Petits messages d’encouragement…

Une semaine après la mise sur pause des sports d’équipe intérieurs au Québec, La Presse a contacté Pierre Lavoie et la directrice générale de Sports Québec, Julie Gosselin, afin de leur proposer de s’adresser à nos lecteurs. Voici ce qu’ils avaient à dire.

Pierre Lavoie

« Les vertus de la nature sont reconnues. […] On confirme aujourd’hui que marcher à l’extérieur, surtout en nature, avec un espace vert – on n’est pas obligé d’être dans les Laurentides, on peut être dans un parc –, ça fait du bien pour notre santé physique et, surtout, notre santé mentale. Dans cette période où on est affecté par les deux, c’est important de se créer une routine et d’y aller au quotidien. Je dis aux gens : habillez-vous comme il faut, allez-y, vous allez voir, ça va vous faire du bien. Allez-y et répétez. Si vous répétez au moins cinq fois, vous ne pourrez plus vous en passer. Et ça deviendra peut-être un point positif de la COVID-19.

« La grande majorité des gens ne le sait pas, mais on a rendu le ski de fond gratuit au Québec pour les enfants de 12 ans et moins, à la grandeur du Québec dans tous les centres de ski. Ça ne coûte plus rien aux parents, c’est gratuit pour entrer et pour les skis.

« Les pays scandinaves ont fait beaucoup de recherche sur l’activité physique. […] Ils ont découvert ce qui aide un humain, quel que soit son âge, à être motivé au quotidien à faire une activité. Ce sont deux choses très simples. Ce n’est pas le podium, pas les médailles. Ça, ça motive 5 % d’un groupe. Ce sont le plaisir et les amis. Si tu as du plaisir et que tu es accompagné, en plus, d’un ami, tu vas vouloir le répéter le lendemain.

« Ce que je dis aux personnes âgées : si vous n’avez pas d’ami, achetez-vous un chien. Moi, je me suis acheté un berger australien et je n’ai même plus le choix. Il te regarde le matin et tu sais très bien ce qu’il veut. […] Ayez du plaisir dans ce que vous faites. Découvrez vos coins. Il y a des coins extraordinaires au Québec. Arrangez-vous pour que ce soit près de chez vous, jamais contraignant.

« Avec les réseaux sociaux aujourd’hui, c’est facile d’inviter les gens. Et partagez vos bonheurs, vos moments simples. Ces couchers de soleil, ces moments où vous avez vu des animaux. Moi, je découvre en marchant avec mon chien. Pourtant, j’en ai parcouru, du kilométrage, dans ma vie, mais c’est en marchant qu’on voit le plus de choses. On a le temps. Je dirais aux gens d’adopter la marche. »

Julie Gosselin

« C’est la troisième fois que le sport est fermé depuis le début de la pandémie. Les plus beaux moments ont eu lieu quand les gens s’étaient tellement ennuyés du sport et voyaient à quel point c’était important dans leur vie d’avoir le sport, l’esprit de camaraderie avec les athlètes, les collègues, les membres des équipes, même les arbitres… Les gens revenaient motivés à leur retour, plus que jamais. Ce que j’aime dire, c’est : continuons à garder le cap sur les objectifs qu’on avait, pour être prêts au retour. On a tellement été créatifs, on a tellement trouvé de façons de rester connectés à notre sport, qu’on l’apprécie encore plus quand ça revient.

« Inspirons-nous les uns les autres. On a tellement été bons pour faire ça. […] L’autre jour, je regardais mes petits voisins qui jouent au hockey normalement et ils jouaient dans la rue en se faisant des objectifs avec des cônes. Ils se faisaient un programme d’entraînement ensemble pour se garder motivés. J’ai été tellement impressionnée par la créativité dans tous les sports les dernières fois, et là, je sens qu’on ramène notre créativité encore pour continuer à bouger et être prêts aussitôt que la relance aura lieu. On espère que ce sera le plus tôt possible.

« Même s’il fait froid, qu’il neige, ce n’est pas un obstacle. On sort, on bouge ensemble et en respectant les consignes de la santé publique, évidemment.

« On peut aussi se servir de la force des médias sociaux pour partager ce qu’on fait, pour inspirer les autres, montrer que tout le monde est dans le même bateau en ce moment. Mais en gang, on peut faire des choses, bouger, avoir cet effet boule de neige.

« On sait que les protocoles de nos fédérations sont bien, solides. Les gens prennent ça au sérieux. On est capables de revenir et de s’assurer que la santé mentale et physique des jeunes est correcte le plus rapidement possible. C’est pour nous, à Sports Québec, tellement au cœur de nos préoccupations de nous assurer que les jeunes sont bien autant physiquement que mentalement, qu’ils ont un esprit sain dans tout ça. On espère qu’on sera les premiers à repartir et on sait que tout le monde est capable de repartir rapidement. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.