France

3 millions

C’est le prix en euros (4,6 millions CAN) payé par un acheteur anonyme, à Paris, pour un allosaure, l’un des plus anciens dinosaures, considéré comme le « grand-père » du redoutable tyrannosaure (T-Rex). Long de 10 mètres et haut de 3,5 mètres, il a vécu au Jurassique supérieur, il y a 150 millions d’années. (AFP)

Allemagne

La féminisation d'un texte de loi ulcère les conservateurs

Le ministère fédéral allemand de la Justice a féminisé tous les titres et professions dans un projet de loi, s’attirant une volée de critiques, y compris du ministère de l’Intérieur, qui a retoqué le texte. Le ministère de la Justice, dirigé par la sociale-démocrate Christine Lambrecht, avait pris l’initiative de décliner au féminin tous les titres et fonctions dans ce texte de loi consacré au redressement judiciaire et à l’insolvabilité. « Directrice » était ainsi préféré à « directeur », comme « employée », « consommatrice » ou « débitrice ». Mais cette entorse à la prédominance habituelle des formes masculines ne passe pas au sein du gouvernement d’Angela Merkel. Le ministère de l’Intérieur, dont le locataire actuel est le conservateur bavarois Horst Seehofer, a décidé de le rejeter dans l’attente d’une réécriture, a indiqué un porte-parole, invoquant un risque d’inconstitutionnalité. « Le masculin générique, c’est-à-dire l’utilisation de la forme masculine du langage, est reconnu pour les personnes des deux sexes ». Le féminin générique, en revanche, « n’est pas à ce jour admis sur le plan linguistique pour être utilisé par les personnes de sexe féminin et masculin », a plaidé ce porte-parole.

— Agence France-Presse

Mer Méditerranée

La Turquie sommée de cesser ses « provocations »

Deux des principaux alliés occidentaux de la Turquie, les États-Unis et l’Allemagne, ont accentué mardi la pression sur Ankara pour qu’elle cesse ses « provocations » en Méditerranée, où la fragile détente avec la Grèce est déjà menacée. « Nous exigeons que la Turquie cesse cette provocation délibérée et entame immédiatement des pourparlers préliminaires avec la Grèce », a déclaré la porte-parole du département d’État américain Morgan Ortagus, alors que les autorités turques viennent de renvoyer dans une zone contestée un navire d’exploration gazière, au risque de raviver la crise avec Athènes. Selon Washington, qui « déplore » la décision turque, l’envoi de ce navire « complique délibérément la reprise de discussions préliminaires essentielles entre la Grèce et la Turquie », deux pays voisins alliés au sein de l’OTAN malgré leur rivalité historique. « La critique exprimée par les États-Unis, qui avaient pourtant déclaré que la carte de Séville […] n’avait aucune valeur légale pour les activités sismiques de la Turquie sur son plateau continental, constitue une sérieuse incohérence », a réagi le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué. Ankara estime qu’une carte préparée par l’Université de Séville est utilisée par la Grèce pour justifier ses revendications maritimes.

— Agence France-Presse

Tunisie

Colère après la mort d’un homme dans un kiosque

Des manifestations de colère ont éclaté mardi à Sbeitla, dans le centre-ouest de la Tunisie, où un homme est mort après que les autorités ont détruit le kiosque à journaux dans lequel il dormait, poussant les forces de sécurité à déployer des renforts. Après quelques heurts à l’aube, de nouvelles protestations ont éclaté lors de l’enterrement de ce quinquagénaire dans l’après-midi, selon des vidéos circulant sur les réseaux sociaux. Mardi vers 3 h du matin, les autorités locales ont appliqué une décision de destruction d’un point de vente de journaux et de tabac illégal, dans un quartier de Sbeitla, dans la région marginalisée de Kasserine, ont indiqué des sources sécuritaires à l’AFP. Abderrazek Khachnaoui, père du propriétaire de ce petit commerce, dormait dans la construction de fortune. Il est mort lors de l’opération, ont confirmé des sources sécuritaires et le fils de la victime, Oussama. Ce décès a provoqué la colère de dizaines d’habitants, qui ont fermé des routes de la ville et incendié une voiture de la municipalité tôt mardi, ont indiqué des témoins à un correspondant de l’AFP.

— Agence France-Presse

Nigeria

Des membres présumés de Boko Haram tuent 14 agriculteurs

Des membres présumés du groupe djihadiste Boko Haram ont tué 14 agriculteurs dans le nord-est du Nigeria, a-t-on appris mardi auprès de responsables d’une milice pro-gouvernement. Les agriculteurs travaillaient lundi dans des champs irrigués dans le village de Ngwom, à 14 km de la capitale régionale Maiduguri, lorsque les assaillants les ont attaqués et leur ont tranché la gorge. L’unique survivant a été transporté à l’hôpital « entre la vie et la mort », a précisé un autre membre de la milice, Ibrahim Liman, qui a dressé le même bilan. Les attaques attribuées à Boko Haram et à la faction dissidente rivale État islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap) ciblent de plus en plus fréquemment des bûcherons, éleveurs et pêcheurs. Ils les accusent d’espionner et de transmettre des informations aux militaires et milices qui combattent les violences djihadistes dans la région. Plus de 36 000 personnes ont été tuées dans des violences depuis le début de l’insurrection de Boko Haram en 2009 dans le nord-est du Nigeria, où plus de 2 millions de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer.

— Agence France-Presse

Pays-Bas

L’euthanasie sera légalisée pour les enfants

Les Pays-Bas ont annoncé, mardi, qu’ils allaient légaliser l’euthanasie pour les enfants malades en phase terminale âgés de 1 à 12 ans.

Le ministre de la Santé, Hugo de Jonge, a indiqué qu’il allait rédiger une réglementation sur le sujet, en se basant sur une étude signée par des experts montrant que des enfants malades souffraient « désespérément ».

L’euthanasie est déjà légale aux Pays-Bas pour les plus de 12 ans qui peuvent donner leur consentement, et pour les bébés de moins de 1 an avec le consentement des parents.

Mais il n’existe pas de clause légale pour les enfants de 1 à 12 ans, à cause d’un débat au sein des autorités néerlandaises sur le fait de savoir si des enfants de cet âge sont capables de prendre pareille décision.

M. de Jonge a expliqué qu’une étude conduite par des experts en médecine, commandée par son ministère, a montré que cette nouvelle règle pourrait s’appliquer à 5 à 10 enfants par an.

« L’étude montre qu’il existe un besoin de pouvoir mettre fin intentionnellement à la vie parmi les médecins et les parents d’enfants incurables, qui souffrent désespérément et épouvantablement et mourront dans un avenir prévisible », a écrit M. de Jonge dans une lettre au Parlement.

Les ministres du gouvernement de coalition du premier ministre Mark Rutte sont finalement tombés d’accord sur le sujet mardi après des mois de désaccords, marqués par une forte opposition de partis chrétiens.

Les médecins protégés

Les lois existantes n’ont pas besoin d’être modifiées, mais les médecins seront protégés de toute poursuite pour avoir procédé à une euthanasie autorisée sur un enfant qui souffre, a précisé M. de Jonge.

Le Parlement néerlandais devrait débattre du sujet jeudi, et le gouvernement devrait mettre en œuvre la réglementation afférente dans les prochains mois.

Les Pays-Bas et la Belgique voisine ont été les premiers pays au monde à légaliser l’euthanasie en 2002.

La Belgique est ensuite devenue le premier pays à autoriser l’euthanasie volontaire d’enfants en 2014, suivie rapidement par les Pays-Bas.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.