Afrique

27 %

Seulement 27 % des professionnels de santé, soit environ un sur quatre, ont été entièrement vaccinés contre la COVID-19 en Afrique, a estimé jeudi l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « Compte tenu de la recrudescence des cas en Afrique à laquelle on peut s’attendre après les Fêtes, les pays doivent de toute urgence accélérer le déploiement des vaccins auprès du personnel de la santé », a déclaré la directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. (AFP)

Rome

La célèbre « Afghane aux yeux verts » réfugiée en Italie

La célèbre Afghane aux yeux verts, immortalisée il y a plus de 30 ans en couverture de la revue National Geographic, a été évacuée vers l’Italie après la prise de Kaboul par les talibans, a annoncé Rome jeudi. « Un communiqué officiel précise que la ressortissante afghane Sharbat Gula est arrivée à Rome après que le gouvernement italien eut « facilité et organisé son transfert. ». Sharbat Gula, jeune femme aux yeux verts mis en valeur par un foulard rouge, est devenue célèbre après la publication en 1985 d’une photo prise l’année précédente dans un camp de réfugiés afghans au Pakistan par le photographe Steve McCurry. Cette mère de quatre enfants, analphabète, dit être arrivée au Pakistan orpheline, quatre ou cinq ans après l’invasion soviétique de 1979, comme des millions d’Afghans qui avaient fui les combats de l’autre côté de la frontière.

—Agence France-Presse

Îles Salomon 

Des manifestants dispersés à coups de tirs de sommation policiers

La police des îles Salomon a eu recours vendredi à des tirs de sommation pour disperser des manifestants qui tentaient d’atteindre la résidence privée du premier ministre Manasseh Sogavare dont ils réclament la démission. Un petit nombre de policiers a réussi à disperser la foule qui avait mis le feu à au moins un bâtiment et à la repousser vers le centre de Honiara, la capitale de l’archipel, secouée depuis trois jours par de violentes émeutes. Vendredi, des bâtiments ont été incendiés et des magasins pillés. Des milliers de personnes, certaines armées de haches et de couteaux, s’en sont prises au quartier chinois et au centre des affaires de la ville. La veille, les émeutes avaient conduit l’Australie à annoncer le déploiement d’une force de maintien de la paix. Ces émeutes interviennent sur fond de rivalité entre Taiwan et Pékin qui s’inquiète pour ses intérêts dans l’archipel du Pacifique. — Agence France-Presse

Somalie

Un nouvel attentat djihadiste fait huit morts

Huit personnes ont été tuées jeudi et plus d’une dizaine blessées par l’explosion d’une voiture piégée près d’une école de la capitale somalienne Mogadiscio, revendiquée par le groupe djihadiste des shebab. Des parents angoissés se sont précipités sur les lieux de l’explosion, qui a détruit le bâtiment de l’école, alors que les élèves blessés étaient emmenés dans les hôpitaux de la ville. L’explosion s’est produite vers 7 h 30 du matin. En quelques secondes, des poutres en bois et des tôles en fer blanc se sont abattues sur les jeunes élèves, et des murs se sont écroulés. Des habitants ont dégagé des blessés des décombres à mains nues avant de les transporter en lieu sûr jusqu’à l’arrivée des ambulances. Le premier ministre somalien Mohamed Hussein Roble a condamné l’attaque, déclarant que « cet acte impitoyable indique clairement jusqu’où ce groupe tordu est allé pour verser le sang de civils innocents sans discernement ». Cette attaque à la voiture piégée est la troisième de ce type en quelques semaines. —Agence France-Presse

Antilles

Le mouvement de contestation se poursuit

Le mouvement de contestation a continué dans les Antilles jeudi. L’opposition à l’obligation vaccinale a été l’élément déclencheur de la crise, qui s’est étendue à des revendications sociales. Le préfet de Martinique a instauré un couvre-feu face aux violences urbaines nocturnes. Le gouvernement envisage une « solution individuelle » pour les soignants et les pompiers de Guadeloupe devant être suspendus car rétifs à la vaccination obligatoire, selon le ministère des Outre-mer. À l’issue d’une réunion en visioconférence avec le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, le président de l’association des maires de Guadeloupe, Jocelyn Sapotille, a avancé que la suspension de l’obligation vaccinale « refusée au départ, aujourd’hui [était] étudiée » par le gouvernement, notamment « pour régler la situation de 1200 à 1300 Guadeloupéens qui vont se retrouver sans revenus » car suspendus. Toutefois, « l’obligation vaccinale pour les soignants et les pompiers ne sera pas levée ».

