Mode

L’élégance intemporelle du trench-coat

Le trench-coat, un incontournable dans toute garde-robe qui se respecte, est un manteau qui se caractérise par sa polyvalence et son esthétisme. David Lesage, styliste personnel, nous raconte les origines de ce vêtement indémodable depuis plus d’un siècle.

Petite histoire du trench-coat

Le trench-coat est un type de manteau en tissu imperméable et résistant qui a été conçu sur mesure pour les besoins des officiers de l’armée britannique avant la Première Guerre mondiale. Fabriqué à l’origine à partir de gabardine — un tissu de laine peignée imperméabilisé à la lanoline avant le tissage —, il a gagné en popularité parce qu’il était massivement utilisé par les soldats dans les tranchées.

Traditionnellement, le trench-coat présente un double boutonnage avec 10 boutons sur le devant, de larges revers, un rabat-tempête et des poches qui se ferment par un bouton. Le manteau est ceinturé à la taille et ses manches raglan se terminent par des manchettes autour des poignets. Ces dernières se bouclent également, ce qui empêchait initialement l’eau de couler sur l’avant-bras lorsque venait le temps d’utiliser des jumelles sous la pluie.

Le trench-coat comprend des sangles à l’épaule dotées d’une fermeture boutonnée, lesquelles étaient fonctionnelles en contexte militaire. Traditionnellement de couleur kaki, ce manteau était aussi fait très grand, étant donné qu’on portait souvent un British Warm en dessous, c’est-à-dire un manteau ceinturé et composé à 100 % de laine qui allait jusqu’aux genoux.

Entrée dans la culture populaire

« Le trench-coat a été popularisé par des acteurs américains tels que Humphrey Bogart dans le film Casablanca et Peter Sellers dans Pink Panther, où les deux hommes arborent fièrement ce style novateur. »

— David Lesage, styliste personnel

Dans ces deux films, le trench-coat est d’ailleurs joliment agencé à un chapeau Borsalino, ce qui donne aux deux vedettes un style des plus « gentlemans ».

De nos jours, le trench-coat est encore synonyme d’élégance et de fonctionnalité. On l’enfile aujourd’hui par temps gris et pluvieux non seulement pour se protéger des intempéries, mais aussi pour afficher un style plus habillé et hautement distingué. Plus ajusté qu’à l’époque, il est aujourd’hui offert dans une foule de couleurs et de matières (parfois du nylon ou du coton, par souci d’économie) ; son boutonnage — simple ou à deux, quatre, six ou huit boutons — et sa longueur (mi-fesses, genoux ou midi) varient également.

Sur les passerelles

Les grands couturiers du monde n’ont d’ailleurs pas hésité à adopter la tendance militaire et proposent désormais des manteaux fort semblables à ceux qui étaient utilisés en temps de guerre. On assiste donc au retour de la gabardine de laine et des proportions plus généreuses, ce qui permet les superpositions avec de gros lainages, comme on a pu l’apercevoir dans les défilés des maisons Chloé, Margiela, Prada, Alexander McQueen et Thom Browne. Dolce & Gabbana présente même un trench-coat muni d’insertions en dentelle, le summum de l’élégance italienne.

En résumé, le trench-coat fait office d’essentiel de la garde-robe, car il se révèle des plus polyvalents : on le portera par beau temps, pour se protéger du vent ou du froid, ou comme manteau de mi-saison, à l’automne ou au printemps.

« Indémodable, cette pièce clé pourra être portée plusieurs années, tout comme le perfecto de cuir, la marinière, le Borsalino, les lunettes de style aviateur, le t-shirt et le jean.  »

— David Lesage, styliste personnel

C’est donc une évidence : le trench-coat rehaussera une tenue en ajoutant élégance et sophistication à n’importe quel style. N’hésitez pas à communiquer avec David Lesage, styliste personnel, pour obtenir des conseils sur les couleurs, les modèles et la longueur à privilégier selon votre silhouette : il saura vous guider d’une main de maître.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.