Le Canadien

Cole Caufield ratera le reste de la saison

Classer les mauvaises nouvelles par ordre de gravité serait un exercice funeste. Mais certaines demeurent plus douloureuses que d’autres.

Le Canadien a surpris tout le monde, samedi matin, en annonçant que Cole Caufield raterait le reste de la saison 2022-2023. Il subira une intervention chirurgicale à l’épaule droite qui nécessitera vraisemblablement plusieurs mois de rééducation. Il fera donc l’impasse sur les 36 derniers matchs inscrits au calendrier de son équipe.

Le club n’a pas donné de détails sur l’opération elle-même ni sur le moment où Caufield s’est blessé. Josh Anderson, lui-même opéré à l’épaule gauche il y a quelques années en raison d’une déchirure quasi complète du labrum (anneau de cartilage), a discuté quelques minutes avec son coéquipier avant l’entraînement matinal.

Sans entrer dans les détails, il a indiqué aux journalistes que Caufield subirait une intervention « semblable ». Anderson estime qu’après s’y être soumis, il avait eu besoin de sept mois avant de se sentir comme neuf, voire mieux. Depuis ce temps, « mon épaule gauche est plus forte que ma droite », a-t-il d’ailleurs souligné à Caufield.

Les coéquipiers du prolifique marqueur ont répété la version officielle de l’équipe, notant qu’ils savaient que l’ailier composait avec la douleur depuis « un certain temps », sans toutefois apporter plus de détails. L’entraîneur-chef Martin St-Louis a parlé d’une « combinaison » de facteurs. Au cours des dernières semaines, il était « évalué après chaque match ».

Les joueurs du Tricolore semblaient néanmoins sous le choc après avoir appris le verdict, comme le public, samedi matin. Les combinaisons en vue du match de samedi soir ont été affichées au tableau avant l’entraînement. Le nom de Caufield n’y figurait pas, évidemment. Et St-Louis a annoncé la nouvelle à ses hommes.

Décision difficile

La surprise est d’autant plus grande que, la veille, Caufield avait participé à l’entraînement complet de son équipe. Il avait ensuite parlé longuement aux journalistes sur place, répondant notamment à des questions sur son prochain contrat. De nouvelles « informations » sur son état lui ont été communiquées en soirée, et une décision a été prise de concert avec son agent et le Canadien. Selon Nick Suzuki, devenu un ami proche de son principal ailier, des discussions à ce sujet étaient entamées depuis un certain temps avec le directeur général Kent Hughes.

Plusieurs éléments, on s’en doute, ont été pris en compte. Il y a évidemment la santé du joueur. Jouer et s’entraîner en dépit d’une blessure, surtout à long terme, a un prix. « C’est dans ta tête 24 heures sur 24, a confié Josh Anderson. Tu as mal toute la journée, et c’est dur de jouer ton style avec constance. Ça fait partie du boulot, mais un moment donné, il faut prendre soin de soi. »

Il est en outre impossible d’évacuer de l’équation le contexte dans lequel évolue le Canadien. L’équipe est écartée du portrait des séries éliminatoires depuis un bon moment.

En pleine reconstruction, on souhaite obtenir un choix enviable au premier tour du prochain repêchage. « Les victoires sont bonnes, mais jusqu’à un certain point », a affirmé Kent Hughes il y a quelques jours pendant son bilan de mi-saison.

David Savard a savamment lié les deux idées. « C’est un jeune joueur. Il a tellement de talent, tu ne peux pas hypothéquer son avenir pour [36] matchs, quand la course aux séries… elle va être difficile. Il faut que tu penses à long terme avec un jeune comme ça. »

Trou béant

La situation, pour Caufield, est évidemment malheureuse. Malgré son évidente déception, ceux qui l’ont croisé samedi matin ont dit qu’il demeurait, fidèle à lui-même, « positif ».

Même s’il jouait en dépit de la douleur, « il était toujours de bonne humeur, maître de ses émotions », a vanté Josh Anderson. « C’est dur pour lui parce qu’il veut continuer à jouer, mais en définitive, il veut être en santé à 100 %. Il fait la bonne chose. »

« Je sais qu’il est fâché, mais ça vaut mieux pour son avenir. »

– Nick Suzuki

Le capitaine a aussi parlé d’une décision prise « pour l’avenir de l’équipe », et ce, même s’il devra lui-même se passer de son grand complice.

Car son absence aura un impact bien concret sur la glace. Depuis le début de la saison, le dynamique ailier, choix de premier tour du Tricolore en 2019, a inscrit 26 buts. Parmi ses coéquipiers, seuls Suzuki (16) et Anderson (14) en ont marqué plus de 8. Il voguait allègrement vers une récolte de 40 filets ou plus, ce qui aurait constitué une première chez le CH depuis 1994. Depuis l’entrée en poste de l’entraîneur-chef Martin St-Louis, en février 2022, il a compté 48 buts en 83 matchs.

St-Louis a affirmé que « la chose la plus importante » à remplacer n’est pas les buts, mais l’« enthousiasme » de Caufield. Le trou à combler, néanmoins, est béant. « Notre avantage numérique aura l’air différent », a-t-il prévenu.

L’entraîneur s’attend à ce que ses hommes tentent de relever le défi « collectivement ». « Pas un seul gars, ou deux, trois ou quatre, mais tout le monde », a-t-il insisté.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.