Technologie

La Caisse injecte plus de 100 millions dans AppDirect

La Caisse de dépôt et placement du Québec se hisse en force au capital-actions d’AppDirect en injectant plus de 100 millions dans l’entreprise de San Francisco fondée par un Montréalais et un Ontarien.

Pour la Caisse de dépôt, il s’agit d’un premier investissement direct dans l’entreprise dirigée par Nicolas Desmarais et Dan Saks.

Fondée en 2009, AppDirect offre des services infonuagiques par l’entremise d’une plateforme de commerce par abonnement. L’entreprise doit annoncer ce mercredi l’obtention d’un financement de près d’un quart de milliard de dollars canadiens (185 millions US) auprès de la Caisse et de ses actionnaires actuels.

Cette somme porte à plus de 600 millions CAN (465 millions US) l’argent récolté par AppDirect auprès des investisseurs au fil des ans. Ce financement donne maintenant une valeur de 2 milliards CAN (1,5 milliard US) à l’entreprise.

La Caisse n’a pas souhaité divulguer le montant exact qu’elle investit dans cette ronde de financement. Toutefois, Dan Saks a indiqué à La Presse que la Caisse est le principal investisseur et que la « majorité » de la somme totale provient de la Caisse. Selon nos informations, la somme se compare aux 170 millions investis par la Caisse dans Lightspeed il y a trois ans.

« On aime les entreprises de technologies qui ont des revenus récurrents et dans le cas d’AppDirect, près de 97 % des revenus sont récurrents, ce qui diminue les risques pour un investisseur comme la Caisse », commente Tom Birch, vice-président, capital de risque et technologies, à la Caisse de dépôt.

L’argent frais récolté doit en grande partie être dépensé au Québec. Dan Saks souligne que les fonds serviront essentiellement à soutenir les efforts de recherche et développement de la plateforme à partir du bureau de Montréal.

Bonifier ses effectifs à Montréal

L’effectif total d’AppDirect s’élève à 750 employés. Quelque 300 de ces employés sont au Canada, la majorité (près de 200) à Montréal.

AppDirect projette de bonifier de nouveau son effectif à Montréal. Dan Saks soutient que l’entreprise prévoit d’ailleurs procéder bientôt à une annonce à cet effet.

Pour appuyer sa croissance, AppDirect compte aussi réaliser d’autres acquisitions, mais l’entreprise n’en a toujours pas réalisé cette année. « On est toujours en mode acquisition et on aimerait en réaliser une avant la fin de l’année », dit Dan Saks.

« Nous avons pris une pause de ce côté avec la pandémie. Mais notre croissance s’est néanmoins accélérée et nous sommes maintenant prêts à relancer notre stratégie d’acquisitions. »

— Dan Saks, cofondateur d’AppDirect

« Nous voulons bâtir un Goliath, une énorme entreprise », affirme de son côté Chris Arsenault, membre du conseil d’administration d’AppDirect et associé directeur chez iNovia.

AppDirect n’est toujours pas rentable, mais continue d’investir dans son développement. Chris Arsenault souligne qu’AppDirect a presque doublé son chiffre d’affaires depuis trois ans et qu’il frôle aujourd’hui la barre des 200 millions US.

L’entreprise est une excellente candidate pour une potentielle inscription en Bourse en raison notamment de sa forte croissance et de son équipe de direction. « AppDirect est déjà gérée comme si elle était une entreprise publique, dit Tom Birch. Lorsqu’elle voudra aller en Bourse, elle sera en position de le faire. »

La décision de faire le saut à la Bourse reviendra au conseil d’administration. Plusieurs facteurs doivent entrer en ligne de compte. L’entreprise pourrait décider de le faire si elle juge que ça peut l’aider à réaliser des acquisitions en utilisant ses actions comme monnaie d’échange ou pour lever des capitaux additionnels. La Bourse est aussi un outil pour accroître la visibilité à l’échelle internationale et pour contribuer à attirer et retenir des talents.

La plateforme d’AppDirect est aujourd’hui notamment utilisée par de grandes entreprises comme Vodafone, Deutsche Telekom, Honeywell, Comcast et ADP.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.