LHJMQ

Un dernier tour de piste pour Patrick Roy ?

Québec — Patrick Roy ne sait pas s’il en est à son dernier tour de piste comme entraîneur-chef des Remparts de Québec, mais il entend savourer la prochaine saison à fond. Comme si c’était la dernière, dit-il, lors d’un entretien avec Le Soleil où il met la table pour la campagne qui commence vendredi soir.

Dans moins de 48 heures, Patrick Roy lancera sa 13e saison comme pilote des Diables rouges. S’agit-il de sa dernière tournée ? L’entraîneur de 56 ans n’est pas encore prêt à trancher la question, mais il entend profiter de chaque moment, sachant qu’il ne lui reste plus beaucoup de temps à passer derrière un banc de la LHJMQ.

« C’est mon plan, dit-il à deux reprises. Je veux profiter de cette saison-là, même si j’ai toujours approché chaque saison comme si c’était la dernière. Je sens la fin approcher de plus en plus. Je regarde Simon aller et il a du plaisir. Il est de plus en plus à l’aise, il est de plus en plus engagé et ça me plaît énormément. »

Simon, c’est Simon Gagné, le nouvel entraîneur adjoint des Remparts. Lors de l’annonce de son embauche en juillet, la haute direction a présenté l’ancien numéro 12 des Rouges comme « le plan de relève » de l’organisation, allusion à peine voilée à la retraite à venir de Patrick Roy, l’entraîneur-chef.

Il pourrait rester comme DG

Si ce dernier devait se retirer comme entraîneur-chef à la fin de la prochaine saison, il est peu probable que le no 33 délaisse aussi la fonction de directeur général. Il y aura une transition, suppute l’auteur de ces lignes lorsqu’on aborde la question de son départ probable comme entraîneur-chef.

« C’est clair, reconnaît Roy. J’en ai déjà discuté avec Jacques [Tanguay, le président du club]. Tout va dépendre de ce que Simon a le goût de faire. Je veux rester proche de l’équipe, ça, c’est certain. Le poste de DG serait beaucoup moins [prenant]. Oui, tu dois travailler, mais je pourrais m’absenter et le club continuerait à jouer ses matchs. Ce serait moins éreintant comme calendrier, et ça [m’]offrirait plus de liberté. »

Il semble que l’ancien des Flyers de Philadelphie, que Roy a rencontré pour la première fois lors de l’achat des Harfangs de Beauport en décembre 1996, soit en train de sortir de sa coquille depuis quelque temps.

« Je le sens de plus en plus engagé, dit Roy. Au début, il était un petit peu sur la défensive, il analysait, il regardait et il prenait des notes. Là, il commence à [s’imposer davantage]. »

« C’est une bonne tête de hockey, qui a joué la game. Il peut tellement apporter à nos jeunes attaquants. »

– Patrick Roy au sujet de Simon Gagné

Roy est peut-être en train de s’éloigner de la mêlée, mais il n’est pas blasé pour autant, tant s’en faut. Dans l’éventualité d’un départ, il serait même prêt à jouer un rôle actif auprès de son remplaçant comme entraîneur.

« Avec l’expérience que j’ai comme entraîneur, je pense que je pourrais aider mon groupe d’entraîneurs de façon positive, juge le directeur général de l’année en 2021-2022 dans le circuit Courteau. Je pourrais être un complément à un groupe d’entraîneurs, les aider sans intervenir au quotidien. »

Une saison spéciale

Histoire à suivre, comme on dit, mais Roy aura beaucoup à se mettre sous la dent dans les prochains mois. Ses Remparts seront de sérieux aspirants à la Coupe du président, trophée toujours manquant à l’imposante collection de la deuxième génération des Diables rouges.

L’équipe de 2022-2023 a une « saveur spéciale » pour le membre du Temple de la renommée du hockey, lui qui a entrepris une vraie reconstruction lors de son retour à la barre de l’équipe en 2018.

Il ne tente pas de souffler le chaud et le froid sur ses intentions. « Ce serait mentir que de dire qu’on n’aspire pas aux grands honneurs, mais en même temps, il y aura d’autres très bonnes équipes dans la Ligue, tempère-t-il. On sait qu’on va devoir se battre, mais je pense que le noyau [de cette année] est prêt à relever ce type de défi là. »

L’année des Olympiques de Gatineau ?

Les Cataractes de Shawinigan amorceront la défense de leur titre de la Coupe du président ce jeudi et ils accueilleront l’une des équipes qui pourraient leur succéder cette année. Le Centre Gervais Auto sera plein à craquer pour voir les Cataractes élever au plafond leur première bannière de champions de la LHJMQ en 53 ans d’existence lors de ce coup d’envoi de la saison 2022-2023. De l’autre côté de la patinoire, des Olympiques de Gatineau gonflés à bloc seront prêts à venger leur balayage aux mains des Cataractes lors du deuxième tour des dernières séries éliminatoires et à tenter de reconquérir la Coupe du président pour la première fois depuis 2008.

– La Presse Canadienne

Lisez l’analyse complète

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.