finlandaise. Une fois de plus, cette situation s’est avérée. Elle y est capable du meilleur comme du pire.

Après avoir obtenu son pire résultat en trois ans, samedi, réalisé justement à la Coupe du monde de Levi en 2019, elle a skié de manière inspirée dimanche matin pour se classer en neuvième position.

Elle a commencé sur une bonne note, malgré une petite erreur en haut de parcours, avec une descente qui lui a permis de se positionner au 14rang provisoire. « Mon premier intervalle n’était pas super bon, mais dès la première porte, j’ai vraiment attaqué et j’ai généré beaucoup de vitesse sur le plat », a expliqué la skieuse de 28 ans après sa journée de travail.

Même si cette piste comporte plusieurs pièges, elle a semblé plus permissive que la veille, surtout dans la cruelle troisième portion. Le tracé confectionné par son entraîneur a semblé lui plaire.

À ce moment, elle était à un peu plus d’une seconde de la meneuse Mikaela Shiffrin.

Lors de la deuxième manche, l’athlète de Saint-Ferréol-les-Neiges a ouvert la machine, notamment dans le deuxième intervalle. « Je voulais vraiment attaquer et je savais que si je l’essayais, j’avais le potentiel de remonter de quelques positions. » Ce qui l’a propulsée en tête avec 12 skieuses à s’élancer.

Si, samedi, elle est repartie bredouille en milieu de journée, elle a pu s’asseoir sur l’immense chaise de la meneuse pour la première fois de la saison. « Quand je suis arrivée en bas et que j’ai vu la lumière verte, je me suis dit “ah, enfin !”. Je n’ai pas été super constante l’année passée, donc j’étais heureuse de pouvoir m’asseoir dans la chaise. En fait, je ne pensais pas rester si longtemps que ça. »

« Ça fait du bien d’avoir deux bonnes manches à la hauteur de mon ski. »

– Laurence St-Germain

En début de saison, St-Germain avait exprimé son souhait de réintégrer le top 15 mondial et de se rapprocher le plus possible du groupe des sept en tête. Dimanche, elle était seulement à 22 centièmes de seconde de Zrinka Ljutic et de la septième place.

En raison de sa performance du jour, elle a reçu la confirmation qu’elle ferait partie des 15 premières skieuses à prendre le départ lors du deuxième arrêt de la saison, la semaine prochaine à Killington, au Vermont, où parents et amis seront présents.

Mikaela Shiffrin : inarrêtable

Shiffrin est revenue de l’arrière, samedi, pour remporter la première course de la saison. Dimanche, elle a décidé de faire simple en menant la compétition de bout en bout en ramenant un chrono total de 1 min 52,21 s. « Tout a bien été en fin de semaine. Ce n’est jamais parfait, ce n’est jamais facile », a-t-elle précisé après la course.

La championne en titre du gros globe de cristal a été intouchable du début à la fin. « J’étais un peu nerveuse au début de la deuxième descente, mais j’ai juste poussé le plus fort que j’ai pu, comme d’habitude. »

Elle a dominé les deux manches pour s’emparer de sa 76victoire en carrière, son 68podium en slalom, sa sixième victoire à Levi et sa deuxième en deux jours.

« Elle est tellement constante, a souligné St-Germain à propos de la gagnante. Avec la manière dont elle passe entre les sections, elle est de loin la meilleure et pas mal intouchable à ce niveau-là. J’ai le sentiment qu’elle est plus calme, plus sereine. C’est dangereux pour le reste de la saison. »

C’est la première fois depuis le géant et le slalom de Lienz, en Autriche, lors de la période des Fêtes en 2020, que Shiffrin triomphe coup sur coup. « Ça demande beaucoup d’efforts, gagner deux courses consécutives, donc je suis juste vraiment contente. »

Consultez le classement final

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.