Natation

Privés des Jeux pour une erreur administrative…

Six nageurs polonais qui devaient participer aux Jeux de Tokyo ont dû quitter le Japon avant le début de la compétition à la suite d’une erreur administrative de la Fédération polonaise de natation (PZP). Alicją Tchórz, qui fait partie des six nageurs ayant dû rentrer en Pologne, a dénoncé l’« incompétence » de la PZP, affirmant que la Fédération avait « mal compris les règles ». « Imaginez sacrifier cinq ans de votre vie et votre sacrifice accouche d’un gigantesque échec. »

— Agence France-Presse

Natation

Michael Phelps, l’analyste

L’ex-nageur olympique Michael Phelps fera partie de l’équipe du réseau américain NBC pour les compétitions de natation, a annoncé le diffuseur lundi. Phelps commentera certaines épreuves aux côtés de Dan Hicks et de Rowdy Gaines, en plus d’être correspondant pour les reportages lors des heures de grande écoute. Les compétitions de natation s’amorceront le 24 juillet. — Associated Press

Pourquoi pas le baseball féminin ?

Le baseball, immensément populaire au Japon, fait un retour aux Jeux olympiques de Tokyo en compagnie de la balle-molle, réservée aux femmes, absents depuis les Jeux de 2008, à Pékin.

Mais pourquoi pas le baseball féminin ?

Après tout, le sport gagne en popularité sur les losanges partout dans le monde et le Japon en est la grande puissance, lui qui a remporté les six derniers Championnats du monde, après avoir terminé deuxième, derrière les États-Unis, lors des deux premiers tournois.

« C’est sûr que ç’a été une grande déception pour le Japon, qui a une structure de baseball féminin qu’on ne retrouve pas ailleurs », fait valoir André Lachance, directeur au développement du sport et directeur national du baseball féminin à Baseball Canada.

« Ils font du baseball féminin à partir du secondaire. Ils ont pendant longtemps eu des ligues professionnelles. Maintenant, ce sont davantage des ligues industrielles : [les joueuses] sont payées pour travailler pour une entreprise, pour autant qu’elles jouent dans l’équipe de l’entreprise. C’est comme si Ameublements Tanguay avait une équipe !

« Les équipes professionnelles masculines commanditent aussi le baseball féminin maintenant. C’est un peu comme si les Blue Jays de Toronto avaient une équipe féminine. »

Lachance est l’un des grands bâtisseurs du baseball féminin sur la scène mondiale.

Après avoir été gérant de l’équipe nationale de 2004 à 2018, il est allé donner un coup de main à la Fédération française de baseball en devenant gérant de leur équipe nationale en 2019, expérience que la pandémie l’a empêché de renouveler l’an dernier.

Même s’il aurait souhaité voir un volet féminin au tournoi de baseball olympique, il offre quelques explications pour comprendre pourquoi c’est la balle-molle qui, de nouveau, assure le volet féminin de ce sport de balle.

« Il y a différents éléments qui expliquent l’absence du baseball féminin à Tokyo », a-t-il raconté à La Presse Canadienne au cours d’un entretien téléphonique.

« D’abord, nous sommes une discipline relativement jeune : les premiers Championnats du monde n’ont eu lieu qu’en 2004. Il faut du temps pour faire sa place, mais il y a beaucoup d’expansion dans le monde. On regarde en Europe, il y a la France, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne qui arrive et d’autres pays éventuellement.

« Nous n’avons pas encore le rayonnement, le nombre de pays participants pour pouvoir cogner à la porte des Jeux. La balle-molle, ça fait tellement longtemps qu’elle est là. C’est dommage, mais dans le passé, le principe était que les petites filles commençaient au baseball avant de transférer à la balle-molle quand il n’y avait plus de service pour elle.

« Et dans de nombreux pays, c’est encore comme ça. Ajoutez à cela la NCAA, qui offre de la balle-molle et non du baseball pour les femmes, et la structure [de la balle-molle] est beaucoup mieux assise que la nôtre présentement. »

— La Presse Canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.