Banc d'essai Lexus NX 2022

L’efficacité discrète

Sans faire beaucoup parler de lui, cet utilitaire est l’une des plus belles réussites de la marque.

UN DOSSIER DE NOTRE COLLABORATEUR ÉRIC LEFRANÇOIS

Banc d'essai Lexus NX 2022

Son futur succès ne tient qu’à un fil

Lexus NX

Fourchette de prix

De 47 400 $ à 76 350 $

On aime

Le choix des motorisations

La disparition du pavé tactile

Le poste de conduite moins étriqué

On aime moins

Le seuil élevé du coffre

Le temps de réponse du 2,4 L turbo

La version de base inintéressante

Notre verdict

Un RAV4 cousu main

Pour réaliser le NX de deuxième génération, personne chez Lexus n’a proposé de partir d’une feuille blanche. Logique : la formule inaugurée en 2004 a fait de ce véhicule l’un des plus diffusés de sa catégorie au Canada. L’arrivée d’une motorisation hybride rechargeable pourrait bien augmenter de beaucoup sa notoriété.

Le NX de Lexus est un utilitaire bien élevé. Cela tombe bien. Sur ce milieu de gamme, qui détermine largement les volumes de production et les profits des constructeurs, la clientèle est plutôt traditionnelle.

Aussi, lorsqu’on se fixe comme objectif de conserver le « portefeuille » de la clientèle de la génération précédente, dont la fidélité lui a valu de remporter de jolis résultats, il ne faut heurter personne. D’où cette façade avant qui reprend le nouveau design Lexus avec sa calandre haute comme un gratte-ciel. En revanche, le dessin tout en ellipses du pavillon de toit et celui du hayon comme des feux arrière procurent à ce véhicule une personnalité un peu plus marquée.

Hybridation

Ni simple reformulation d’un produit à succès ni modèle foncièrement original, le NX est surtout une adaptation aux exigences de son temps. Outre la qualité de fabrication, l’effort a été mis sur la sécurité et le respect de l’environnement.

D’ailleurs, sur cet aspect, Lexus propose un éventail complet de motorisations, dont une hybride rechargeable. Cette dernière figure – sans surprise – au sommet ($$$) de la gamme. À l’instar du RAV4 Prime, ce NX 450h+ affiche une autonomie électrique enviable et surpasse de beaucoup tous les hybrides de sa catégorie.

À défaut de pouvoir s’offrir la déclinaison haut de gamme, l’autre hybride (celle qui n’a pas un fil à la roue et commercialisée sous le code NX 350h) représente sans doute le choix le plus éclairé et permet de réduire la consommation de manière très appréciable. Quant au nouveau moteur à essence turbocompressé qui anime le NX 350, il ne manque pas de verve, mais se trouve affligé par un temps de réponse un peu trop long. Quant au NX 250, sa motorisation ne présente aucun intérêt avec son moteur très sonor emprunté au RAV4. D’ailleurs, sa présence au catalogue vise essentiellement à attirer le consommateur dans les concessions.

Horizon dégagé

Sur la route, les lois de la gravité se font assez nettement sentir au démarrage et sur les petites routes sinueuses, mais s’atténuent lorsque l’on circule sur les voies rapides. En fait, on adapte spontanément sa conduite au tempérament, placide sans être mollasson, du NX.

Plus long, plus haut et plus large que le modèle qu’il remplace, le NX dispose désormais d’un espace intérieur plus important à l’arrière et d’un coffre plus carré. À l’avant, les places sont moins étriquées qu’autrefois, surtout pour celui ou celle qui se trouve au volant.

Le tableau de bord, flanqué comme il se doit de l’incontournable écran d’infodivertissement, occupe l’espace avec une certaine harmonie. L’irritant pavé tactile autrefois offert brille par son absence au profit d’un écran tactile.

Plus largement, le dernier NX met à profit la nouvelle plateforme sur laquelle il a été conçu, et en particulier son châssis, pour améliorer ses prestations en matière de précision de conduite, de confort acoustique et de bien-être à bord.

On l’aura compris, il est bien difficile de trouver un point faible, une faille dans l’armure de ce véhicule dont les versions à essence sont désormais assemblées au Canada. Plus généreux en habitabilité que le Lexus UX, moins encombrant et massif que l’imposant Lexus RX, le NX représente une sorte de juste milieu dans l’univers du luxe automobile, un bel exemple d’homogénéité.

Faites part de votre expérience

La Presse publiera prochainement l’essai des véhicules suivants : Audi A3, Cadillac CT-5, Hyundai Santa FE, Infiniti QX60, Nissan Frontier, Subaru Forester, Toyota Tundra et Volkswagen GTi/R. Si vous possédez l’un de ces véhicules, nous aimerions bien vous lire.

Banc d'essai Lexus NX 2022

Fiche technique

Moteurs

L4 DACT 2,5 L atmosphérique (250) : 203 ch à 6600 tr/min, 217 lb-pi de couple à 5000 tr/min

L4 DACT 2,4 L turbocompressé (350) : 275 ch à 6000 tr/min, 317 lb-pi de couple entre 1700 et 3600 tr/min

L4 DACT 2,5 L hybride (350h) : 240 ch à 6600 tr/min*

L4 DACT 2,5 L hybride (450h+) : 304 ch à 6600 tr/min*

* Toyota ne communique jamais le couple « combiné » de ses véhicules hybrides et hybrides rechargeables.

