Testé ZTE Axon 40 Ultra

Contre les grands à plus petit prix

Oui, il a quelques imperfections, mais l’Axon 40 Ultra de ZTE se révèle une bonne affaire. Moins coûteux mais aussi puissant que ses rivaux, il se permet même quelques innovations étonnantes, notamment une caméra avant invisible.

On aime

Impossible de passer à côté de ce qui est devenu la marque distinctive des Axon du fabricant chinois ZTE depuis 2020 : la caméra avant pratiquement invisible. Pas d’encoche ou de barre noire tout en haut de l’écran, ce qui permet par exemple à une vidéo d’utiliser la totalité de son écran de 6,8 po.

Cette caméra cachée sous la vitre offre des photos de 16 MPx de qualité satisfaisante, bien meilleure en tout cas que la première version offerte sur l’Axon 20, qui manquait souvent de netteté. On n’a pas encore la richesse de couleurs et de contrastes d’un Pixel 6 Pro ou d’un OnePlus 10 Pro, toutefois.

L’autre marque distinctive, c’est la capacité de ZTE d’offrir ce dont profitent les meilleurs téléphones Android à un prix incomparable. Ici, on a le même processeur, le Snapdragon 8 Gen 1 utilisé par le Galaxy S22 Ultra, mais pour 600 $ de moins. Le Samsung a d’autres avantages, cela dit. Nos tests Geekbench 5 nous ont démontré qu’à l’exception habituelle des iPhone, le petit dernier de ZTE se comparait avantageusement à ses concurrents.

Les spécificités techniques de l’Axon 40 Ultra sont du calibre des meilleurs en 2022, soit un écran AMOLED au taux de rafraîchissement adaptable pouvant atteindre 120 Hz, pour une résolution de 2480 x 1116 ou 400 ppp avec un sommet de 1500 nits. Un bel écran, net et lumineux, lisible même en plein soleil.

ZTE s’enorgueillit de son système de triple caméra arrière, chacune de 64 Mpx. La première est un grand-angle avec équivalent focal de 16 mm et une capacité de mise à point macro à moins de 4 cm du sujet. La seconde est appelée « humanité », avec un équivalent focal de 35 mm, utilisant le capteur Sony IMX787 donnant une meilleure précision, surtout pour les personnes. Enfin, le « téléscope » atteint un zoom optique de 5,7x avec stabilisateur d’image.

Cet attirail nous a donné des photos avec une bonne gestion des détails et au rendu fidèle. Par contre, en le comparant à un iPhone 13 Pro Max, nous avons trouvé ses couleurs très délavées. Voyez par vous-même.

La batterie de 5000 mAh accepte la charge rapide à 65 watts et, beau cadeau, on a le chargeur fourni. Il nous a suffi de 45 petites minutes pour recharger complètement un téléphone vidé, après lui avoir fait jouer sept heures de vidéos. En utilisation normale, il atteint aisément les 40 heures d’autonomie.

Enfin, il s’agit d’un des premiers téléphones, avec le Pixel 6 Pro, compatibles avec la nouvelle norme WiFi 6E, qu’on promet plus stable et utilisant les bandes moins fréquentées du 6 GHz. Faute de routeur adapté, nous n’avons pu vérifier ces assertions.

On aime moins

Il n’y a pas de miracle pour économiser : on n’a pas intégré la charge magnétique, si pratique.

La gestion de la pile fait en sorte que l’Axon 40 Ultra ferme impitoyablement les applis en arrière-plan. Nous avons noté que certaines notifications, notamment celles provenant de Twitter et Slack, mettaient un temps anormalement long à s’afficher.

ZTE ne donne aucune indication quant à la résistance de son téléphone à l’eau ou à la poussière.

Alors que des fabricants comme Google et Samsung s’engagent à offrir des mises à jour de sécurité jusqu’à cinq ans après l’achat, on n’a rien de tel ici avec ZTE. Pour un fabricant chinois qui se retrouve souvent dans la ligne de mire des gouvernements occidentaux, c’est inquiétant.

Signe d’une présence encore incomplète au Canada, les prix affichés sont uniquement en dollars américains. Irritant.

On achète ?

L’Axon 40 Ultra est incontestablement une bonne affaire, offrant une partie des meilleures caractéristiques des téléphones Android à bon prix. Mais il ne convaincra pas un utilisateur Apple de franchir la clôture et laissera sur leur faim les amateurs d’égoportraits et les photographes exigeants.

Axon 40 Ultra

Fabricant : ZTE

Prix : 799 $US (8 Go/128 Go) et 899 $US (12 Go/256 Go)

Note : 4 sur 5

En prévente sur ztedevices.com jusqu’au 21 juin

Techno

Clins d’œil technologiques

Tortues ninjas

Les nostalgiques des arcades et tous les amateurs de jeux de combat apprécieront : les tortues ninjas sont de retour, gracieuseté du studio indépendant montréalais Tribute Games. En partenariat avec l’éditeur Dotemu et Nickelodeon, le jeu Teenage Mutant Ninja Turtles : Shredder’s Revenge a été lancé jeudi sur toutes les plateformes. Dans un style rétro très pixellisé mais avec des mécaniques modernes et un mode multijoueur en ligne pouvant réunir six personnes, on y personnifie une des quatre improbables tortues terrassant les méchants qui ont pris d’assaut New York. Les combinaisons de coups sont complexes et les résultats rigolos dans ce remake qui peut être bouclé en moins de trois heures.

Gotham Knights

Si vous êtes passé par l’intersection des rues Roy et Saint-Denis ou Cartier et Marie-Anne, vous avez sans doute remarqué les superbes œuvres murales de personnages de l’univers de Batman. Cette initiative est une campagne originale de promotion du studio Warner Bros. Games Montréal pour son jeu attendu le 25 octobre prochain, Gotham Knights, où on pourra incarner quatre personnages, Batgirl, Nightwing, Red Hood et Robin. Chacun a eu droit à sa murale, peinte par des artistes locaux bien connus du milieu à Montréal. « Avec nos personnages surplombant la ville de la sorte, on a l’impression qu’ils veillent sur Montréal de la même façon qu’ils veillent sur Gotham City », résume dans un communiqué Patrick Redding, directeur créatif du jeu Gotham Knights.

Insteon

La fermeture sans avertissement en avril dernier des serveurs d’Insteon, un fabricant américain de produits domotiques qui a déclaré faillite, a eu une conclusion inattendue. Un petit groupe se décrivant comme « des utilisateurs passionnés d’Insteon » a acquis les actifs et relancé les activités. Nos deux ampoules et cinq modules Insteon ont repris vie, mais pas le contrôle par l’Assistant Google et Alexa, qui est « en cours d’intégration ». Cette résurrection a un prix : il faudra dorénavant souscrire un abonnement, de 39,95 $US par année ou 69,95 $US pour deux ans, pour les services infonuagiques. Ce sont ces revenus qui manquaient aux nombreux fabricants d’appareils domotiques qui ont fermé depuis deux ans.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.