COVID-19

61

Nombre de nouveaux malades de la COVID-19 en 24 heures en Chine, la plus importante augmentation journalière depuis la mi-avril, après l’apparition de foyers d’infection dans trois provinces. La situation reste maîtrisée sur le plan national, avec seulement 331 malades dans l’ensemble du pays, a indiqué lundi le ministère de la Santé. (AFP)

Soudan

Plus de 60 morts dans une nouvelle tuerie au Darfour

Quelque 500 hommes armés ont mené un raid meurtrier contre un village habité par des agriculteurs issus de tribus africaines, tuant 60 d’entre eux au Darfour, où le nouveau gouvernement va envoyer la troupe pour enrayer cette violence endémique. Il s’agit de l’incident le plus sanglant d’une série qui s’est produite la semaine dernière dans plusieurs parties du Darfour, dans l’ouest du Soudan, où depuis des années des violences opposent sur la question sensible des terres et de l’eau les tribus nomades arabes aux agriculteurs issus de tribus africaines. Selon l’ONU, les 500 hommes armés ont attaqué samedi la localité de Masteri, à 48 km de la capitale provinciale d’El-Geneina, au Darfour-Ouest, tuant plus de 60 personnes, en majorité de la communauté Masalit, et en blessant 60 autres. Plusieurs maisons dans le nord, le sud et l’est du village ont été pillées et brûlées ainsi que la moitié du marché local, a indiqué dimanche le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) de l’ONU à Khartoum. — Agence France-Presse

Tensions entre Washington et Pékin

La Chine investit le consulat des États-Unis à Chengdu

Des fonctionnaires chinois ont pénétré lundi dans l’enceinte du consulat des États-Unis à Chengdu peu après le départ des derniers employés de Washington, mettant fin à un épisode de sanctions mutuelles digne de la Guerre froide. Symboliquement, le drapeau des États-Unis avait été descendu peu auparavant, selon des images de la télévision chinoise. Contrairement aux jours précédents, les journalistes étrangers n’ont pas été autorisés par les forces de l’ordre à approcher de la représentation diplomatique. Dans un communiqué, le ministère chinois des Affaires étrangères a confirmé la fermeture du consulat et indiqué que la Chine avait « pris possession » du bâtiment à 10 h [heure locale]. Le consulat américain de Chengdu est devenu vendredi le dernier sujet d’une longue liste de contentieux entre Pékin et Washington, lorsque la Chine a ordonné la fermeture de la mission. Cette décision a été la réponse du régime communiste à la fermeture forcée de son consulat de Houston aux États-Unis par l’administration Trump. Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a assuré jeudi que le consulat de Chine à Houston était une « plaque tournante de l’espionnage et du vol de propriété intellectuelle ». « Certains employés du consulat des États-Unis à Chengdu se sont livrés à des activités sortant de leurs attributions, ils se sont ingérés dans les affaires intérieures de la Chine et ont mis en danger la sécurité et les intérêts chinois », a accusé de son côté la diplomatie chinoise.

— Agence France-Presse

COVID-19

L’Amérique latine devient la région la plus touchée du monde

L’Amérique latine et les Caraïbes sont devenues dimanche la région du monde ayant recensé le plus grand nombre de contaminations depuis le début de la pandémie de COVID-19, soit 4 340 214 cas, selon un bilan établi par l’AFP dimanche à partir de sources officielles. C’est la première fois que le nombre d’infections dans cette région dépasse celui de l’Amérique du Nord, qui compte 4 330 989 cas, essentiellement aux États-Unis, pays le plus touché au monde avec 4,2 millions de contaminations et près de 150 000 morts. En Amérique latine, le Brésil est le pays le plus touché avec 2 394 513 cas et 86 449 morts, samedi. Une augmentation des contaminations est constatée au Mexique, au Pérou, en Colombie et en Argentine, des pays qui tentent de relancer leur activité économique pour limiter l’impact de la pandémie. En nombre de morts, l’Europe reste en tête, avec 207 933 décès, suivie de l’Amérique latine et des Caraïbes (182 726), puis des États-Unis et Canada (155 673).

— Agence France-Presse

États-Unis

Hanna rétrogradé en tempête tropicale, Douglas menace

L’ouragan Douglas se dirigeait dans la nuit de dimanche à lundi vers l’archipel américain de Hawaii, ont averti les météorologues, alors que l’ouragan Hanna avait plus tôt été rétrogradé en tempête tropicale en balayant le Texas.

Douglas, ouragan de catégorie 1, était à environ 200 kilomètres à l’est de la capitale Honolulu de l’archipel du Pacifique nord dimanche soir, avec des vents allant jusqu’à 140 km/h, selon le Centre national des ouragans.

Une alerte à l’ouragan a été émise dans les comtés de Maui et Kauai, ainsi qu’à Oahu, île où se trouve Honolulu.

« Un affaiblissement progressif est prévu au cours des 48 prochaines heures, mais Douglas devrait rester un ouragan au moment où il se déplace dans les îles », a précisé l’institut météorologique américain.

De grandes vagues et de fortes précipitations sont à redouter, a-t-il ajouté.

À Honolulu, le maire Kirk Caldwell a ouvert des centres d’évacuation pouvant accueillir 1600 personnes, mais a averti qu’ils ne devraient être utilisés qu’en « dernier recours ».

Il est rare que les ouragans atteignent Hawaii. Si c’était le cas, ce ne serait que la troisième fois dans l’histoire moderne, après Dot en 1959 et Iniki en 1992.

Aucune victime recensée

Hanna, premier ouragan de l’année 2020 sur la côte atlantique, a de son côté été rétrogradé dimanche en tempête tropicale en balayant le Texas, accompagnée de fortes pluies et de bourrasques sur cet État du sud des États-Unis, déjà très touché par l’épidémie de COVID-19.

L’ouragan de catégorie 1 a été rétrogradé en tempête tropicale par le Centre national des ouragans des États-Unis vers 6 h GMT.

Des vents d’environ 55 kilomètres à l’heure soufflaient encore à 16 h (heure locale), après avoir traversé le Texas en direction du nord-est du Mexique, selon le Centre national des ouragans, précisant que la tempête devait se dissiper d’ici lundi.

Aucune victime ni aucun dégât important n’a été signalé et le Texas et le Mexique ont levé leurs alertes dans l’après-midi. Mais les météorologistes avertissent que les fortes pluies peuvent encore produire des « inondations présentant un danger de mort » dans le sud du Texas et des glissements de terrain dans le nord du Mexique.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.