Wilfried Nancy

Un vrai tour de force

Demandez aux joueurs du CF Montréal ce qu’ils retiennent de leur saison 2021, ils vous répondront presque tous la même chose : la philosophie de jeu instaurée par Wilfried Nancy.

« On a joué un style de jeu incroyable », a commenté Djordje Mihailovic, mardi, lors du bilan de l’équipe.

« On a réussi à trouver l’identité de jeu du CF Montréal, a ajouté Victor Wanyama. Je crois que c’est la différence avec l’année dernière. […] On sait tous quoi faire sur le terrain. »

« C’est quelqu’un de très respecté dans le vestiaire, a renchéri Samuel Piette. Quand il arrive avec ses principes de jeu, et qu’il est respecté par sa personnalité et par la personne qu’il est, ça amène de l’engagement. […] On a de très bonnes fondations pour la suite des choses. »

Ce n’est pas rien, quand même.

Nancy est une recrue à titre d’entraîneur-chef, promu de son poste d’adjoint à la dernière minute avant le camp d’entraînement de l’équipe, en mars dernier.

Que ses joueurs reconnaissent son apport avec autant d’éloges est un signe de ses succès sur les lignes de côté cette année. Qu’en pense le principal intéressé ?

« C’était la base pour survivre, répond Nancy simplement en visioconférence. J’ai eu l’opportunité et la chance d’être adjoint pendant longtemps. […] Mon objectif, c’était d’avoir une vision claire pour aider les joueurs. J’ai eu le temps de travailler sur ça. »

« La chose dont je suis le plus fier, c’est que les joueurs s’approprient ce que je mets en place avec le staff », souligne-t-il.

« Je ne m’attendais à rien, lance Nancy. Je m’attendais juste à ce que les joueurs adhèrent au projet. »

Un « projet » bâti sur les statistiques avancées

Parce que oui, il y a les résultats. Ces derniers ont par ailleurs été couci-couça à la fin de l’année. La défaite au tout dernier match de la saison contre Orlando a mis un terme aux espoirs de l’équipe de se qualifier pour les séries MLS. Mais dans ce métier, il y a aussi le « contenu », selon Nancy.

« Le comment faire est très important. C’est pour ça qu’on le fait. »

Le technicien a d’ailleurs profité de la visioconférence pour donner une leçon de statistiques avancées aux auditeurs et aux médias, citant au passage le travail de son analyste vidéo Maxime Chalier.

En plus de la possession simple, un « outil qui permet d’attaquer, de récupérer et de défendre en même temps », il a parlé de « progression profonde » (deep progression).

Il souhaite notamment que son équipe prenne de la vitesse de l’arrière en faisant des « passes courtes », pour ensuite « déséquilibrer les dernières lignes et attaquer la boîte ».

Son équipe est première dans la ligue sur ce plan, selon Nancy. « C’est une statistique qui me parle et qui est super intéressante pour mon staff et moi. Ça prouve qu’on était dans le droit chemin. »

L’entraîneur-chef parle aussi de « transition défensive ».

« On a été la meilleure équipe pour défendre les contre-attaques. Dans le football moderne, c’est très important. […] C’est là que les équipes marquent le plus de buts. »

— Wilfried Nancy

Mais il est conscient que ce qui a fait défaut cette année, c’est l’opportunisme dans le dernier tiers. Une lacune qui n’a pas été aidée par les blessures de Romell Quioto et de Mason Toye.

« On a eu des défaillances pour finir les actions, tout le monde le sait. Nos deux attaquants ont été blessés. […] Ces joueurs ont marqué la plupart des buts et des passes décisives. Les joueurs qui ont joué à leur place ont fait de bonnes choses. »

La Floride pour souder le groupe

Mais Nancy n’est pas la seule belle histoire de la saison chez le CF Montréal. Mihailovic a véritablement éclos en 2021, devenant le détenteur du record du club au chapitre des passes décisives en une saison. Il en a réalisé 16, dépassant ainsi les 13 passes d’Ignacio Piatti en 2018.

Le joueur américain de 23 ans a d’ailleurs été élu joueur par excellence du CF Montréal mardi. Qu’est-ce qui a fonctionné pour lui, après son acquisition du Fire de Chicago dans l’entre-saison ?

« Les changements d’équipe et d’environnement m’ont vraiment motivé, a-t-il commenté. De me joindre à une équipe et de devoir prouver ma valeur après qu’elle m’eut acquis, ça m’a poussé à atteindre d’autres niveaux. »

« L’entraîneur et mes coéquipiers m’ont aidé sur le terrain. On m’a donné plus de liberté. »

— Djordje Mihailovic

Un autre joueur qui a vu sa carrière renaître en arrivant à Montréal, c’est Kamal Miller. Le défenseur a entamé 26 des 27 matchs auxquels il a participé cette saison.

« Djordje et moi étions dans une situation similaire avec notre ancien club, a commenté l’international canadien. À ce moment de nos carrières, on avait besoin d’expérience et de minutes sur le terrain. C’est arrivé instantanément à Montréal. Nous sommes devenus deux leaders pour cette équipe. »

Sa nomination à titre de cocapitaine, aux côtés de Wanyama et de Piette, a aussi aidé à son intégration.

