Musée Grévin

Paris en blocs

Alors que ses activités ont été fortement ralenties par la pandémie, le musée Grévin de Montréal revient avec ses horaires habituels dès la semaine prochaine, et lance parallèlement une nouvelle exposition temporaire, Paris Mini, où l’on peut contempler des reproductions d’attraits touristiques de Paris et de ses environs en petits blocs.

À l’affiche dans une salle du musée Grévin, du 11 juin au 6 septembre, la petite exposition est conçue par Gilles Maheux, dessinateur technique de Charlesbourg féru d’architecture. Avec son équipe de Ludovica Miniland, il a construit son mini-Paris avec des centaines de milliers de blocs MEGA (un jeu de construction en miniature créé par Mattel).

En tout, une douzaine de bâtiments et monuments de la capitale, comme la tour Eiffel, les Champs-Élysées, l’Arc de Triomphe ou la cathédrale Notre-Dame de Paris. Ainsi que deux monuments en périphérie parisienne : le château de Versailles et celui de Chambord.

« Le travail de Ludovica Miniland est impressionnant et nous invite au voyage », se réjouit Kathleen Payette, directrice générale de Grévin Montréal, qui a ouvert les portes de son musée à La Presse, lundi matin. « Petits et grands seront éblouis par ce panorama miniature, mais gigantesque à la fois », dit Mme Payette.

« Expo Paris Mini, c’est un an de conception, plus d’un demi-million de briques MEGA et des milliers d’heures de travail. »

— Gilles Maheux, concepteur de l’exposition

M. Maheux a d’abord présenté l’exposition en Europe en 2019. Depuis 10 ans avec Ludovica Miniland, il réalise des expos de plusieurs villes en petits formats ; comme Dubaï, New York, Las Vegas, Vienne, Ottawa et Chicago. L’entreprise a même ouvert un musée miniature de l’architecture à la Place Laurier, à Québec.

Un projet père-fils

Ce n’est pas l’amour des voyages, mais celui de l’architecture, des pierres et des bâtiments historiques qui a inspiré Gilles Maheux à se lancer dans la conception de maquettes artistiques. Il a auparavant travaillé près de 20 ans dans le domaine de la construction. Un jour, en 2007, pour passer plus de temps avec son fils qui avait alors 12 ans, il a commencé à construire des édifices pour faire une gigantesque maquette dans son garage. Peu à peu, ce passe-temps est devenu son principal travail. En 2010, M. Maheux a fondé Ludovica Miniland, une entreprise artistique de maquettes, où il travaille depuis avec son fils.

La construction de chacun des bâtiments est très minutieuse. Ses artisans doivent faire preuve de beaucoup de patience pour leur réalisation. Par exemple, le château de Versailles a pris 300 heures à construire avec 350 000 briques ; les Champs-Élysées ont nécessité 240 heures et 327 000 briques ; tandis que Notre-Dame de Paris a demandé 240 heures avec 113 000 briques.

Faute d’espace, Gilles Maheux n’a pu inclure tous les bâtiments parisiens réalisés pour son exposition parisienne. Le visiteur en profitera pour visiter aussi l’expo permanente du musée Grévin, avec ses 128 personnalités de cire (la plus récente étant Ricardo) et enrichir l’expérience.

Du 11 juin au 6 septembre, au musée Grévin Montréal, Centre Eaton, 5e étage

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.