Forage

6409

C’est le nombre de puits qui devraient être forés au pays en 2023, selon l’Association canadienne des entrepreneurs en énergie. L’organisme prévoit une intensification de l’activité de forage pétrolier et gazier en 2023. Cela représenterait une hausse d’environ 15 % par rapport à 2022. Le groupe de l’industrie s’attend à ce que l’activité soit amplifiée par la construction de l’expansion du pipeline Trans Mountain et du projet Coastal Gas Link. — La Presse Canadienne

Perspectives des entreprises

Pessimisme pour 2023, sauf dans les marchés d’alimentation

Les perspectives économiques des entreprises se sont détériorées au troisième trimestre, les taux d’intérêt ayant commencé à avoir un effet modérateur sur l’économie, a indiqué mercredi Statistique Canada. Dans son rapport trimestriel sur les statistiques financières des entreprises publié mercredi, l’agence fédérale a noté que la pénurie de main-d’œuvre persistante, la tendance à la baisse des prix de l’énergie et des métaux et la dépréciation du dollar canadien par rapport au dollar américain avaient toutes contribué à accroître l’incertitude et les préoccupations concernant un ralentissement économique. Les sociétés canadiennes ont vu leur bénéfice net désaisonnalisé avant impôts diminuer de 8,1 % au troisième trimestre, par rapport au trimestre précédent, même si celui-ci a augmenté d’une année à l’autre, a précisé Statistique Canada. De leur côté, les magasins d’alimentation ont vu leur marge bénéficiaire moyenne avant impôt passer d’une moyenne de 2,2 % avant 2020 à 3,5 % jusqu’à présent en 2022.

— La Presse Canadienne

50 millions US pour la montréalaise WorkJam

WorkJam, une entreprise montréalaise fondée en 2014 qui offre différents outils de gestion des horaires et de la formation, a annoncé mercredi avoir bouclé un tour de financement de série D de 50 millions US. L’opération a été menée conjointement par un nouvel investisseur, le Fonds de solidarité FTQ, et Inovia Capital. Blumberg Capital et Demopolis Equity figurent également parmi les participants au tour de financement, qui devrait permettre à WorkJam de développer ses activités en Europe, en Asie du Sud-Est, en Amérique latine et aux États-Unis. Cette dernière opération égale la somme de 50 millions US obtenue à l’issue d’un financement de série C en avril 2020, également mené à l’époque par Inovia Capital. L’application WorkJam, présentée par l’entreprise comme permettant « l’orchestration totale de la main-d’œuvre », est notamment utilisée par Alimentation Couche-Tard, Hilton, Shell et American Eagle Outfitters.

— Karim Benessaieh, La Presse

Protection des régimes de retraite

Le projet de loi adopté à l’unanimité

Le projet de loi C-228, qui vise à protéger les régimes de retraite des travailleurs en cas de faillite d’une entreprise, a été adopté à l’unanimité, mercredi, à la Chambre des communes. L’adoption de ce projet de loi constitue « une très bonne nouvelle pour les retraités », estime le Réseau FADOQ. Les retraités sont en ce moment, grosso modo, « les derniers à piger dans le bol » pour avoir des versements qui combleraient les déficits de leur fonds de pension, dit le porte-parole du Réseau FADOQ, Philippe Poirier-Monette. Une fois le projet de loi adopté, ils ne verront plus à peu près tout le monde passer avant eux puisqu’ils feront partie des créanciers prioritaires. M. Poirier-Monette a soutenu que les retraités de Sears, de Nortel Networks, de la société minière Cliffs, sur la Côte-Nord, et de l’usine MABE qui était détenue par General Electric auraient, par exemple, été mieux protégés si ce projet de loi avait été en vigueur lors de ces grandes faillites.

— La Presse Canadienne

Hausses de taux

Un ralentissement « bientôt opportun », selon la Fed

Une majorité des membres du Comité monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) pensent qu’un ralentissement des hausses de taux sera « bientôt opportun », d’après le compte rendu de la réunion de la Fed tenue les 1er et 2 novembre, publié mercredi.

« Un rythme plus lent des hausses de taux devrait permettre au Comité de mieux évaluer les progrès » de la lutte contre l’inflation, tout en préservant le marché de l’emploi, selon ce compte rendu de la Fed.

« Une substantielle majorité des participants estime que ralentir le rythme des hausses de taux pourrait bientôt être opportun », indique encore la banque centrale américaine dans son compte rendu.

Début novembre, la Fed avait relevé les taux d’intérêt au jour le jour pour la quatrième fois d’affilée de trois quarts de point de pourcentage (0,75 %) pour les établir entre 3,75 % et 4,00 %.

Ces taux sur les fonds fédéraux conditionnent tous les autres crédits aux États-Unis et leur augmentation a nettement fait fléchir le marché immobilier en renchérissant les crédits hypothécaires.

Ralentissement de l’inflation

Pour la prochaine réunion de la Fed, prévue les 13 et 14 décembre, les marchés étaient déjà largement convaincus à 75 %, avant la publication du compte rendu, que la banque centrale ne relèverait les taux d’intérêt que de 50 points de base, selon les calculs de CME sur les marchés à terme.

L’inflation a en effet commencé à ralentir un peu, à 7,7 % sur un an en octobre, selon l’indice CPI, contre 8,2 % en septembre.

Mais les membres du Comité monétaire (FOMC) restent déterminés à poursuivre le travail. « Ils continuent à anticiper que des augmentations de taux vont se poursuivre jusqu’à ce que l’on atteigne une zone suffisamment restrictive pour dompter l’inflation », selon le compte rendu.

En revanche, ils ne donnent pas d’indications sur ce que pourrait être « le niveau terminal » des taux au jour le jour, ce niveau « restant très incertain ».

Mais certains membres du Comité l’estiment « plus haut qu’ils ne le pensaient auparavant », car « l’inflation ne montre que peu de signes de ralentissement », disent-ils, alors que la réunion s’était tenue une semaine avant la parution du dernier indice d’inflation CPI qui a affiché un petit ralentissement de l’augmentation des prix à la consommation.

Un débat semble aussi apparaître avec « certains participants » qui s’inquiètent qu’on augmente trop fort les taux.

« Il y a un risque que la restriction cumulée de la politique monétaire dépasse ce qu’il est nécessaire de faire pour ramener l’inflation à 2 % », craignent certains membres. Ils ont fait « remarquer que la poursuite rapide du resserrement monétaire a augmenté les risques d’instabilité et de dislocation du système financier ».

Wall Street, où les échanges étaient très peu volumineux mercredi, à la veille de Thanksgiving, ce qui augmente la volatilité, a réagi plutôt positivement à la publication du compte rendu, les indices s’inscrivant légèrement plus haut dans le vert.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.