Psychologie d’un (excellent) thriller psychologique

Heureusement que Sophie Lorain et Alexis Durand-Brault existent pour meubler nos soirées printanières de télévision. Vraiment.

Le célèbre couple de créateurs a déposé la captivante série policière Portrait-robot sur le Club illico de Vidéotron il y a deux semaines. C’est excellent. Et le vendredi 7 mai, le tandem Lorain–Durand-Brault dévoilera son poignant thriller psychologique Sortez-moi de moi sur la plateforme Crave de Bell Média. C’est du fort calibre.

Sophie Lorain joue dans cette série chorale sur la maladie mentale, son copain Alexis Durand-Brault réalise les six épisodes d’une heure et les deux en ont cosigné les textes, en plus de produire la série avec leur boîte ALSO. Personne ne les accusera de ne pas savoir de quoi ils parlent ici, n’est-ce pas ?

Il y a toujours un danger de tomber dans le cliché et la caricature quand des personnages ont des tics nerveux, des illuminations ou des épisodes maniaques. Cerebrum, de Richard Blaimert, a évité ces écueils. Sortez-moi de moi aussi.

Dans nos écrans, cette minisérie se déploie comme un suspense psychologique à la HBO. Plus les épisodes avancent, plus les personnages exposent leurs failles et révèlent des secrets qui nous font voir des évènements passés sous un angle complètement différent.

Et ça raconte quoi, cette série, dont le titre fait référence à une magnifique chanson de Daniel Bélanger, reprise par Sally Folk ? C’est une histoire de famille imbriquée dans un milieu de travail drainant. On y suit Clara St-Amand (Sophie Lorain, jamais mauvaise), travailleuse sociale dévouée, solitaire et limite obsessive. Clara travaille au sein d’une petite unité spéciale qui épaule des policiers « sur le terrain ».

En cas de crise majeure, genre hallucinations ou détachement du réel, c’est Clara et son nouveau collègue Gabriel Beauregard (Bruno Marcil) que les patrouilleurs appellent en renfort. Clara a récemment perdu son ancienne partenaire Myriam Melançon (Sandra Dumaresq), qui, au beau milieu d’une intervention corsée, a craqué et sombré dans une psychose. Je ne peux pas en révéler davantage sur Myriam sans divulgâcher de punchs.

Sachez que Myriam, même si on ne la voit pas très longtemps, a été vissée au cœur du récit pour une raison cruciale. La psychiatre rattachée à l’unité spéciale d’intervention, la Dre Justine Mathieu (Pascale Bussières), a refusé de soigner Myriam le soir de sa descente aux enfers. Vous connaîtrez les raisons plus tard.

Pour compliquer cette situation déjà complexe, Justine fréquente l’anesthésiste Émile St-Amand (Émile Proulx-Cloutier), un autre cachottier, qui est aussi le petit frère de Clara. Justine, Émile, Clara et Myriam bossent tous dans le même hôpital et se connaissent tous à des degrés divers, mettons.

Puis, il y a David Ducharme (excellent Vincent Leclerc), homme mystérieux qui vit avec un trouble bipolaire pas encore diagnostiqué. Il croise Clara un soir d’hypomanie et atterrit dans le bureau de la psychiatre Justine. David et Justine noueront alors une relation très spéciale, à défaut d’un terme plus juste. Les scènes de consultation entre Pascale Bussières et Vincent Leclerc sont d’une justesse épatante.

Danielle Proulx campe un très beau personnage de patronne de police. Son look très Gucci, très années 70, très bijouté, en jette énormément.

En rencontre de presse jeudi, Alexis Durand-Brault a dévoilé que l’inspiration pour cette femme autoritaire et élégante n’avait été nulle autre que sa propre mère, qui a été juge au Tribunal de la jeunesse pendant de nombreuses années.

Parallèlement à l’intrigue principale, Sortez-moi de moi présente des cas très concrets de gens qui ont des problèmes psychologiques graves, dont un comptable alcoolique (Luc Sirois) et sa femme dépressive (Marie-Laurence Lévesque). Qui est le plus malade des deux ? Difficile à déterminer.

Vous reconnaîtrez bien des visages d’Au secours de Béatrice dans Sortez-moi de moi, dont la facture visuelle est tout aussi soignée. Émile Schneider (quel bon acteur), Martin-David Peters, Nathalie Doummar et Joanie Guérin y ont également décroché des rôles.

Ah oui, n’oublions pas Valérie Blais, qui incarne Suzie St-Amand, sœur d’Émile et de Clara. Suzie sort de prison au début de la série. Qui l’a dénoncée à la police ? Cherchez dans son entourage.

Fait inusité, Sortez-moi de moi sort le 7 mai en version française et en version doublée en anglais sous le titre Way Over Me. Pascale Bussières et Vincent Leclerc, qui ont beaucoup joué en anglais, sont les deux seuls acteurs à s’être doublés eux-mêmes.

Je sais, le propos de cette nouveauté a l’air lourd. Il ne l’est pas. La série respire, la lumière nous renvoie des reflets dorés et vos yeux ne refuseront pas de voir des mains qui frôlent sans toucher. Avouez que vous avez la chanson dans la tête maintenant. Avouez.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.