La prophétie de Raccoon

Après deux albums, dont un ironiquement intitulé Gentil pour un Noir, Raccoon est de retour sur disque. La Révélation Radio-Canada 2020-2021 présente C00N : la prophétie, ce jeudi au Ministère. Portrait d’un rappeur qui affectionne la littérature et la langue française.

L’an dernier, on l’a vu se rendre en finale de La fin des faibles, compétition rap à Télé-Québec, qui ne revient finalement pas pour une troisième saison. On l’a entendu aussi sur le plus récent album de Loud. Un fait notable puisque l’auteur de Toutes les femmes savent danser ne collabore pas avec n’importe qui.

D’autre part, Raccoon donne des ateliers d’écriture rap aux jeunes. Il manie le verbe de plusieurs façons : c’est un amateur de littérature francophone et un Haïtien qui connaît « très bien » sa langue d’origine. Cet intérêt remonte à l’adolescence alors qu’il découvre le rap engagé. Cela le rapproche de son père, amoureux du français. « C’est le genre de rap que je pouvais montrer à mon père. J’entendais des namedrops de Thomas Sankara et je lui disais : “Je sais que tu as un livre de lui ou que tu m’en as déjà parlé.” »

Sa mère, elle, lui fait découvrir le livre Le comte de Monte-Cristo, qu’il trouve à la bibliothèque. Un moment crucial pour le dénommé Shamyr Daléus-Louis.

Sa passion pour la littérature se perçoit bien évidemment sur son nouvel album où il accumule les références et les figures de style. « J’suis Aimé Césaire [icône anticolonialiste] avec le flow de RZA [leader du Wu-Tang Clan] », dit-il dans la chanson Apparaître.

« [Ça me connecte] aux auteurs noirs qui ont marqué l’esprit des gens », répond-il lorsqu’on le questionne sur les paroles de la chanson. « C’est une phrase d’ego trip. »

Mais si Raccoon se compare à certains personnages historiques, il demeure humble. Vulnérable, même. En entrevue, il avoue qu’il consulte depuis peu. Il nous parle aussi de son trouble de l’attention qui a nui à son parcours scolaire.

Raccoon regrette de ne pas avoir fait de longues études, mais cela ne paraît pas sur son nouvel album : « Mon histoire, je ne l’apprends pas des professeurs », entend-on dans la chanson Mon flag. « Et on roule même sans diploma », lance-t-il quelques secondes plus tard aux côtés d’Izzy-S.

La street de l’autre bout du canon

Shamyr grandit dans la métropole entre Montréal-Nord, Rivière-des-Prairies et Pointe-aux-Trembles. Sa vie débute à Montréal-Nord, mais il déménage à la suite d’un évènement traumatisant. Il raconte l’anecdote dans la chanson Victime. À 7 ans, il est témoin d’une violente agression au domicile. Toute sa famille y est : sa grand-mère ainsi que ses quatre frères et sœurs. Sa mère, qui doit de l’argent, reçoit la visite de malfaiteurs. Il en sort dégoûté par le crime.

Lorsqu’il se met à la musique, Raccoon contraste avec ce qu’il voit dans les vidéoclips de hip-hop américain. Certaines images lui rappellent la violation de domicile qu’il raconte dans la chanson Victime. Cela influence son approche dans le rap. Il cherche alors à s’éloigner de la street.

Qu’en est-il aujourd’hui ? « Je peux être plus nuancé », répond-il.

« Je veux montrer que je m’intéresse à cette réalité-là. Et je ne veux pas que les gens pensent que je me fais une opinion sans avoir vécu [la violence]. »

— Raccoon

Raccoon critique par exemple les fusillades dans la chanson Shoot. « C’est juste pour faire du bien », dit l’artiste qui habite maintenant à Rivière-des-Prairies. « Pis tu peux être un drill rapper et penser que ça shoot trop aussi. »

Le gentil rappeur du hood

Comment un artiste comme Raccoon, un rappeur « gentil » originaire du hood, fait-il son entrée dans la scène hip-hop ? C’est la question qu’il se pose avant de publier son premier album. Il choisit de s’approprier certains stéréotypes en lançant… Gentil pour un Noir. Un titre qui ne passe pas inaperçu.

« C’était une manière de le dire avant qu’on me le dise », envoie Raccoon. Le message, destiné aux médias généralistes et à l’industrie musicale québécoise, frappe dans le mille. Gentil pour un Noir paraît en novembre 2019. Quelques mois plus tard, il devient la première Révélation Radio-Canada en rap.

Maintenant, Raccoon compte sur le soutien du public. On entend d’ailleurs un vieil ami l’affirmer dès le début de son nouvel album. « C’est toi le rappeur noir qui va toucher tous les manants [Blancs] », lui dit-il en le comparant à Sans Pression – l’un des premiers du genre à percer au Québec. « Tu vas avoir ce trône-là ! »

Il régnera, d’ici là, ce jeudi soir au Ministère pour le lancement de C00N : la prophétie.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.