Expansion à Contrecœur

Le Port de Montréal lance son appel d’offres international

Hutchison Ports, opérateur maritime de Hong Kong qui voulait construire un terminal de conteneurs à Québec, sera probablement sur les rangs pour réaliser l’expansion du Port de Montréal à Contrecœur.

« Il y a une bonne quinzaine d’entreprises maritimes internationales qui peuvent répondre à l’appel d’offres qui sera lancé dans les prochaines semaines, a indiqué mercredi le président-directeur général du Port de Montréal, Martin Imbleau.

« Celle qui voulait investir à Québec [Hutchison] en fait partie, mais il y en a d’autres », a-t-il dit à La Presse après s’être adressé à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Des entreprises québécoises pourraient aussi s’intéresser au projet, selon Martin Imbleau. « On pense qu’elles vont se manifester, et il pourrait y avoir des regroupements. »

Le projet d’expansion du Port de Montréal, qui augmentera de 50 % sa capacité de manutention de conteneurs et nécessitera des investissements de près de 1 milliard de dollars, est donc prêt à démarrer même si la question de la protection du chevalier cuivré est toujours en suspens.

« On a le permis du gouvernement fédéral pour démarrer le projet. C’est dans les conditions de réalisation, notamment sur la méthode pour protéger le chevalier cuivré, qu’il reste de multiples petits permis à obtenir. »

– Martin Imbleau, président-directeur général du Port de Montréal

Le Port de Québec voulait se doter d’un terminal de conteneurs qui aurait fait concurrence aux installations de Montréal, mais le projet a été rejeté par le gouvernement fédéral en raison de l’impact négatif qu’il aurait eu sur l’environnement.

De concurrent potentiel, le Port de Québec est maintenant devenu un partenaire du Port de Montréal, selon Martin Imbleau. « Le projet [de Québec] n’existe plus, a-t-il dit. On a tous avantage à travailler ensemble, alors on commence à se jaser. »

Nouveau au Port : de l’énergie verte

Le Port de Montréal se positionne pour ajouter l’énergie verte aux produits qui transitent par ses installations, notamment de l’hydrogène et du méthanol. « Ça se passe déjà et on veut en faire davantage », a fait savoir son président. Il a précisé que du méthanol produit à Varennes est déjà exporté en Europe à partir du Port de Montréal, et que cette filière se développera au cours des prochaines années. Selon lui, le potentiel de l’est de Montréal dans la production, la transformation et l’exportation d’hydrogène et de méthanol verts est « immense ». « La recette est encore inconnue, mais l’important est de sauter dans la piscine et de commencer à nager. »

Encore des mois de rattrapage

La congestion qui sévit dans plusieurs ports du monde et la pénurie de conteneurs qui en résulte risquent de durer encore plusieurs mois, estime le PDG du Port de Montréal. Les coûts de transport ont fortement augmenté et alimentent l’inflation, mais les installations de Montréal sont peu touchées par ces bouleversements conjoncturels, selon Martin Imbleau. « Il y a des navires qui attendent un peu plus longtemps à quai pour être déchargés, mais c’est marginal. » La demande, elle, ne faiblit pas, a-t-il dit, ce qui donne encore plus de sens au plan d’expansion du Port de Montréal.

Un contrat de travail très attendu

Après deux grèves qui ont fait très mal, le Port de Montréal et ses partenaires attendent avec impatience le résultat des discussions en cours sur le renouvellement du contrat de travail des débardeurs. Un médiateur a été chargé par le gouvernement fédéral de rédiger un contrat de travail et les syndiqués n’auront pas le droit de grève pendant la durée de ce contrat. Le PDG du Port n’est pas au courant de l’évolution du processus « serré et confidentiel », selon lui. « Le processus est en cours depuis la fin du printemps, on attend nous autres aussi. »

Jour de premières à la Chambre de commerce

Pour la première fois depuis le début de la pandémie, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain a tenu mercredi un premier déjeuner-causerie avec des participants réunis dans une salle. « Noël, c’est aujourd’hui », a lancé son président, Michel Leblanc, qui plaide depuis des mois pour que les entreprises permettent un retour graduel de leurs employés afin de faire revivre le centre-ville.

C’était aussi une première apparition publique pour le PDG du Port de Montréal, qui est entré en fonction au début de 2021, et pour le Centre Sheraton, qui a accueilli les 250 participants à l’évènement.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.