Homicide involontaire

Les principaux protagonistes du procès d’Alec Baldwin

Durant le tournage du film Rust au Nouveau-Mexique en 2021, un coup de feu a retenti. L’arme avec laquelle l’acteur Alec Baldwin répétait, censée être chargée à blanc, contenait de vraies balles. La directrice photo Halyna Hutchins a été tuée. La responsable des armes et des munitions sur le plateau, Hannah Gutierrez-Reed, a été condamnée à 18 mois de prison pour homicide involontaire. Le procès de Baldwin, lui aussi accusé d’homicide involontaire, a commencé mercredi. Il a plaidé non coupable. Voici les principaux protagonistes.

L’équipe de production du film

Alec Baldwin, acteur et producteur

Baldwin, qui incarnait un vieux hors-la-loi roublard dans Rust, nie avec vigueur toute responsabilité dans la mort de Halyna Hutchins le 21 octobre 2021. Il affirme qu’on lui a dit que le revolver qu’on lui avait remis ce jour-là était chargé à blanc, ajoutant que la présence d’une arme chargée pour vrai est inconcevable sur un plateau. Baldwin nie aussi avoir appuyé sur la détente quand le coup est parti et dit avoir seulement tiré le chien, puis levé le pouce (ce qui est un signe de défectuosité) ; selon les procureurs, l’expertise technique permet de déduire qu’il a appuyé sur la détente. Or, il appert que l’examen a endommagé l’arme, ce qui rend toute contre-expertise impossible.

Hannah Gutierrez-Reed, armurière

L’armurière, Hannah Gutierrez-Reed, était chargée des armes et des munitions durant le tournage. Bien qu’il ne devait pas y avoir de vraies munitions sur le plateau, elle a mis une balle réelle dans le barillet du revolver ce jour-là et ne l’a pas détectée en vérifiant l’arme. Le 24 avril, un jury l’a déclarée coupable d’homicide involontaire. Les procureurs ont soutenu qu’elle avait apporté les balles réelles sur le plateau, ce qu’elle a nié. Elle purge une peine de 18 mois de prison, soit la peine maximale encourue par Baldwin s’il est reconnu coupable. Elle a porté sa condamnation en appel.

Dave Halls, premier assistant réalisateur

À titre de premier assistant réalisateur, Dave Halls était responsable du calendrier de tournage et coordinateur de la sécurité. À ce titre, il devait notamment vérifier que les armes à feu pouvaient être manipulées sans danger. M. Halls a admis qu’il n’avait pas vérifié soigneusement le revolver le jour du tournage. Il a plaidé coupable d’utilisation négligente d’une arme létale et a évité une peine de prison.

Sarah Zachry, accessoiriste

Sarah Zachry était responsable des accessoires sur le plateau, y compris des armes et des munitions, et était la supérieure hiérarchique de Gutierrez-Reed. Elle a reconnu être responsable de l’une des deux décharges accidentelles d’armes à feu sur le plateau de Rust cinq jours avant le coup de feu mortel. Elle collabore avec les procureurs en vertu d’une entente qui la protège des poursuites.

Le tribunal

La juge Mary Marlowe Sommer

La juge Marlowe Sommer, du 1er district judiciaire du Nouveau-Mexique, connaît bien le contexte du drame de Rust pour avoir entendu le procès de Mme Gutierrez-Reed, à qui elle a imposé la peine d’emprisonnement maximale. Elle a refusé de faire preuve de clémence à l’endroit de la condamnée, lui disant qu’elle ne la « méritait pas ».

Kari T. Morrissey, procureure spéciale

Avocate de la défense de carrière, Kari T. Morrissey a hérité du dossier quand le procureur spécial précédent a démissionné et que le procureur du comté de Santa Fe s’est retiré. Mme Morrissey a d’abord classé l’affaire contre Baldwin, souhaitant examiner les préoccupations soulevées par les avocats de Baldwin, selon lesquelles l’arme aurait été modifiée, augmentant ainsi les risques de décharge accidentelle. Après l’analyse de l’arme par des experts, Mme Morrissey s’est déclarée convaincue que l’accusé avait appuyé sur la détente et a décidé de relancer les poursuites pénales contre lui.

Erlinda Ocampo Johnson, procureure spéciale

Erlinda Ocampo Johnson vient de se joindre à l’équipe de MMorrissey. C’est un retour du côté de la poursuite pour cette ex-procureure qui se consacre désormais aux causes de dommages corporels, d’immigration et de droits civils.

Alex Spiro, avocat de Baldwin

Avocat de la défense new-yorkais et ancien procureur connu pour son approche combative, Alex Spiro compte parmi ses clients Elon Musk, le rappeur Jay-Z et le maire de New York, Eric Adams. Il a mené les plaidoiries lors de nombreuses audiences préliminaires, inscrivant de nombreuses objections aux prétentions des procureures de la poursuite.

Luke Nikas, avocat de Baldwin

L’avocat Luke Nikas, surtout connu pour des procès dans le domaine des arts, est entré au dossier plusieurs mois après les faits, au moment où des poursuites civiles étaient déposées. MNikas et MSpiro avaient déjà représenté Baldwin dans un litige civil survenu à la suite d’une bousculade au sujet d’une place de stationnement.

Cet article a été publié dans le New York Times.

Baldwin a « violé les règles » de sécurité

L’accusation au procès de l’acteur américain Alec Baldwin lui a reproché mercredi d’avoir « violé les règles fondamentales » de sécurité, la défense qualifiant le tir qui a tué la directrice de la photographie, Halyna Hutchins, d’imprévisible « tragédie ». La procureure Erlinda Ocampo Johnson a décrit l’acteur comme une vedette capricieuse, déclarant qu’il a joué à « faire semblant avec un vrai pistolet et violé les règles fondamentales de sécurisation des armes à feu ». Il avait « réclamé qu’on lui attribue le plus gros pistolet disponible » et l’armait ou le pointait régulièrement sur des membres de l’équipe, a-t-elle ajouté. L’avocat d’Alec Baldwin, Alex Spiro, a martelé qu’il n’y aurait aucun témoin ou aucune preuve pour dire qu’il « savait ou aurait dû savoir que le pistolet contenait une balle réelle », mettant plutôt la responsabilité sur l’armurière du film, Hannah Gutierrez-Reed, et le premier assistant, David Halls.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.