Appel à tous

Vos plans de voyage

Le Canada, à l’instar de plusieurs pays, exige toujours une quarantaine pour quiconque arrive de l’étranger. Ces deux semaines d’isolement freinent les ardeurs de plusieurs voyageurs, déjà refroidis par les nombreuses mesures encore en vigueur pour contrôler le coronavirus. Vous avez tout de même des projets de voyage à l’extérieur du pays dans les prochains mois ? Faites-nous part de vos plans.

Rectificatif

Centre écologique de Port-au-Saumon

Dans l’article « Quoi de neuf de l’Abitibi aux Îles-de-la-Madeleine », paru le 20 juin dernier, il aurait fallu lire que le Centre écologique de Port-au-Saumon fait partie du parc marin du Saguenay-Saint-Laurent. Il n’est pas seulement situé en bordure de celui-ci. Aussi, l’accès aux sentiers est payant (7 $ par adulte, 3 $ par enfant).

Journal de bord

Le bonheur est dans la découverte

La recette du bonheur est complexe, mais elle inclurait au moins ces ingrédients : découvrir de nouvelles choses et vivre de nouvelles expériences. Essentiellement ce qui nous pousse à voyager, quoi.

Or, une étude publiée dans Nature Neuroscience révèle que même de petites découvertes, dans son propre quartier, peuvent avoir un impact favorable sur l’humeur. Voyager chez soi, dans sa propre ville, est bon pour le moral, en somme. Les chercheurs en sont venus à cette conclusion après avoir étudié les déplacements et l’humeur de 122 personnes, à New York et à Miami : celles qui vivaient de nouvelles expériences et sortaient de leur quotidien affichaient généralement un moral plus positif. Sachant cela, on a tout intérêt à ne pas attendre la réouverture des frontières pour reprendre son rôle de touriste.

— Violaine Ballivy, La Presse

COVID-19 : le Cambodge réclame un dépôt de 3000 $ aux touristes

La reprise du tourisme au Cambodge a un prix : 3000 $ US par visiteur (4100 $ CAN environ), un dépôt exigé à l’arrivée au pays pour couvrir un ensemble de frais potentiellement occasionnés par le coronavirus, incluant une première nuit d’hôtel en quarantaine, les déplacements entre l’aéroport et le centre de dépistage, le test de dépistage lui-même, la désinfection des vêtements, etc. Les étrangers devront de plus démontrer qu’ils sont dotés d’une couverture médicale d’au moins 50 000 $ US et devront se soumettre à une quarantaine obligatoire, même si le résultat de leur test est négatif.

— Violaine Ballivy, La Presse

Un nouveau guide pour la Côte-Nord, Tadoussac et Charlevoix

Pandémie oblige, les vacances estivales des Québécois se passeront au Québec cette année. Et justement, Ulysse vient de publier son premier guide consacré à la Côte-Nord, Tadoussac et Charlevoix. On y présente différents itinéraires en fonction de la durée de nos vacances, et d’innombrables tops X pour ceux qui aiment ce genre de palmarès : les 5 restaurants de fruits de mer où s’arrêter, les 15 dates importantes de la région, les 5 expériences à vivre, etc. Évidemment, le coronavirus chamboule l’offre touristique et il faudra en tenir compte au moment de planifier une escapade, pour ne pas se retrouver devant une porte close. Vous ne visitez qu’une seule de ces régions ? Ulysse permet d’acheter les chapitres du guide à la pièce, en format numérique, pour une fraction du prix du guide.

— Violaine Ballivy, La Presse

Les Québécois veulent voyager… près de la maison

C’est avec beaucoup de prudence que les Québécois comptent recommencer à voyager après la levée des interdictions gouvernementales. Un sondage mené par CAA-Québec (sur l’internet, auprès de 1000 répondants, par la firme Léger) indique que 80 % des Québécois éviteront encore les destinations achalandées six mois après la levée des interdictions, rayant ainsi de la carte la plupart des capitales du monde… D’ailleurs, 75 % des répondants affirment qu’ils chercheront des destinations près de la maison et privilégieront la voiture, alors que seulement 38 % des répondants estiment « probable » la perspective de prendre l’avion pour les vacances, six mois après la réouverture des frontières. N’empêche : 66 % des gens interrogés affirment qu’ils ont hâte de recommencer à voyager et qu’ils le feront avec enthousiasme lorsque ce sera de nouveau permis. La reprise sera « longue, mais certaine », observe ainsi Philippe Blain, vice-président Voyage de CAA-Québec.

— Violaine Ballivy, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.