Les Canadiens inquiets de leur situation financière

Les Canadiens traversent une période précaire en matière de finances personnelles, selon un récent sondage des Comptables professionnels agréés du Canada. L’inflation, la hausse des taux d’intérêt et les récents sommets du marché immobilier en inquiètent plus d’un. Tour d’horizon.

Prêt hypothécaire

« Une tranche impressionnante » de 60 % des adultes possédant un prêt hypothécaire estime avoir la capacité de le rembourser seulement après 65 ans, indique le sondage de CPA Canada. Le chiffre est « inquiétant », affirme David-Alexandre Brassard, économiste en chef chez CPA Canada. Le rêve de la retraite sans dette devient de plus en plus improbable dans l’avenir, selon lui. Comme les prix du marché immobilier sont élevés et la mise de fonds demandée conséquente, les gens retardent l’achat d’une propriété, explique le spécialiste. La hausse des taux d’intérêt intensifie également le poids de la dette hypothécaire. Il devient alors plus ardu de rembourser les prêts hypothécaires « trop élevés » avant la retraite, note-t-il.

Endettement

Le sondage de CPA Canada révèle que près de la moitié des Canadiens juge être endettée. L’endettement préoccupe d’ailleurs 68 % de la population, et 61 % des Canadiens qui ont emprunté depuis les deux dernières années pour des dépenses courantes ont toujours des prêts impayés, selon le sondage. Les hausses du taux directeur et l’inflation nuisent à la relance économique des ménages canadiens, souligne Lorenzo Tessier-Moreau, économiste principal chez Desjardins. L’endettement est essentiellement lié à la dette hypothécaire qui s’est amplifiée depuis les deux dernières années, selon lui. Des ménages ont eu l’occasion de rembourser leur crédit à la consommation durant la pandémie, mais on observe une baisse de l’épargne et une hausse du crédit depuis le « retour à la normale », indique l’économiste.

Épargne

L’épargne suscite de l’inquiétude chez 47 % des Canadiens, selon CPA Canada. Le plus inquiétant, selon David-Alexandre Brassard, c’est que le tiers de la population ne met pas d’argent de côté. Cela dit, le taux d’épargne au pays n’a pas atteint un état critique, selon les deux économistes consultés par La Presse, mais il est plus que jamais important d’avoir de bonnes habitudes financières pour prévenir les risques et le stress lié à l’argent, explique David-Alexandre Brassard.

Fonds d’urgence

Le sondage de CPA Canada indique que 54 % de la population affirme avoir un fonds d’urgence. En septembre 2021, 79 % des Canadiens affirmaient disposer d’une somme de 2000 $ en cas d’urgence, selon l’Association canadienne de la paie. À l’heure actuelle, CPA Canada estime que moins d’une personne sur deux a les capacités d’épargner 2500 $ en cas d’imprévus, alors que 38 % de la population ne pourraient obtenir 1000 $ sans emprunt.

Situation financière

Déjà en avril dernier, 65 % des Canadiens citaient l’argent comme un facteur de stress, alors que les taux d’intérêt et l’inflation commençaient tout juste à monter, indique le sondage de CPA Canada. Quelque 27 % des répondants estiment que leur situation financière s’est détériorée dans la dernière année. Lorenzo Tessier-Moreau n’est pas surpris : le niveau d’endettement a augmenté depuis 2021. Outre la dette hypothécaire, les politiques monétaires actuelles font pression sur l’épargne, selon lui.

2,5 %

Taux directeur actuel

Source : Banque du Canada

8,1 %

Inflation mesurée par l’IPC global pour le mois de juin 2022

Source : Banque du Canada

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.