L’est de Montréal mérite un vrai hôpital neuf

Cette semaine, on a beaucoup parlé – avec raison – de la fermeture des urgences de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR) dans la nuit de lundi parce qu’un groupe d’infirmières étaient épuisées par le « temps supplémentaire obligatoire » et le climat de travail toxique.

Mais il y a un autre dossier majeur à HMR : l’avenir de cet hôpital indispensable pour l’est de Montréal.

Ça fait des décennies que le gouvernement du Québec sous-investit en santé dans l’est de Montréal. Alors que le reste de la ville a eu deux nouveaux hôpitaux neufs à la fine pointe de la technologie (le CHUM et le CUSM), l’est de Montréal, lui, reste pris avec un hôpital vétuste, mais qui doit desservir 25 % de la population montréalaise avec 17 % des lits.

En 2021, le gouvernement du Québec a annoncé qu’il moderniserait HMR en investissant 2,5 milliards pour 720 lits. Enfin ! Depuis 2010, trois ministres de la Santé ont annoncé la modernisation de HMR, qui ne s’est pas encore réalisée.

Au départ, le plan à l’interne après l’annonce de 2021 était de construire 720 lits dans de nouveaux pavillons, selon nos informations.

Ça ne se passe pas comme prévu. Les coûts du projet initial ont augmenté de 2,5 à 4,2 milliards, selon Radio-Canada.

Et dans un article publié vendredi, notre collègue Fanny Lévesque révèle qu’on évalue plutôt un deuxième scénario moins ambitieux pour respecter le budget initial de 2,5 milliards : on rénoverait les 450 lits existants dans le vieux bâtiment (le cruciforme), et on ajouterait des lits dans un nouveau pavillon pour arriver à 720 lits. Comme rénover coûte moins cher que construire du neuf, on aurait ainsi plus de chances de respecter le budget initial.

Le gouvernement Legault a réitéré vendredi son intention de moderniser HMR pour en arriver à 720 lits, quitte à ajouter des sommes s’il le faut. Très bien. Mais le ministre Christian Dubé parle désormais d’un projet « par étapes ». Et il ne dit pas quand ces sommes seront disponibles, ni si on misera sur l’option moins chère de rénover 450 lits. C’est un détail drôlement important !

Rendons au gouvernement Legault ce qui revient au gouvernement Legault : il est le premier gouvernement à faire débloquer véritablement le projet. Ça aurait dû être fait il y a une décennie.

Sauf qu’on ne peut pas s’empêcher de voir le verre à moitié vide : rénover les 450 lits du cruciforme ne nous apparaît pas comme la meilleure option. Ça va être très compliqué durant les travaux (est-ce vraiment possible de rénover sans réduire les services ?). C’est une drôle d’idée de rénover un bâtiment aussi vétuste et limité à long terme. Et comme incitatif à la rétention des employés – un problème majeur à HMR –, on repassera. La rénovation offre un seul avantage : ça coûte moins cher.

Le budget initial de 2,5 milliards pour 720 lits à HMR n’est pas à la hauteur des besoins en santé dans l’est de Montréal, un secteur négligé depuis des décennies.

À Vaudreuil-Soulanges, un nouvel hôpital coûtera 2,6 milliards… pour 404 lits (ouverture prévue en 2026). Le budget a été augmenté de 1,5 milliard en 2018 à 2,6 milliards en 2022.

À Montréal, le CHUM, terminé en 2021, a coûté 3,6 milliards pour 772 lits.

Et on songe à faire 720 lits avec 2,5 milliards à HMR ? Les maths ne fonctionnent tout simplement pas, surtout avec l’inflation.

D’accord, à Québec, l’Enfant-Jésus coûtera 2,24 milliards pour 700 lits (construction de 2017 à 2029), car on a choisi 350 lits neufs et 350 lits rénovés. Mais les lits rénovés sont dans des bâtiments de grande qualité, qui ont en moyenne une cote de vétusté de A, la meilleure cote possible (échelle de A à E). Ça ne se compare pas avec le cruciforme de HMR, qui a la cote de D. Traduction libre : un édifice trop mal en point pour être rénové dans un monde idéal.

Le gouvernement Legault doit trancher au cours des prochains mois pour l’avenir de HMR. Cette décision sera cruciale pour les patients de l’est de Montréal pendant des décennies. On ne bâtit pas un hôpital de 700 lits tous les ans.

Québec doit dépenser les deniers publics de façon responsable, mais en pensant aussi à long terme. Ça vaut parfois la peine de dépenser un peu plus pour avoir un résultat de qualité, comme Québec le fera pour le nouvel hôpital de Vaudreuil-Soulanges.

Pour HMR, être responsable et voir à long terme, ça veut dire faire 720 nouveaux lits dans une seule phase de construction, et payer plus cher que les 2,5 milliards prévus au départ.

L’est de Montréal a déjà assez attendu.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.