Une pâte à l’encre de seiche trop sèche !

Oh que ce n’était pas la finale des Chefs ! à laquelle les fans s’attendaient. Les préférés ont dégringolé, les négligés ont triomphé, et les juges ont grimacé.

Oui, des classiques culinaires ont pimenté cet ultime épisode, dont l’obsession pour la salamandre d’Anthony, le mariage des gants noirs et du laminoir (bonjour le défi de pâtes fraîches), ainsi que le retour en force du pigeonneau, dont la cuisson hasardeuse a maintes fois irrité Jean-Luc Boulay et Normand Laprise depuis 2010.

Mais le gagnant de la téléréalité de Radio-Canada n’a pas été le grand favori, soit l’intense et sympathique Amine Laabi, mais bien le calme et efficace Jean-Christophe Beaudin, 30 ans, qui a concocté un menu de cordon bleu malgré une profonde coupure au petit doigt. Maudite mandoline du diable !

Et même s’il n’a pas autant brillé que ses camarades de brigade dans les dix dernières semaines, Jean-Christophe a toujours été constant, attentif et minutieux.

Lundi soir, ce technicien discret a pesé au milligramme chacun de ses ingrédients et a tempéré son stress, ce qui lui a valu de grimper au top du palmarès. Comme quoi il faut se méfier de l’eau (Montellier) qui dort.

Sous-chef au restaurant Foxy de Montréal, Jean-Christophe a volé sous le radar depuis l’ouverture de la cuisine-atelier dirigée par Colombe St-Pierre. Des quatre finalistes, il était clairement l’underdog. J’ai écrit dans ma dernière chronique que les chances de l’emporter de Jean-Christophe étaient « aussi minces qu’une tuile de parmesan », une remarque qui lui est restée en travers de la gorge, mettons.

« C’était mon but de rester le plus low profile possible. Je ne suis pas quelqu’un de très excessif, je ne suis pas aussi flamboyant et expressif qu’Amine. Je suis plus dans ma bulle. Mon but n’était pas de flasher à la télé et je suis resté fidèle à moi-même. Je préférais en dire moins aux caméras et me concentrer sur mes plats », m’explique le Montréalais Jean-Christophe Beaudin.

À la mi-parcours des tournages des Chefs !, les quatre juges ont servi un miniavertissement aux participants : cessez d’élaborer des trucs compliqués et misez sur la simplicité. La consigne a déstabilisé Jean-Christophe Beaudin.

« J’ai eu de la misère dans les semaines qui ont suivi. J’ai ouvert la machine en demi-finale pour le triathlon et ç’a été payant. Quand je reste en contrôle, c’est là que je suis bien. »

— Jean-Christophe Beaudin, vainqueur des Chefs !

C’était la troisième fois que Jean-Christophe s’inscrivait aux auditions de la téléréalité de Radio-Canada. La piqûre lui a été donnée par Jérôme Rouault, champion de la quatrième édition des Chefs !, avec qui il a brièvement travaillé dans les cuisines du restaurant Chambre à part, rue Saint-Denis, sur le Plateau Mont-Royal.

Formé au Mousso et à la Maison Boulud, Jean-Christophe a moins apprécié les épreuves en équipe, dont le fameux défi à l’aveugle avec les casques d’écoute, alias le défi Tim Hortons, qui l’ont expédié en duel deux fois.

Malheureusement pour Amine Laabi, qui avait remporté le plus grand nombre de défis lors de cette 11e saison bien relevée, il a été retranché en premier après l’étape des entrées. Quelle déception pour lui et pour nous, qui l’imaginions avec la toque d’or vissée sur la tête. La soirée la plus importante pour Amine, 29 ans, aura été sa plus désastreuse. La cuisine boréale lui a-t-elle fait perdre le nord ?

Amine a raté sa tuile aux amandes, et sa pâte à l’encre de seiche a été trop sèche. Les juges n’ont pas été tendres envers le sous-chef du café Gentile à Westmount : erreurs techniques flagrantes, aucune harmonie dans les saveurs, cuisson déficiente et manque de sauce (impardonnable à ce stade-ci, voyons !), Amine a été remercié. Une défaite que le Lavallois a encaissée avec élégance et humilité.

Un deuxième candidat chouchou du concours, Anthony Vien, 25 ans, en a également arraché avec ses recettes chargées. Anthony a bûché fort sur sa poire en or, dont le cœur n’a pas décongelé, ce qui a provoqué des grimaces sur le panel des juges.

Elliot Beaudoin, 27 ans, le spécialiste du dressage d’assiettes avec des pinces, a servi une succulente morue charbonnière, mais son dessert, qui contenait des morceaux de beurre, l’a coulé. Le Beauceron, vu aussi dans Chefs de bois 2 sur la plateforme Vrai de Vidéotron, a tout de même terminé en deuxième place.

Sans vouloir radoter, ce chapitre des Chefs ! a renfermé des moments d’anthologie, dont l’aide-sacrifice d’Adrian, qui a propulsé Anthony en finale, de même que l’élimination crève-cœur d’Andersen, qui a tiré des larmes à plus d’un téléspectateur.

Selon la firme Numeris, la 11e saison des Chefs ! a réuni 761 000 cuistots de salon devant leur poste, une cote d’écoute légèrement supérieure à celle de Dans l’œil du dragon (757 000).

Avec des résultats aussi appétissants, vous pouvez être certains que Radio-Canada ne passera pas en dessous de la table pour une 12e fournée.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.