Performances

Poids : 1719 kg (250), 1830 kg (350), 1850,6 kg (350h), 2029,8 kg (450h+)

Garde au sol : 195,5 mm (avec pneus de 20 po)

Capacité maximale de remorquage : 907 kg

Boîte de vitesses

De série : automatique 8 rapports

Optionnelle : aucune

Mode d’entraînement : rouage intégral (4 roues motrices)

Pneus

235/60R18

235/50R20

Capacité du réservoir, essence recommandée

55 L

Ordinaire (250)

Super (350, 350h, 450h+)

Consommation

5,8 L/100 km (450h+)

9,7 L/100 km (350)

Autonomie électrique : 61 km (donnée du constructeur)

Dimensions

Empattement : 2689,8 mm

Longueur : 4660,9 mm

Hauteur : 1671,3 mm

Largeur : 1864,3 mm (rétroviseurs repliés)

Ô Canada

À l’exception de la version hybride rechargeable (450h+), tous les NX destinés au marché nord-américain prendront naissance dans les installations canadiennes du groupe Toyota. Cette usine située à Cambridge, en Ontario, assemble déjà les RAV4 à essence. Il s’agit d’une première pour Lexus ; la production de ses modèles était jusqu’ici exclusivement concentrée au Japon.

Cylindrée accrue

L’actuel RAV4 de Toyota partage plusieurs de ses composants avec le nouveau NX. En effet, l’architecture est sensiblement la même. Au Canada, le NX adopte de série le rouage intégral et propose, en entrée de gamme, la même mécanique essence que le RAV4. Ici s’arrêtent les comparaisons, puisque le NX étrenne en exclusivité une nouvelle mécanique suralimentée de 2,4 L. Celui-ci prend le relais du 2 L.

Banc d"essai Lexus NX 2022

L’avis des propriétaires

Bonheur d’occasion

Je suis propriétaire d’un Lexus NXT 200 2015 depuis trois ans, que j’ai acheté d’occasion avec 63 000 km au compteur. J’en suis pleinement satisfait : c’est un véhicule complet, bien équipé, avec des sièges très confortables, une bonne suspension équilibrée qui mélange bien sportivité et confort, un moteur turbo performant et pas trop gourmand, un espace de chargement respectable, une très bonne chaîne audio, un équipement complet, et surtout, une fiabilité à tous crins. Bref, j’en suis très satisfait, contrairement à mon véhicule précédent, un Mercedes GLK 350 2011 qui, quoique plus agréable à conduire, m’a toutefois réservé plusieurs visites chez le concessionnaire pour toutes sortes de pépins aussitôt que la garantie de trois ans a été expirée. De surcroît, chaque fois que je visitais le concessionnaire, j’avais l’impression de me faire extorquer, ce qui est tout le contraire du concessionnaire Lexus. Ce n’était pas ma première expérience avec Lexus, puisque ma femme a été propriétaire d’une ES 350 2008 pendant 12 ans, qui était tout aussi fiable et qui ne lui a jamais causé de souci. Bref : fiabilité, confort et entretien normal, point à la ligne.

— Jean Roy

Pleinement satisfait

Nous possédons un NX depuis le printemps dernier. Même s’il n’était pas chaudement recommandé par les différents médias spécialisés, nous aimons beaucoup notre nouvelle acquisition. Confortable, silencieux, très agile, et il nous donne pleinement satisfaction. Vrai que le système d’infodivertissement est difficile à manipuler, mais on ne passe pas notre temps à jouer là-dessus.

— Michel Belec

Que les entretiens

J’ai été l’heureux locataire du modèle NX 200 2015. Actuellement, j’ai le modèle NX 300 2019. Même puissance et même qualité à plusieurs points de vue. Je ne suis jamais retourné chez le concessionnaire pour des réparations sauf pour les entretiens habituels recommandés. Consommation d’essence par 100 km remarquable : 8,5 L pour la conduite en ville, hiver comme été. Sur l’autoroute, il consomme entre 6,5 L et 7,5 L par 100 km. Voilà la récompense pour garder mon Lexus NX 300 en excellent état. Le seul bémol, l’insonorisation pourrait être améliorée.

— Gaétan Faubert

Système d’infodivertissement à revoir

Nous sommes propriétaires d’un NX 200 depuis presque cinq ans et nous sommes très satisfaits de sa tenue de route et de son confort lors des grands trajets. Nous allons dans le Sud l’hiver et il y a suffisamment d’espace avec les sièges baissés pour tout ce que nous voulons transporter. Sur la grande route, sa consommation est très bonne (de 7,8 L à 8,6 L par 100 km). En ville, c’est différent : de 10,5 L à 11,8 L par 100 km). La puissance du moteur est plus que suffisante pour nous éloigner des lignées de camions qui naviguent sur les autoroutes américaines. Malheureusement, comme toujours chez Lexus, le système d’infodivertissement laisse beaucoup à désirer. Mais nous sommes très satisfaits de notre véhicule et le prochain sera sans doute la 300h.

— Andrew Myre

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.