—Agence France-Presse

Suède

Un deuxième vote lundi pour la première première ministre

Après sa démission chaotique mercredi, la cheffe des sociaux-démocrates suédois Magdalena Andersson va être soumise à un nouveau vote du Parlement lundi pour devenir – pour de bon, sauf nouvel accident – la première femme première ministre du pays nordique. La dirigeante sociale-démocrate avait bien été élue mercredi matin devant les députés du Riksdag, avec une seule voix de marge. Mais elle avait dû démissionner sept heures plus tard au terme d’une journée cauchemardesque marquée par une défaite sur son budget devant les mêmes députés, puis le départ des écologistes du gouvernement. « Je regrette profondément les évènements qui se sont produits au Parlement hier [mercredi] », a déclaré le président du Parlement, Andreas Norlén, lors d’une conférence de presse. Après avoir sondé les chefs de partis, il a conclu que leurs intentions étaient inchangées quant à l’élection de la future première ministre : les trois partis ayant permis son arrivée au pouvoir ont fait savoir qu’ils permettraient à nouveau son élection. Magdalena Andersson va donc être soumise au vote lundi, a-t-il annoncé, avec, cette fois, un gouvernement entièrement social-démocrate, sans écologistes.

— Agence France-Presse

Naufrage dans la Manche

Paris et Londres devront se coordonner

Après le choc face à la pire tragédie migratoire survenue dans la Manche, Paris et Londres vont tenter de taire leurs désaccords et d’améliorer la coordination internationale, pour lutter contre les gangs de passeurs organisant des traversées illégales.

La mort de 27 migrants qui tentaient de rejoindre l’Angleterre, mercredi soir, dans le naufrage de leur embarcation est le drame migratoire le plus meurtrier depuis la hausse en 2018 des traversées de la Manche, face au verrouillage croissant du port français de Calais, située dans le nord de la France, et du tunnel ferroviaire, empruntés jusque-là.

« La France est un pays de transit, nous nous battons contre ces réseaux de passeurs qui utilisent la détresse, mais nous devons pour cela améliorer la coopération européenne », a plaidé jeudi le chef de l’État français, Emmanuel Macron, en déplacement à Zagreb.

Même son de cloche du côté de la ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, qui a appelé à un « effort international coordonné », devant les députés britanniques.

Ainsi, la France a invité « les ministres responsables de l’immigration belge, allemand, néerlandais et britannique, ainsi que la Commission européenne, à une rencontre » dimanche à Calais.  

« Cette réunion devra permettre de définir les voies et moyens de renforcer la coopération policière, judiciaire et humanitaire » pour « mieux lutter contre les réseaux de passeurs », ont expliqué les services du premier ministre français Jean Castex.

« Kurdes, Iraniens et Afghans »

Parmi les victimes du drame qui s’est déroulé sur un long boat, bateau gonflable fragile au fond souple, figurent dix-sept hommes, sept femmes et trois jeunes.

Les circonstances du drame ne sont pas encore éclaircies, mais Mohamed, un Syrien de 22 ans, affirme être l’un des derniers à les avoir côtoyés : « Ils étaient avec moi ici à Calais il y a trois jours encore ».  

« Ils étaient Kurdes irakiens, Iraniens et Afghans. On a vécu dans les campements, dans la rue, on a même dormi dans la gare de Calais. Il y a trois jours, le groupe nous a dit “on part en Angleterre”, et ils sont partis », assure-t-il, entouré de plusieurs compatriotes qui opinent du chef.  

Cinq personnes, soupçonnées d’être des passeurs, ont été arrêtées.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.