France

« Macron, on t’emmerde ! »

— Des opposants au passe vaccinal, qui ont manifesté samedi dans plusieurs villes de France. Ils faisaient ainsi référence aux déclarations fracassantes du président Emmanuel Macron, qui s’était dit décidé à « emmerder » les non-vaccinés quelques jours plus tôt. Ces déclarations semblent avoir ravivé la contestation, avec plus de 105 000 manifestants enregistrés samedi, soit quatre fois plus que lors de la précédente mobilisation, le 18 décembre. (AFP)

Tensions en Ukraine

Washington prêt à discuter des systèmes de missiles avec Moscou

Selon un haut responsable de la Maison-Blanche, les États-Unis sont prêts à discuter avec la Russie des dispositifs de missiles et des exercices militaires des deux pays, lors de discussions qui pourraient commencer dès ce dimanche soir à Genève, en Suisse, où diplomates américains et russes tentent de désamorcer les tensions autour de l’Ukraine, alors que les États-Unis et les Européens accusent Moscou de préparer une nouvelle invasion de l’Ukraine. « La Russie a dit se sentir menacée par la perspective d’un positionnement de systèmes de missiles offensifs en Ukraine. […] Les États-Unis n’ont aucune intention de faire cela. Voilà un domaine où nous pourrions trouver un accord si la Russie accepte de prendre un engagement réciproque », a dit le haut responsable, qui a requis l’anonymat. Moscou « a aussi exprimé son intérêt à discuter l’avenir de certains systèmes de missiles en Europe, selon les principes du traité INF (Intermediate-Range Nuclear Forces) ».

— Agence France-Presse

Pakistan

Plus de 20 personnes meurent de froid dans leurs véhicules

Au moins 21 personnes sont mortes au Pakistan, coincées dans un embouteillage monstre provoqué par la ruée de dizaines de milliers de visiteurs vers une ville de montagne où tombait une neige inhabituellement abondante, ont annoncé les autorités, samedi. Les services de secours pakistanais, Rescue 1122, ont publié une liste de 21 personnes mortes, dont un policier, sa femme et leurs six enfants. Hasaan Khawar, un porte-parole du gouvernement du Pendjab, a précisé qu’ils étaient morts de froid dans leur voiture. Il n’était pas clair dans l’immédiat si les autres victimes, dont les cinq membres d’une autre famille, sont mortes de la même cause ou d’intoxication au monoxyde de carbone respiré dans l’habitacle de leur véhicule. Le ministre de l’Intérieur, Sheikh Rashid Ahmed, a indiqué que l’armée était mobilisée pour dégager les routes et secourir les milliers de personnes toujours bloquées près de Murree, située à environ 70 kilomètres au nord-est de la capitale Islamabad.

— Agence France-Presse

  

Nigeria

Au moins 140 personnes tuées par des « bandits » ces derniers jours

Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a condamné samedi les attaques ayant fait au moins 140 morts cette semaine dans l’État de Zamfara, perpétrées selon lui par des « meurtriers de masse » qui terrorisent les populations du nord-ouest rural du Nigeria. Le nord-ouest et le centre du Nigeria sont le théâtre depuis plusieurs années des activités de criminels désignés localement comme des « bandits », qui attaquent, pillent et enlèvent les habitants, dont ils volent le bétail et brûlent les maisons. Le chef de l’État n’a fait état d’aucun bilan précis, mais un responsable local et plusieurs habitants ont affirmé à l’AFP qu’au moins 140 personnes avaient péri ces derniers jours. Mercredi, le gouvernement a officiellement qualifié les « bandits » opérant au Nigeria de « terroristes », afin de durcir les sanctions à l’encontre des auteurs d’attaques, de leurs informateurs et de leurs partisans.

— Agence France-Presse

Crise énergétique au Kosovo

Chasse au minage de cryptomonnaies

La police du Kosovo a saisi samedi des centaines d’appareils servant à miner des cryptomonnaies, une activité consommatrice d’électricité que le gouvernement a interdit temporairement pour tenter de résoudre la crise énergétique en cours, en plus d’arrêter un membre de la minorité serbe. Pour créer (ou miner) des cryptomonnaies comme le bitcoin, il faut faire résoudre des équations complexes à des ordinateurs puissants, ce qui consomme énormément d’énergie. Sur fond de tensions avec la minorité serbe, qui ne paye pas l’électricité depuis la fin de la guerre de 1998-1999, le gouvernement du Kosovo, à très large majorité albanaise, a annoncé mardi une interdiction temporaire de miner des cryptomonnaies afin de réduire la consommation énergétique. La crise au Kosovo s’est aggravée après la panne d’une unité de production de l’une des deux centrales du pays, poussant le gouvernement à prendre en décembre des mesures de restrictions électriques.

