Violences par armes à feu

Un autre week-end chaud

Deux fusillades ont marqué la nuit de samedi à dimanche dans la région montréalaise

Un homme de 28 ans est mort et cinq autres personnes ont été blessées lors de deux évènements impliquant des armes à feu distincts dans la nuit de samedi à dimanche dans le Grand Montréal. La police étudie la possibilité que les deux épisodes soient liés. La tendance du début d’année très chaud semble ainsi se confirmer.

La triste séquence a commencé sur le boulevard Curé-Labelle, à Laval, où, vers 1 h 30, cinq membres d’une même famille ont été pris pour cible à la sortie d’une soirée organisée dans la salle de réception Paragon.

Junior Lemoyne Printemps, 28 ans, a succombé à ses blessures tandis qu’un garçon de 14 ans a été gravement blessé lorsque leur Dodge Charger a été criblé de balles, du côté conducteur, à une centaine de mètres à peine du stationnement. Deux des trois autres passagers ont subi des blessures mineures dues aux éclats de verre.

L’adolescent, un résidant des États-Unis en visite au Québec, était hors de danger en fin de journée dimanche, mais pourrait conserver d’importantes séquelles, selon nos informations. Ni le défunt ni les autres passagers n’étaient connus des services de police.

Dimanche, au passage de La Presse, la voiture dont les fenêtres avant étaient marquées par plusieurs impacts de balles venait tout juste d’être embarquée sur un camion plateforme.

Un poste de commandement avait été établi dans le stationnement d’une épicerie IGA adjacente à la scène de crime par les agents du Service de police de Laval (SPL), qui tentaient de recueillir différentes informations.

Un évènement « très familial »

Malgré la réputation du quartier, reconnu comme un endroit chaud de Laval, le propriétaire de la galerie Oasis, Joe Saba, assure ne jamais avoir eu d’ennuis avec l’établissement Paragon, un commerce voisin. « Non, non, il n’y a jamais eu de problème, pas de problème de party ou quoi que ce soit », a-t-il affirmé.

Jointe au téléphone, la conjointe du propriétaire du Paragon, Sophie Toutoudjian, a confirmé qu’un 50e anniversaire avait bel et bien été organisé dans la salle de réception samedi soir.

Or, selon ses dires, la fête rassemblait des personnes de tous âges, dont des enfants, et rien ne laissait présumer la suite des évènements.

« C’était très familial, très tranquille », a-t-elle insisté, ajoutant qu’il s’agissait de la première fois que l’établissement était ainsi mêlé à une affaire policière.

Les enquêteurs du SPL tentent, avec l’aide de leurs collègues montréalais, d’établir si cet évènement pourrait être lié à une autre fusillade survenue un peu plus tard dans la nuit, à quelques dizaines de kilomètres de là.

Un conflit dégénère à Saint-Laurent

Dans le stationnement avant d’un bâtiment anonyme d’un parc industriel de l’arrondissement de Saint-Laurent, à Montréal, deux voitures embouties l’une contre l’autre étaient toujours sur place dimanche en fin de matinée, aux côtés d’une bouteille de vodka vide laissée là.

À cet endroit situé rue Hickmore, presque à l’aube, vers 4 h 10, les agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont été appelés à intervenir, à la suite d’un appel concernant des coups de feu.

« Selon les premières informations, un rassemblement avait lieu dans un local situé dans le secteur industriel, et un conflit aurait dégénéré à l’extérieur. Et c’est à ce moment que les deux victimes ont été blessées », a indiqué le porte-parole du SPVM, Jean-Pierre Brabant.

Sur les lieux, ils ont trouvé, assis dans l’une des voitures, un homme âgé d’une trentaine d’années gravement blessé ; il a été transporté à l’hôpital et on ne craint pas pour sa vie. Quelque temps après, un autre homme, celui-ci âgé de 22 ans, s’est présenté dans un centre hospitalier à proximité. En raison de ses blessures, le personnel a cru bon d’appeler le SPVM qui a pu établir un lien entre l’homme et la scène de la rue Hickmore.

Le lieu est bien connu des policiers, même s’il s’agissait de la première fois qu’un épisode du genre y survient. Selon nos informations, des locaux y seraient souvent loués afin d’organiser des fêtes sans crainte d’incommoder les voisins dans ce secteur très espacé.

L’escouade Éclipse du SPVM s’y est d’ailleurs rendue dans le passé afin de mener des opérations de collecte d’informations.

Dans le cas des deux évènements, aucune arrestation n’avait encore eu lieu, et les enquêtes se poursuivaient dimanche.

Une tendance lourde

Ces évènements s’inscrivent dans une tendance lourde dans la grande région de Montréal. La Presse rapportait le 18 avril dernier qu’elle connaissait déjà un début d’année très chaud en matière de violence par armes à feu avec environ deux fois plus d’évènements que pour la même période en 2020 et en 2021.

Les policiers appréhendent un printemps chaud, d’autant plus qu’il y aurait également des tensions dans le milieu du crime organisé, en particulier au sein de la mafia.

Rappelons que le gouvernement du Québec a lancé en 2021 la stratégie Centaure, chapeautée par la Sûreté du Québec, pour lutter contre la prolifération des armes à feu constatée plus particulièrement depuis la fin de 2019.

Le SPVM compte aussi sur ses Équipes multidisciplinaires dédiées aux armes à feu (EMAF) et ses sections Stupéfiants, chapeautées par la Division du crime organisé, pour lutter contre ce fléau.

— Avec la collaboration de Daniel Renaud, La Presse

44

Nombre d’évènements impliquant des coups de feu survenus dans la métropole entre le début de janvier et la mi-avril. C’est environ deux fois plus que pour la même période en 2021 et en 2020, selon nos chiffres.

Source : La Presse

42

Nombre de fusillades répertoriées à Laval en 2021

Source : Service de police de Laval

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.