Investir

Lightspeed Commerce pas au bout de ses peines en Bourse

L’entreprise montréalaise de services de commerce et de paiement électroniques Lightspeed Commerce n’est pas encore rendue au bout de ses peines en Bourse, selon un récent avis d’analyse technique publié par la Financière Banque Nationale (FBN).

Déjà amputée des trois quarts depuis le sommet de 165 $ par action atteint en septembre 2021, la valeur boursière de Lightspeed, qui cote ces jours-ci autour de 46 $ par action à Toronto, pourrait encore reculer aux environs de 35 $ avant de trouver un « prix plancher », estime l’analyste technique Dennis Mark dans une récente note aux clients-investisseurs de la FBN.

Basée sur l’analyse détaillée des statistiques de marché (prix, volumes, tendances, etc.), l’analyse technique des actions en Bourse se distingue de l’analyse traditionnelle, qui est axée sur l’examen des résultats des entreprises afin d’évaluer le potentiel de valorisation de leurs actions en Bourse.

Or, en examinant de près les statistiques boursières des tout derniers mois concernant les actions de Lightspeed Commerce, l’analyste technique de la FBN constate qu’elles ont « brisé » au moins trois paliers de « prix support » qui s’étaient manifestés depuis la fin octobre, soit autour de 86 $ par action au début de novembre, puis 68 $ au début de décembre, et enfin 50 $ à la fin de décembre.

Par conséquent, constate l’analyste technique Dennis Mark, « la récente consolidation au-dessus des 50 $ par action a encore cédé le pas à la reprise de la tendance baissière » de la valeur boursière de Lightspeed Commerce.

Et selon l’allure statistique de cette tendance baissière, l’analyste technique de la FBN estime maintenant que le prochain palier de prix support pourrait se situer aux environs de 35 $ par action.

S’il s’avère, un tel prix pour les actions de Lightspeed Commerce par rapport à leur cote récente autour de 46 $ se traduirait par une autre perte de valeur boursière de l’ordre de 1,6 milliard pour l’ensemble de ses actionnaires, dont le plus important, la Caisse de dépôt et placement du Québec (16,4 %), a vu la valeur de son placement fondre de plus de 1 milliard de dollars au cours de la dernière année.

Aussi, cela gonflerait à quelque 17 milliards la perte de valeur boursière de Lightspeed Commerce depuis le sommet de 165 $ par action – 24,4 milliards en tout – qu’elle avait atteint en septembre dernier.

Une telle perte de valeur boursière illustre l’ampleur des dommages à la réputation de Lightspeed Commerce parmi les investisseurs après l’assaut mené par la firme new-yorkaise d’investissement spéculatif Spruce Point Capital Management depuis trois mois.

Cet assaut de Spruce Point à l’encontre des énoncés de résultats et des perspectives d’affaires de Lightspeed Commerce depuis son entrée en Bourse, en 2019, a aussi motivé le déclenchement de requêtes en action collective d’investisseurs menées par des firmes d’avocats aux États-Unis.

Pendant ce temps, du côté des analystes boursiers qui suivent plus assidûment l’évolution des affaires chez Lightspeed Commerce, on s’en tient encore à de modestes révisions baissières des attentes de prochains résultats et de prix cible en Bourse.

D’après le relevé tenu à jour par l’agence d’informations boursières Refinitiv, les recommandations d’analystes envers les actions de Lightspeed Commerce demeurent inchangées depuis trois mois : soit 11 recommandations d’acheter, 1 de conserver et 2 de vendre.

Quant aux prix cibles (d’ici un an) des analystes, la moyenne cote encore autour de 122 $ par action, mais en léger repli par rapport à 124 $ en novembre et 140 $ en octobre.

Le prochain énoncé de résultats trimestriels et de perspectives d’affaires chez Lightspeed Commerce est attendu durant les premiers jours de février.

— Avec la collaboration d’André Dubuc, La Presse

Revue boursière

La Fed ravive les marchés

La Bourse de New York s’est ressaisie mardi après cinq séances de pertes, semblant rassurée par l’attitude résolue sur l’inflation, mais optimiste sur l’économie américaine du président de la Fed, Jerome Powell, devant le Sénat. Pris dans le rouge, les principaux indices se sont mis à la hausse dans la foulée du témoignage du président de la Fed, durant de son audition de confirmation pour un deuxième mandat à la tête de la Réserve fédérale. À Toronto, l’indice S&P/TSX a connu sa plus forte journée de 2022, alors que le prix du pétrole a clôturé au-dessus de 80 $ US le baril pour atteindre son plus haut niveau en deux mois. — L'Agence France-Presse et La Presse Canadienne

Boeing

Redressement des livraisons et des commandes

Boeing a vu ses livraisons et surtout ses commandes rebondir en 2021 après deux années de disette liées à la pandémie et aux déboires de son avion vedette, le 737 MAX, sans avoir retrouvé les niveaux d’avant ces crises. Le constructeur américain a reçu 535 commandes nettes l’an dernier, 909 si on ne prend pas en compte les annulations et les conversions, les commandes nettes et des ajustements comptables.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.