Gourmand

Trois ateliers virtuels testés

Au cours du dernier mois, nous avons testé trois ateliers culinaires virtuels, un en direct et deux en différé. Voici nos observations.

Le cours de cuisine d’Ateliers & Saveurs

Ateliers & Saveurs offre une sélection variée de cours en ligne, en direct, les soirs de semaine et la fin de semaine. Un lundi de janvier, nous avons préparé notre souper en compagnie du chef Antoine Corriveau et d’une dizaine d’autres convives. Au menu, pour deux personnes : saltimbocca de veau à la mozzarella fraîche, à la sauge et au prosciutto, légumes grillés et tiramisu. Le tout préparé en une heure et demie, top chrono.

La formule est conviviale. Le chef accueille ses invités avant de fermer les micros, qui pourront être rouverts pour poser des questions (« Peut-on doubler la recette ? » « Remplacer le vin par de la bière ? » « Je n’ai pas de plaque à cuisson ! »).

Le chef parvient à bien gérer ces interactions tout en maintenant le rythme et en s’assurant régulièrement que tout le monde suit. Ceux qui n’ont pas fait leur mise en place au préalable auront un peu de temps pour le faire. C’est vers la fin que ça se corse, alors qu’il devient difficile de gérer notre cuisson, moins rapide que celle du chef, sans perdre le fil des instructions. Au bout du compte, on n’en ressortira pas en ayant appris de nombreuses techniques, mais on aura passé un bon moment et, en plus, le souper est prêt !

Pour qui ?

Pour tous, mais particulièrement pour les débutants. Pour les membres d’une même famille ou des amis qui souhaitent cuisiner ensemble, ou encore les personnes seules qui ont envie de compagnie.

Coût (Taxes en sus)

33 $ par atelier culinaire 25 $ pour la mixologie 27 $ pour la sommellerie

L’atelier gâteau d’Isabelle Deschamps Plante

Ricardo Cuisine propose trois ateliers de gâteaux animés par la pâtissière Isabelle Deschamps Plante, chef du Café Ricardo. Nous avons choisi le plus intemporel, soit le gâteau chiffon à l’orange sanguine. Préenregistrés, ces ateliers ont l’avantage de pouvoir s’adapter à notre horaire. On en contrôle aussi le rythme, mais ces mises en pause fréquentes peuvent devenir agaçantes, sans compter les traces sucrées laissées sur le clavier. Le montage dans la vidéo nous force à mettre en pause lors des étapes plus longues, comme fouetter la meringue. Et on n’a pas toujours la rapidité de la pâtissière pour certaines techniques (satanés suprêmes d’orange !). Il est d’ailleurs important de bien préparer et de mesurer les ingrédients avant de commencer, sinon vous ne pourrez pas suivre la cadence, et vous devrez constamment faire des allers-retours entre la recette écrite, qui vous a été fournie, et la vidéo.

Pourquoi ne pas se contenter de suivre la recette, alors ? Parce qu’Isabelle Deschamps Plante est une excellente animatrice, fort sympathique. Entre deux coups de fouet, elle donne des conseils qui vous seront utiles lors de vos prochaines expériences pâtissières : pourquoi et comment plier la meringue lorsqu’on l’intègre au mélange, pourquoi il vaut mieux ne pas préparer la crème fouettée à l’avance et la réfrigérer, comment casser un œuf pour éviter que ça coule le long du bol... Cette recette de gâteau est relativement simple, mais le résultat est délicieux. Pas très sucré, bien fruité et aérien. De quoi impressionner la galerie !

Pour qui ?

Pour les amateurs de desserts qui souhaitent parfaire leurs connaissances en pâtisserie.

Coût

9,99 $ par atelier

24,99 $ pour les trois

L’univers gourmand de Yes Chef

Yes Chef est une entreprise en démarrage fondée en Israël par un Canadien d’origine et dont la plateforme a été mise en ligne en décembre dernier (en anglais seulement). Vous avez dévoré la série Chef’s Table sur Netflix ? Vous êtes du genre à suivre des ateliers culinaires lorsque vous êtes en voyage ? Alors vous êtes le public cible. Yes Chef nous plonge dans l’univers de chefs de renommée internationale comme l’Américaine étoilée Nancy Silverton, l’Israélien Erez Komarovsky, l’Américain d’origine coréenne Edward Lee, l’Italien Dario Cecchini et, prochainement, l’Argentin Francis Mallmann. Chacun est d’abord présenté par un documentaire qui nous transporte dans sa cuisine, sa maison et les lieux qui l’inspirent. Vient ensuite une série d’ateliers (13 ou 14 par chef) préenregistrés, plutôt complexes il faut dire. Nous avons choisi le kimchi de chou-rave (kohlrabi) d’Edward Lee, l’un des plus simples et pour lequel les ingrédients sont plus accessibles. En janvier au Québec, il n’est pas évident de cuisiner à l’israélienne ou à la californienne, et c’est l’une des limites de Yes Chef.

Mais une fois l’atelier démarré, la magie opère. Edward Lee nous parle de ses racines culinaires et livre une bonne introduction à la fermentation. Mais ici aussi, on doit parfois interrompre la vidéo pour garder le rythme et consulter la recette écrite afin d’obtenir des précisions. On a quelques difficultés avec la mise en pot, alors que le volume indiqué semble beaucoup trop gros. Voilà une autre limite des ateliers en différé : on ne peut pas interpeller le chef pour nous aider.

Bref, comme Chef’s Table, Yes Chef fait rêver, mais à 180 $US par année, il faut être un passionné.

Pour qui ? Les passionnés de gastronomie en manque d’exotisme, qui ont du temps et de l’argent à y consacrer.

Coût

180 $US pour un abonnement d’un an donnant accès à tout le contenu

460 $US pour un abonnement à vie.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.