maison

À chaque balcon son usage

Voici certains balcons qui se distinguent du lot.

Comme en voyage

Lors du premier confinement, la comédienne Tatiana Zinga s’est retrouvée avec plein de temps dans son appartement du Mile End. « Au lieu de faire du pain, j’ai décidé d’aménager mon balcon, raconte-t-elle. Et comme je savais que je ne partirais pas en voyage, j’ai décidé de me faire un balcon de vacances. » Elle lui a même donné un nom de circonstances : Tiki tiki. Son balcon a connu beaucoup de succès l’été dernier : des amis prenaient même rendez-vous pour aller y faire un tour ! « J’y ai passé vraiment beaucoup de temps. »

Un cocon d’intimité

Pour utiliser un mot populaire depuis un an, un balcon est une façon de se créer une « bulle » extérieure. Et c’est d’autant plus vrai en ville dans des secteurs densément peuplés. Téodora Tzankova vit dans le quartier Centre-Sud de Montréal depuis 13 ans. « Le plus beau quartier de Montréal », lance-t-elle. C’est difficile de croire qu’elle est autant au cœur de l’action quand on voit une photo de son balcon qui donne sur une cour intérieure. « Ce n’est pas luxueux, mais c’est mon petit coin de verdure. C’est mon cocon. » Autant Téodora aime l’intimité de son balcon, autant elle aime entendre ses voisins rire et écouter de la musique. « Ça me rappelle le mode de vie à l’européenne », dit la Montréalaise d’origine bulgare.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.