Pharmacies

Nouvelle ruée sur les tests rapides

Aussitôt arrivés, aussitôt envolés : les tests rapides pour dépister la COVID-19 ont atterri dans la plupart des pharmacies de la province, mardi, pour être aussitôt redistribués à la population.

Ceux qui ont fait la file devant leur pharmacie dans le froid polaire mardi matin ont été bien déçus : la livraison des tests rapides s’est échelonnée sur la journée, et selon un protocole différent d’une pharmacie à l’autre. « Le message, c’est qu’on veut à tout prix éviter des files d’attente devant les pharmacies, surtout à -30 °C, comme [mardi] matin », a expliqué Hugues Mousseau, directeur général de l’Association québécoise des distributeurs en pharmacie.

Trois millions de tests rapides ont été livrés dans les entrepôts du Québec lundi, soit 600 000 trousses de dépistage contenant 5 tests chacune. « À ma connaissance, [la distribution] se déroule bien, a indiqué Hugues Mousseau en entrevue mardi. Le plan est toujours de distribuer les tests à la grande majorité des pharmacies [mardi], et à une partie des pharmacies [mercredi]. »

La distribution pourrait s’étendre jusqu’à vendredi, a nuancé Benoît Morin, président de l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP). « C’est progressif. C’est à peu près un million de tests – ou 200 000 trousses – [qui seront livrés] par jour. Donc d’ici vendredi, on va en avoir reçu trois millions. »

Rappelons que les Québécois ont droit à une boîte d’autotests par mois. Lorsqu’une pharmacie distribue une boîte, « il y a une réclamation qui est transmise à la [Régie de l’assurance-maladie du Québec (RAMQ)], et c’est un dossier commun à toutes les pharmacies », a expliqué M. Morin.

Trouver des tests rapides, mode d’emploi

Mardi matin, des clients venaient s’enquérir de l’arrivée des trousses de dépistage dans plusieurs pharmacies visitées par La Presse. Certaines succursales attendaient d’avoir reçu les tests avant d’ouvrir les réservations en ligne. D’autres avaient déjà une liste d’attente de noms s’étirant sur plusieurs pages.

Notons que chaque pharmacie gère son protocole de distribution : réservation en ligne, sur rendez-vous, par téléphone ou encore directement en personne.

De façon générale, une partie des tests allait aussi être réservée aux clients âgés ou affaiblis, qui n’ont pas facilement accès à l’internet ou pour qui se déplacer dans le froid est plus laborieux.

« Ce qu’on essaie de mettre en lumière, c’est que, oui, les pharmaciens ont un devoir envers leur clientèle, mais aussi de santé publique. Ils doivent donc rendre les tests disponibles auprès de la population et rejoindre les gens vulnérables. »

— Benoît Morin, président de l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires

À la pharmacie Jean Coutu située au coin de l’avenue Papineau et de la rue Bélanger à Montréal, les pharmaciennes propriétaires Sonia et Hélène Lacasse ont opté pour une distribution à leur propre clientèle, en prenant les réservations par téléphone ou en personne. Elles ont reçu la confirmation de la livraison de la caisse contenant 108 trousses de dépistage (comprenant 5 tests chacune) lundi soir, après 18 h.

« On a commencé [mardi] matin à prendre les réservations en personne. On a décidé d’utiliser cette approche parce qu’avec le site internet de Jean Coutu, on avait des gens qui venaient d’aussi loin que de Dollard-des-Ormeaux [pour obtenir une trousse], indique Sonia Lacasse. Donc, on ne trouvait pas que c’était pertinent pour notre quartier. »

La pharmacie a finalement reçu sa commande vers 13 h 30 mardi. « Il y a déjà des gens qui sont venus chercher les tests réservés, et il y en a d’autres qui sont en attente, a précisé Sonia Lacasse en fin de journée. Il nous en reste encore un petit peu, mais je ne sais pas pour combien de temps. »

D’autres livraisons à venir

« C’est sûr que tout le monde voudrait les avoir aujourd’hui, mais on ne peut pas répondre à la demande », affirme M. Morin. Il enjoint aux personnes qui ont accès à des autotests ailleurs – comme dans les garderies ou en milieu de travail – ou qui sont en bonne santé de laisser la place aux autres.

La livraison de trois autres millions de tests rapides est aussi prévue pour la semaine prochaine, souligne Hugues Mousseau. « On attend les confirmations [des dates] pour le reste du mois de janvier. »

Au total, le Québec devrait recevoir 30 millions de tests du gouvernement fédéral d’ici la fin de janvier, ajoute Benoît Morin. De ce nombre, 12 millions seront distribués en pharmacie. Les autres sont réservés pour les garderies, les milieux scolaires et d’autres travailleurs essentiels.

Quant à l’approvisionnement du gouvernement du Québec directement sur le marché mondial, Québec ne recevra pas ses propres tests rapides avant février, selon les informations de La Presse.

— Avec la collaboration de Vincent Brousseau-Pouliot, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.