300

Nombre d'employés que Netflix a licenciés jeudi. Il s’agit du deuxième mois consécutif où le géant de la diffusion en continu réduit son personnel, alors qu’il est aux prises avec une baisse de la croissance des abonnés et une chute du cours de l’action. En avril, la société a annoncé qu’elle avait perdu 200 000 abonnés et a déclaré qu’elle prévoyait en perdre 2 millions de plus au deuxième trimestre de cette année. Elle compte près de 222 millions d’abonnés au total.

— D’après The New York Times

Refus de porter le masque au travail : plainte rejetée

Une employée d’entretien qui refusait de porter le masque au travail et qui avait en conséquence perdu son emploi, il y a un an, a vu sa plainte rejetée par le Tribunal administratif du travail. Elle alléguait avoir été victime d’un « congédiement sans cause juste et suffisante », en mai 2021, à cause de son refus de porter un masque au travail. Or, le tribunal a statué que dans les faits, il s’agissait plutôt d’une démission de sa part. « Son refus de porter le masque, sans aucune exemption médicale, malgré une consigne claire et stricte à cet effet équivaut à une démission volontaire de sa part », a tranché le Tribunal. Pour pouvoir invoquer l’article 124 de la Loi sur les normes du travail, qui prévoit un recours pour « congédiement sans cause juste et suffisante », la travailleuse devait prouver qu’elle avait été l’objet d’un congédiement. Or, « l’initiative de la rupture du lien contractuel avec l’employeur revient entièrement à la salariée », conclut le Tribunal, qui rejette donc sa plainte.

— La Presse Canadienne

35 millions pour Potloc

L’entreprise montréalaise Potloc, spécialisée dans les études de marché qui utilisent notamment un échantillonnage sur les réseaux sociaux, a annoncé jeudi avoir conclu un financement de série B de 35 millions. Ce cycle dirigé par Investissement Québec et First Ascent Ventures comprend entre autres Desjardins Capital, Fonds Ecofuel, le Fonds de démarrage de BDC Capital et Cap Horn. Il s’agit d’un deuxième cycle de financement pour Potloc depuis 18 mois, pour un total de 58 millions. Les fonds lui permettront d’accélérer la mise en marché et le développement de sa technologie en Amérique du Nord et en Europe. « L’obtention de données de premier rang de grande qualité a été un talon d’Achille pour l’industrie de la recherche en raison de méthodes désuètes et inadéquates d’études auprès des consommateurs, a déclaré par communiqué Rodolphe Barrere, cofondateur et chef de la direction de Potloc. Nous aidons nos clients à prendre de meilleures décisions chaque jour grâce à la qualité exceptionnelle de nos données. »

— Karim Benessaieh, La Presse

Carboneutralité : les fabricants réclament de l’aide

Les fabricants canadiens demandent à Ottawa de fournir un plus grand soutien sous forme d’investissements et de partenariats pour aider les entreprises de toutes tailles dans leur transition vers la carboneutralité. Selon un nouveau sondage des Manufacturiers et exportateurs du Canada (MEC), la plupart des fabricants estiment que le gouvernement fédéral n’en fait pas assez pour aider l’industrie à passer à la carboneutralité et à rester concurrentielle. L’enquête révèle également que seulement le quart des fabricants se sont fixé pour objectif d’être carboneutre d’ici 2050, et que les petites et moyennes entreprises sont beaucoup moins susceptibles d’avoir des objectifs en place que les grandes entreprises. De plus, 40 % des répondants au sondage estiment que leur entreprise n’est pas préparée pour atteindre la carboneutralité d’ici 2050. Le manque de ressources est le défi le plus pressant, étant évoqué par 44 % des répondants, selon l’étude.

