Deux femmes marquent l’histoire de la LHJMQ

Le 31 mars dernier, Marie-Millie Dessureault et Josyane Cossette ont écrit une page d’histoire en devenant le premier duo féminin à l’analyse et à la description d’un match de la LHJMQ. Au lendemain de la rencontre opposant les Huskies de Rouyn-Noranda aux Foreurs de Val-d’Or, les deux passionnées ont reçu une pluie d’encouragements de nombreux journalistes sportifs du Québec.

Quand elles ont vu les félicitations de Chantal Machabée, de Kevin Raphaël, de Mathias Brunet, d’Enrico Ciccone, de Michel Lacroix, de Luc Gélinas, de Nancy Audet et de bien d’autres, les deux femmes ont été renversées. « J’ai les pieds qui ne touchent plus terre depuis deux jours, dit Josyane Cossette. Leurs messages sont une belle tape dans le dos ! »

Vendredi matin, sa collègue a même reçu un appel de Félix Séguin, journaliste de TVA Sports, qui a fait ses débuts comme descripteur avec les Huskies et les Foreurs, il y a 20 ans. « Il m’a appelée pour me féliciter, et ça m’a beaucoup touchée, souligne Marie-Millie Dessureault. Le fait de voir les gens du milieu et du public qui prennent le temps de souligner ce qui s’est passé, ça nous fait réaliser que c’est un peu plus gros qu’on le pensait. »

En effet, elles ont pris conscience de ce qu’elles venaient d’accomplir grâce à Félix-Antoine Bourassa, directeur des communications et du marketing des Huskies, qui s’est assuré de mettre en lumière les deux femmes sur les réseaux sociaux. Un geste qui n’avait pourtant rien d’une stratégie publicitaire. « On ne voulait pas les mettre de l’avant pour un évènement spécial, comme la journée des droits des femmes, pour montrer que les femmes sont appréciées, précise-t-il. Nous, on fait ça parce que les deux filles sont importantes dans notre organisation et parce qu’elles font une bonne job. »

Le président de la LHJMQ, Gilles Courteau, n’a que de bons mots sur le travail du duo. « J’ai regardé leur match, et ça paraît qu’elles connaissent les joueurs, la ligue et le hockey, dit-il. Elles font de très bons commentaires, tant sur le plan de la description que sur le plan de l’analyse. »

Il croit aussi que leur accomplissement témoigne de ce qui se trame au sein de la ligue depuis de nombreuses années. « Il y a une ouverture très sentie pour que des femmes occupent différents postes importants. Ça ne fait aucun doute dans mon esprit que les femmes font de plus en plus savoir qu’elles ont tout ce qu’il faut pour faire le travail. »

Rêve d’enfance

Étudiante en psychologie à l’Université de Sudbury, Josyane Cossette analyse les matchs des Huskies depuis mars 2020. Cela fait donc plus d’un an qu’elle réalise son rêve de petite fille.

« Quand j’avais 10 ans et qu’on me demandait ce que je voulais faire plus tard, je répondais que je voulais décrire les matchs du Canadien. Même si j’étudie en psycho, je n’ai jamais vraiment quitté le monde de la radio. »

– Josyane Cossette

Quant à elle, Marie-Millie Dessureault analyse de 10 à 15 matchs par année (hors pandémie), depuis plus de trois ans, en plus d’enseigner les mathématiques à temps plein au secondaire et d’écrire des romans. En entrevue, elle affirme qu’elle n’avait jamais rêvé de vivre une expérience du genre avec les Huskies. « J’ai toujours vraiment aimé le hockey, dit-elle. Je ne manque aucun match du CH. Je me permets de critiquer l’analyse et de faire la mienne, mais je ne pensais jamais pouvoir faire ça. »

En voyant son ex-amoureux travailler comme animateur de foule à Rouyn-Noranda, elle a eu envie de s’occuper davantage durant les parties auxquelles elle assistait. Elle a donc proposé à la direction de l’équipe d’analyser les matchs. « C’est la cerise sur le sundae ! s’exclame-t-elle. Je suis sur place et j’ai quelqu’un qui décrit le match à mes côtés. J’adore ça ! »

Bel accueil

La direction des Huskies semble tout aussi ravie de l’expérience.

« Marie-Millie analyse les statistiques et elle fait des liens super intéressants. Josyane est notre femme de confiance à la description : elle a beaucoup de talent et elle veut toujours qu’on lui donne plein de commentaires pour s’améliorer. »

– Félix-Antoine Bourassa, directeur des communications et du marketing des Huskies de Rouyn-Noranda

Leur passion résonne aussi auprès des auditeurs. « Les gens sont contents de voir des femmes occuper ces postes-là, affirme Josyane Cossette. Il y a parfois des commentaires négatifs auxquels j’accorde un peu trop d’attention, mais la majorité sont super positifs. » Sa collègue renchérit. « C’est normal que des gens aiment ou non notre style. Par contre, en 2021, celui qui va faire un commentaire négatif parce qu’on est des filles, il va juste passer pour un vieux mononcle. »

Sentant un grand soutien des Huskies, elles souhaitent que cette ouverture face aux femmes continue de grandir. « J’ose espérer que les autres équipes de la LHJMQ sont prêtes à ça, elles aussi, dit Mme Dessureault. Même chose du côté des grands réseaux, comme RDS et TVA Sports, qui font tranquillement de la place aux femmes. Je trouve ça encourageant ! »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.