Entrevue avec le président Mario Cecchini

Une saison complète... et des partisans

Le scénario qui semble le plus probable pour la LCF en 2021 est celui d’une saison écourtée, qui commencerait durant la deuxième moitié de l’été. Mais comme le commissaire Randy Ambrosie, le président des Alouettes, Mario Cecchini, croit encore que la ligue pourrait disputer une saison complète de 18 matchs par équipe. Et que des partisans seront présents dans les gradins.

« On se concentre entièrement sur un début de camp d’entraînement en mai et un début de saison en juin. Jusqu’à [nouvel ordre], c’est le scénario, et on pense que c’est possible. Je n’ai pas [abdiqué] sur ça », a affirmé Cecchini en entrevue avec La Presse, vendredi.

Si la campagne de vaccination contre la COVID-19 se déroule bien d’ici là, Cecchini pense qu’il pourrait y avoir eu suffisamment de progrès pour que les Alouettes puissent jouer devant leurs partisans à partir de juin. Dans le calendrier actuel de la LCF, les Alouettes doivent disputer un match préparatoire à domicile, le 28 mai, puis leur premier match régulier, le 17 juin.

« Les personnes vulnérables, les personnes âgées, les personnes qui travaillent en santé, en principe, tous ces gens auront été vaccinés. Et c’est ce qu’on va faire valoir dans nos arguments avec la Santé publique pour la notion de spectateurs. »

Selon toute vraisemblance, la présence de foules substantielles dans les gradins est essentielle afin qu’une saison de la Ligue canadienne puisse être jouée.

« On n’est pas nécessairement inquiets pour ce qui est de jouer. La LNH joue, alors il n’y a aucune raison de croire qu’on ne pourrait pas le faire, nous aussi. Pouvoir jouer, c’est une chose, mais nous, ce qu’on veut, c’est évidemment des spectateurs dans nos [gradins] Ça, c’est certain. »

— Mario Cecchini, président des Alouettes

Même si la saison devait s’amorcer plus tard qu’en juin, Cecchini a néanmoins bon espoir qu’il se jouera du football professionnel au pays en 2021.

« Je pense que oui, et le commissaire l’a dit [jeudi]. Mais pour le moment, je ne suis pas encore là. Ce que je veux éviter, et ce que je dis à notre monde, c’est que la spéculation, on va laisser ça aux journalistes. »

« Danny [Maciocia] a travaillé des heures interminables depuis décembre pour bâtir l’équipe qu’il a bâtie. Nos équipes ont travaillé sur nos mesures sanitaires pour nos deux stades, alors on travaille pour le court terme. On devra voir de quelle façon les choses évolueront. »

Précisons que les Alouettes disputent leurs matchs au stade de l’Université McGill, mais qu’ils s’entraînent sur le terrain extérieur en bordure du Stade olympique. Le vestiaire des joueurs ainsi que les bureaux des entraîneurs et des employés des opérations football sont à l’intérieur du Stade olympique.

La Régie des installations olympiques a d’ailleurs indiqué au cours des derniers jours que les Alouettes et le CF Montréal pourraient disputer des matchs dans le Stade olympique en 2021. Cecchini n’exclut pas cette option.

« Ce sont eux qui nous ont approchés. Dans la situation actuelle, je pense qu’on se doit d’être responsables et d’analyser de nombreuses options. On va écouter, mais la première option pour nous reste de jouer à McGill. »

En communication avec le gouvernement

Tandis que la LCF est en contact avec le gouvernement fédéral, les Alouettes discutent quant à eux avec le gouvernement provincial.

« La Ligue se montre très optimiste et elle travaille fort sur différents scénarios et différents protocoles. De notre côté, on travaille fort avec Québec afin de préparer des protocoles pour les endroits où nous allons jouer et nous entraîner. »

« Avec le Québec, on a un point de contact depuis environ un mois. On se parle au besoin et on vise approximativement la mi-mars pour leur présenter notre protocole. »

Cecchini perçoit une plus grande ouverture du gouvernement quant à une aide financière potentielle.

« Je pense que le gouvernement est de plus en plus conscient de la pression que les entreprises subissent. Je ne dis pas qu’il ne l’était pas avant, mais plus ça s’étire et que c’est difficile, plus le pourcentage d’entreprises qui auront besoin d’aide augmente. Alors il semble y avoir une ouverture de ce côté. »

« Ils sont très conscients de nos enjeux, j’en suis maintenant convaincu. Ils vont travailler pour nous aider le plus possible, mais il faut comprendre que leur responsabilité première reste la protection du public, et on respecte ça, évidemment. »

Pas en péril

Depuis le début de la pandémie, les Alouettes ont réduit leur personnel environ de moitié, selon Cecchini. Lorsque la situation reviendra à la normale, l’organisation espère pouvoir réembaucher la plupart de ces employés.

« C’est notre plan, mais il faut rester très prudents quant à l’avenir », a dit Cecchini, qui est somme toute satisfait de la vente des billets en vue de 2021.

« Les gens de la billetterie me disent qu’à certains points, on est même en avance sur 2019 [à pareille date]. C’est encourageant vu le contexte actuel. On veut toujours vendre plus de billets, mais les commentaires du public sont très favorables. Les gens apprécient notre persévérance. »

— Mario Cecchini, président des Alouettes

Cecchini communique régulièrement avec Gary Stern, et le propriétaire du club n’aurait pas perdu de son enthousiasme quant à l’avenir du club.

« On vit toutes sortes d’émotions, mais il comprend la situation et il reste pleinement investi. Sa résilience n’a été ébranlée d’aucune façon. »

La survie de la franchise ne serait pas menacée par la situation actuelle, selon Cecchini. « Pas du tout », a-t-il répondu lorsqu’on lui a posé la question.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.