« C’était un grand honneur d’être capitaine avec Sammy », s’est réjoui Miller, coéquipier de Piette en équipe nationale. « Sur le terrain, ça m’a permis de bien communiquer avec mes coéquipiers, et donc de mieux me positionner. »

Piette crédite aussi la belle ambiance qui régnait dans l’équipe. Une atmosphère née dès le début de saison disputé en Floride, pandémie oblige, et qui a perduré jusqu’à la victoire en Championnat canadien contre le Toronto FC, dimanche dernier.

« En Floride, on a créé beaucoup de liens, s’est-il rappelé. On se voyait à l’entraînement, mais aussi à l’hôtel. Plusieurs joueurs allaient manger ensemble.

« Les deux dernières années ont été compliquées, a raconté le milieu de terrain québécois. On n’a pas été à la maison souvent. […] Ce ne fut pas facile. Mais de pouvoir protéger ce titre à la maison, d’avoir un petit gars de la place soulever ce trophée au stade Saputo, c’est un peu un rêve devenu réalité. »

CF Montréal

Rudy Camacho sur son départ

Tout indique qu’on ne reverra pas Rudy Camacho sous les couleurs bleu, blanc et noir la saison prochaine.

Le Français, véritable pilier de la défense montréalaise cette saison, a refusé le contrat offert par Olivier Renard il y a quelques mois. C’est ce que le directeur sportif du CF Montréal a déclaré, mardi, dans le cadre du bilan de l’équipe.

« On lui a fait une proposition il y a plusieurs mois, mais elle a été refusée, a énoncé Renard. On accepte ça tout à fait. Je lui souhaite de trouver un contrat qu’il a envie de signer. »

Si la possibilité est toujours là que Camacho revienne sur sa décision et signe le contrat proposé plus tôt cette année, Renard ne s’attend pas à le revoir l’an prochain.

« Il ne faut jamais dire jamais, mais ce n’est pas prévu pour l’instant », a-t-il laissé filer.

Le Français a remporté mardi le titre de joueur défensif de l’année chez le CF Montréal. Il a disputé 31 matchs en tant que titulaire, marquant 3 buts en 2746 minutes de jeu. Il disputait sa quatrième saison avec le Bleu-blanc-noir.

« Il a fait une très bonne saison, a encore dit Renard. Encore ce matin dans mon bureau, je l’ai remercié pour différentes raisons, notamment le fait d’avoir donné son 100 % jusqu’aux dernières minutes du dernier match de coupe. Il y a d’autres joueurs la saison dernière qui ont préféré ne pas terminer l’aventure en Ligue des champions. »

« Rudy a non seulement tout donné, mais il a même appuyé sur le champignon pour pousser l’équipe à avoir le trophée. Je l’ai remercié pour ça. »

— Olivier Renard, directeur sportif du CF Montréal

Camacho n’est pas le seul joueur dont une décision quant à son contrat devra être rendue dans les prochaines semaines. Zachary Brault-Guillard, Mathieu Choinière et Joel Waterman, notamment, ont tous des pactes qui viennent à échéance le 31 décembre : leurs années d’option n’ont pas encore été activées.

« On a pris des décisions sur pratiquement tout le monde, et il nous reste quelques jours pour officialiser nos décisions, a révélé le directeur sportif. On a le temps jusqu’au 30 [novembre] de la communiquer. »

Gabriele Corbo en renfort

Aljaž Struna est un autre défenseur qui pourrait avoir joué ses dernières minutes avec le CF Montréal.

« Il est apte à jouer depuis un certain nombre de jours et de semaines, a commenté Renard. Le coaching staff a fait des choix. Il y avait la progression de certains joueurs qui méritaient de continuer à jouer. […] Pour l’année prochaine, il a une option. Il va attendre le 30 de savoir ce qu’on va faire. »

Il devient donc évident que la charnière défensive montréalaise devra être repensée en vue du calendrier 2022. Renard en est bien conscient.

« Le répertoire défensif sera renforcé, a révélé le Belge. Je peux déjà vous dire qu’il y aura bientôt une communication de l’arrivée officielle de Gabriele Corbo. […] Il était déjà ici depuis plusieurs semaines. »

Gabriele Corbo est un défenseur central italien de 21 ans, sous contrat avec le FC Bologne, club affilié au CF Montréal en Italie.

Parlant de Bologne : il a été annoncé lors de ce bilan du club montréalais que Djordje Mihailovic, Ismaël Koné et Rida Zouhir iraient s’entraîner en Italie dans l’entre-saison. Renard a voulu l’indiquer tout de suite « avant que ça parte dans tous les sens ».

« Je vous rassure tout de suite, [Djordje] n’est pas vendu à Bologne, a-t-il précisé. […] Les joueurs sont très contents d’y aller. Ça fait partie de ce qu’on veut faire : un échange d’idées et de la progression sportive. »

S’il est encore en discussion avec le club italien au sujet du gardien Sebastian Breza, qui est en prêt au CF Montréal, Renard dit avoir une entente avec Lassi Lappalainen pour qu’il « continue l’aventure » à Montréal.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.