COVID-19

660 905

Nombre de nouveaux cas de COVID-19 dans le monde pour la journée de samedi, un record absolu, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Autre sombre record, pour la première fois, l’OMS a enregistré plus de 9500 morts sur trois jours consécutifs : 9928 décès jeudi, 9567 vendredi et 9924 samedi. (AFP)

COVID-19

Le vaccin de Sanofi pourra être conservé au frigo

Le vaccin que développe le groupe français Sanofi contre la COVID-19 pour une diffusion en juin 2021 n’aura pas besoin d’être conservé au congélateur, a indiqué dimanche le président de Sanofi France, Olivier Bogillot, sur CNews. Contrairement au vaccin développé par l’américaine Pfizer et l’allemande BioNTech, qui nécessite des températures très basses (-70 °C) pour être conservé, « notre vaccin sera comme le vaccin contre la grippe, vous pourrez le mettre dans votre réfrigérateur », a souligné Olivier Bogillot, sur la chaîne CNews. Le vaccin pourrait être distribué « dès le mois de juin 2021 », a indiqué Olivier Bogillot. Les résultats des essais de phase 2 « sur plusieurs centaines de malades » devraient être rendus publics début décembre. Si ces résultats s’avèrent positifs, Sanofi va lancer les essais de phase 3 « sur plusieurs dizaines de milliers de patients » et prendre le « risque » de « lancer simultanément la production ». Le laboratoire ne sait pas encore s’il faudra « une ou deux doses » pour que le vaccin soit efficace. — Agence France-Presse

Pérou

Démission du président par intérim

Poussé à la démission par la rue et la classe politique, le président par intérim du Pérou, Manuel Merino, a annoncé dimanche sa démission cinq jours après son accession contestée à la présidence du pays. « Je veux faire entendre à tout le pays que je présente ma démission », a déclaré Manuel Merino lors d’une allocution télévisée, au lendemain de la violente répression des manifestants exigeant son départ, qui a fait deux morts selon un bilan officiel et une centaine de blessés. Le Parlement doit désormais nommer un nouveau président parmi ses membres, le troisième en moins d’une semaine après la destitution par cette même assemblée de Martin Vizcarra, populaire président mis en défaut par une procédure expéditive qui témoigne de la fragilité des institutions péruviennes. Peu avant l’allocution télévisée de M. Merino, le chef du Parlement, Luis Valdez, avait réuni les dirigeants des neuf groupes parlementaires. Ensemble, ils avaient « convenu d’exhorter M. Merino ». — Agence France-Presse

Libye

Pas d’accord sur de futurs dirigeants, nouvelles discussions dans une semaine

Les délégués libyens chargés de mettre sur pied un exécutif unifié ne sont pas parvenus à un accord sur les noms de leurs futurs dirigeants, et reprendront les discussions dans une semaine, signe de la difficulté à sortir le pays d’une décennie de conflits. Les discussions se sont poursuivies jusqu’à la dernière minute dimanche entre les 75 délégués de tous bords rassemblés depuis une semaine à l’invitation de l’ONU dans la banlieue de Tunis, en l’absence des protagonistes. « Nous avons convenu de nous retrouver dans une semaine pour une rencontre virtuelle afin qu’ils [les délégués] se mettent d’accord sur le mécanisme de sélection pour la future autorité », a indiqué à la presse l’émissaire par intérim de l’ONU pour la Libye, Stephanie Williams. Un accord a été trouvé sur des élections « nationales » le 24 décembre 2021, avait annoncé l’ONU vendredi, sans préciser s’il s’agissait d’élections présidentielles ou parlementaires, ou les deux. Deux autorités se disputent aujourd’hui le pouvoir : le Gouvernement d’union nationale, qui siège dans l’ouest à Tripoli et reconnu par l’ONU, et un pouvoir incarné par Khalifa Haftar, homme fort de l’est, soutenu par une partie du Parlement élu et son président, Aguila Saleh. — Agence France-Presse

Royaume-Uni

Boris Johnson se place en isolement volontaire

Le premier ministre britannique Boris Johnson s’est mis en isolement après avoir été en contact avec une personne infectée par le nouveau coronavirus, a annoncé dimanche soir un porte-parole de Downing Street.

Le chef du gouvernement, gravement atteint par la COVID-19 il y a plusieurs mois, se sent « bien » et n’a « aucun symptôme » de la maladie, a précisé la même source, ajoutant qu’il continuerait à travailler depuis Downing Street, « notamment pour mener la réponse du gouvernement face à la pandémie de coronavirus ».

La nouvelle intervient alors que les négociations avec l’Union européenne abordent un sprint final décisif et que sont attendues des annonces d’importance de la part du premier ministre britannique dans plusieurs registres, selon Downing Street.

Boris Johnson a été informé par le traçage des cas du service public de santé, le NHS, qu’il devait s’isoler après un contact avec quelqu’un qui a été déclaré positif à la COVID-19. « Le premier ministre va suivre les règles et s’est mis à l’isolement », a déclaré dans un communiqué un porte-parole de Downing Street.

Boris Johnson avait rencontré jeudi matin à Downing Street un petit groupe de députés, parmi lesquels Lee Ashfield, qui a par la suite développé des symptômes et a été diagnostiqué positif. La rencontre a duré environ 35 minutes.

Elle s’est tenue lors d’une semaine marquée par le départ retentissant de deux de ses conseillers, dont Dominic Cummings, cerveau de la campagne du Brexit en 2016.

Le premier ministre compte s’adresser au pays pendant son isolement, selon Downing Street, et donnera davantage de détails le moment venu. Il doit étudier avec les services du Parlement comment il peut prendre part aux affaires de celui-ci.

Agenda chargé

Cet isolement risque de bousculer un agenda chargé ces prochaines semaines, avec au programme sur le plan intérieur la lutte contre le nouveau coronavirus – notamment pour aborder la fin après quatre semaines du deuxième confinement en Angleterre prévu le 2 décembre –, des annonces budgétaires et la présentation de son plan en 10 points pour une « révolution industrielle verte ».

Atteint par la COVID-19, Boris Johnson avait passé environ une semaine à l’hôpital à Londres au mois d’avril, dont trois jours aux soins intensifs. Il avait remercié les soignants qui lui ont « sauvé la vie », citant en particulier les infirmiers présents à ses côtés pendant les 48 heures où « tout aurait pu basculer ».

Avec près de 52 000 morts dans les 28 jours suivant un test positif, le Royaume-Uni est le pays le plus durement touché en Europe par la pandémie qui a fait 1,3 million de morts dans le monde.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.