— La Presse Canadienne

Nike quitte définitivement la Russie

L’équipementier sportif américain Nike a annoncé jeudi quitter définitivement le marché russe et ne pas avoir l’intention de rouvrir ses 116 magasins, fermés d’abord temporairement dans la foulée des sanctions contre Moscou pour son offensive en Ukraine. « Nike a décidé de quitter le marché russe. Par conséquent, Nike.com et l’application mobile Nike ne seront plus disponibles dans cette région. Les magasins Nike ont récemment fermé temporairement et ne rouvriront pas », a indiqué le groupe sur son site russe. Après McDonald’s ou IKEA, il s’agit d’une énième marque occidentale emblématique qui quitte le marché russe, après s’y être ruée à la fin de l’Union soviétique. Le groupe n’a pas donné de détails supplémentaires sur les motifs de cette décision, se contentant d’indiquer que « ces derniers temps, Nike ne peut garantir la livraison des marchandises aux acheteurs russes ».

— Agence France-Presse

Moody’s rehausse la cote financière du Cirque du Soleil

La relance des activités du Cirque du Soleil après avoir frôlé la faillite durant la fermeture forcée de la pandémie fait bonne impression auprès de ses principaux interlocuteurs financiers.

C’est le cas de la très influente agence de notation financière Moody’s, qui a annoncé jeudi qu’elle rehaussait la cote de crédit du Cirque du Soleil après avoir constaté sa « gestion solide » de la « relance à succès » de ses activités de spectacle.

« Ce rehaussement de notation financière [de Caa1 à B3 en termes financiers] reflète la gestion solide du redémarrage des spectacles au Cirque du Soleil, incluant la relance réussie de sa division des tournées durant la première moitié de 2022 », indique l’analyste Whitney Leavens, de Moody’s, dans un avis aux investisseurs en titres de dette corporative que La Presse a obtenu.

Dans ce contexte, indique l’analyste de Moody’s, « nous anticipons une rapide réduction du niveau d’endettement encore élevé du Cirque du Soleil à un meilleur niveau vers la fin de 2022 et au cours de 2023, tout en maintenant un niveau adéquat de liquidités disponibles ».

D’après l’analyse de Moody’s, le Cirque du Soleil a relancé des revenus à hauteur de 370 millions US durant la période de 12 mois (un an) jusqu’en fin de premier trimestre 2022.

Parallèlement, le Cirque du Soleil a retrouvé un « niveau adéquat de liquidités proche de 130 millions US », selon Moody’s. Cette somme est composée de 120 millions US de comptant d’encaisse et d’un apport de flux de trésorerie positif « aux environs de 10 millions US » qui est prévu en redressement de rentabilité du Cirque du Soleil au cours de ses 12 prochains mois d’opération, d’ici la fin du premier trimestre 2023.

Sortie de crise existentielle

Rappelons qu’il y a deux ans, le Cirque du Soleil avait été frappé de plein fouet et soudainement paralysé par les restrictions sanitaires liées à la pandémie.

Et ce, quelques mois à peine après avoir terminé une autre année d’activités record à près de 1 milliard US en chiffre d’affaires, avec un effectif de 5000 personnes réparties dans son siège social à Montréal et 44 spectacles en résidence fixe ou en tournée aux quatre coins du monde.

Pour éviter la faillite, le Cirque du Soleil avait été contraint de remanier son actionnariat avec de nouveaux investisseurs capables d’y injecter 300 millions US en capital pour le soutenir jusqu’à la fin de la pandémie et la relance de ses activités.

D’ailleurs, dans son bulletin de notation financière du Cirque du Soleil, Moody’s met à jour son évaluation des forces et des faiblesses de son plan d’affaires.

Parmi les forces, Moody’s souligne « un solide bilan opérationnel et une vaste expérience de la direction en matière de développement, de gestion et d’acquisition de spectacles » ainsi qu’un « modèle de partenariat pour les spectacles en résidence [fixe] qui minimise les dépenses en capital et favorise la stabilité opérationnelle ».

Moody’s signale aussi la « concentration substantielle » des activités du Cirque du Soleil dans le marché de Las Vegas, qui devrait compter pour une « portion significative » de son bénéfice d’exploitation (BAIIA) en 2022.

— Martin Vallières, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.