— Agence France-Presse

Brésil

Un éboulement fait au moins sept morts sur un lac

La chute d’un pan de falaise sur des bateaux naviguant sur un lac très touristique de l’État du Minas Gerais, dans le sud-est du Brésil, a fait au moins sept morts et trois disparus samedi, a-t-on appris auprès des pompiers. À la mi-journée, un grand fragment de roche s’est détaché de sa paroi et est tombé sur trois bateaux qui se promenaient sur le lac Furnas, site prisé pour ses eaux vertes et son défilé de spectaculaires parois rocheuses. Le président Jair Bolsonaro, qui a relayé certaines vidéos de l’incident publiées sur les réseaux sociaux, a salué le travail de la marine brésilienne qui, « dès que la malheureuse catastrophe s’est produite », s’est rendue sur les lieux afin de secourir les victimes et transporter les blessés. Parmi les blessés, neuf ont été hospitalisés, selon les pompiers intervenus sur place avec une brigade de plongeurs. Les recherches devaient s’interrompre avec la nuit et reprendre ce dimanche. Les pluies intenses qui sont tombées ces derniers jours dans le sud-est du Brésil ont favorisé l’accident, selon les pompiers.

— Agence France-Presse

Kazakhstan

L’ex-chef des services secrets arrêté pour trahison

Almaty — Le Kazakhstan a annoncé samedi l’arrestation de l’ex-chef des services de renseignement soupçonné de « trahison » pendant les émeutes qui ont secoué le pays, la Russie rejetant les critiques américaines sur son déploiement militaire pour soutenir le pouvoir.

Le Comité national de sécurité (KNB) a annoncé que son ancien directeur, Karim Massimov, 56 ans, avait été placé en détention jeudi après le lancement d’une enquête pour « haute trahison ».

Première personnalité politique arrêtée, M. Massimov avait été limogé cette semaine après le déclenchement des manifestations qui ont ébranlé le Kazakhstan et fait des dizaines de morts, notamment à Almaty, capitale économique du pays.  

Allié de longue date de l’ancien président du Kazakhstan Noursoultan Nazarbaïev, dont il fut premier ministre à deux reprises, Karim Massimov dirigeait le KNB depuis 2016.

Le KNB a annoncé dans un communiqué avoir ouvert jeudi une enquête pour haute trahison, ajoutant que M. Massimov avait été arrêté le même jour, « soupçonné d’avoir commis ce crime ».

« Longue » conversation avec Poutine

Par ailleurs, le président de la Russie, Vladimir Poutine, et son homologue kazakh, Kassym-Jomart Tokaïev, ont eu une « longue » conversation téléphonique et sont convenus de rester en contact « permanent », a annoncé samedi le Kremlin.

Un contingent de troupes russes et d’autres pays alliés de Moscou est présent au Kazakhstan, ex-république soviétique d’Asie centrale, pour appuyer le pouvoir en place en protégeant les bâtiments stratégiques et en épaulant les forces de l’ordre.

Samedi, Moscou a dénoncé les propos, qualifiés de « grossiers », du secrétaire d’État américain, Antony Blinken, qui avait estimé vendredi qu’« une fois que les Russes sont chez vous, il est parfois très difficile de les faire partir ».

Balles réelles

Après plusieurs jours de violences, notamment à Almaty où les forces de sécurité ont tiré à balles réelles sur des émeutiers qui ont incendié plusieurs bâtiments, la situation semblait plus calme samedi, même si la tension restait palpable.

À Almaty, les forces de l’ordre tiraient ainsi des coups de feu en l’air pour empêcher les gens d’approcher d’une place centrale, a constaté un journaliste de l’AFP.

Les autorités affirment que 26 « criminels armés » ont été tués dans les troubles et que plus d’un millier de manifestants ont été blessés, les forces de l’ordre faisant état par ailleurs de 18 tués et 748 blessés dans leurs rangs. Plus de 4000 personnes ont été arrêtées.

Ces chiffres n’ont pas pu être vérifiés de manière indépendante.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.