Maple Leafs de toronto

L’année de vérité

La perspective d’une division canadienne est de plus en plus probable lors de la prochaine saison de la LNH. Voyons où en sont les éventuels adversaires du Canadien depuis la fin des activités. Après les Canucks de Vancouver, les Oilers d’Edmonton, les Flames de Calgary et les Jets de Winnipeg, voici les Maple Leafs de Toronto.

Les Maple Leafs ont conservé leur formidable noyau d’attaquants avec John Tavares, Mitch Marner, Auston Matthews et William Nylander, mais comme ces quatre-là coûtent 41 millions par année, il a fallu épurer ailleurs…

Deux ailiers efficaces, Kasperi Kapanen et Andreas Johnsson, ont été largués. Au moins, on a récupéré un choix de première ronde pour Kapanen.

La défense a beaucoup changé. Tyson Barrie, pour qui on a sacrifié Nazem Kadri un an plus tôt, n’a pas été retenu après seulement un an. Cody Ceci a lui aussi profité de son autonomie pour changer de camp. Barrie et Ceci n’ont pas été à la hauteur, il faut l’avouer.

Pour les remplacer, on vient d’embaucher les joueurs autonomes sans compensation T.J. Brodie et Zach Bogosian. On a été très généreux envers Brodie après une saison de 19 points en 64 matchs à Calgary en lui offrant 5 millions par année sur quatre ans.

Brodie a vu son temps d’utilisation fondre à Calgary au fil des saisons. Il a joué en moyenne 25 minutes par match entre 2014 et 2016. Cette moyenne a baissé à 23 minutes entre 2016 et 2018, à 21 minutes il y a deux ans et à 20 min 27 s cet hiver. Ce n’est pas pour rien que les Flames l’ont laissé partir.

Brodie devrait se retrouver à la droite de Morgan Rielly au sein de la première paire. Jake Muzzin et probablement Justin Holl formeront la deuxième. On fonde beaucoup d’espoirs sur la plus récente embauche, le Finlandais Mikko Lehtonen, 26 ans, qui fait un tabac dans la KHL depuis un an. Lehtonen a 16 points en 16 rencontres depuis le début de la saison dans l’uniforme des Jokerit de Helsinki, en Finlande.

Le jeune Rasmus Sandin, un choix de premier tour, se battra aussi pour un poste. Si ces deux-là peuvent jouer à la hauteur des attentes, la défense sera plus potable que prévu.

Frederik Andersen demeure un gardien correct, mal protégé par une défense vulnérable.

Mais il faudra aussi se demander si le noyau d’attaquants des Maple Leafs est capable de tirer ce club.

John Tavares entamera sa troisième saison à Toronto. Les Leafs n’ont toujours pas franchi la première ronde malgré des attentes élevées.

Ils ont perdu contre les redoutables Bruins il y a deux ans, mais l'été dernier, dans la bulle, ils ont été incapables de percer la défense des Blue Jackets de Columbus. Ils ont marqué dix buts en cinq matchs lors de cette ronde préliminaire, dont un but dans un filet désert.

Mitch Marner a obtenu quatre aides en cinq matchs, Tavares trois points. En 12 matchs de séries depuis son arrivée à Toronto, Tavares a huit points, dont quatre buts. Marner a lui aussi amassé huit points en 12 matchs depuis deux ans et Nylander sept points. Seul Matthews a produit à un rythme intéressant avec 12 points en 12 rencontres.

Si le jeune Nic Robertson, 55 buts en 46 matchs à Peterborough dans la Ligue junior de l’Ontario, et Ilya Mikheyev continuent à progresser, ils allégeront la pression sur le quatuor de vedettes.

L’arrivée des vétérans Joe Thornton et Wayne Simmonds et le retour de Jason Spezza – tous embauchés à rabais – amènent de l’expérience. Mais leur reste-t-il encore assez de jambes ?

Il y a donc des points d’interrogation à Toronto aussi en prévision de la prochaine saison. L’émergence des Sandin, Lehtonen, Robertson et Mikheyev pourrait faire une différence de taille.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.