Choc de culture chez Twitter

« Musk aime beaucoup l’humanité, mais pas beaucoup les humains. »

— Emmanuel Cornet, un ingénieur informatique qui fut parmi les premiers congédiés du réseau social dans la foulée de l’acquisition du 27 octobre. L’acquisition de Twitter par Elon Musk a mis au jour le fossé entre la culture de l’entreprise de San Francisco et les méthodes du patron multimilliardaire de Tesla. (Agence France-Presse)

Banque du Canada

Temps durs pour certains nouveaux propriétaires

Les hausses de taux d’intérêt seront plus douloureuses pour les nouveaux propriétaires qui ont acheté leur maison par l’entremise d’hypothèques à taux variables, a noté mardi la sous-gouverneure de la Banque du Canada, Carolyn Rogers. S’exprimant lors d’un discours destiné au groupe Jeunes Canadiens en finance, à Ottawa, la première sous-gouverneure a précisé que la proportion de ménages détenant une hypothèque à taux variable avait augmenté au cours de la dernière année. Selon une nouvelle recherche de la banque centrale, les hypothèques à taux variable représentent désormais environ le tiers de l’ensemble de la dette hypothécaire au pays, comparativement à environ le cinquième du total à la fin de 2019. Mme Rogers a ajouté que les risques entourant la stabilité financière du Canada étaient élevés en raison des hauts niveaux d’endettement des ménages et de la hausse des taux d’intérêt.

— La Presse Canadienne

Mauvais salaires

Des fournisseurs de Canadian Tire montrés du doigt

Des groupes syndicaux canadiens ont porté plainte auprès d’un organisme de surveillance fédéral, affirmant que Canadian Tire n’avait pas veillé à ce que les travailleurs de ses usines de fournisseurs sud-asiatiques reçoivent un salaire décent. Le Congrès du travail du Canada et le Syndicat des Métallos ont déposé lundi la plainte auprès de l’Ombudsman canadien de la responsabilité des entreprises. Ils allèguent que les travailleurs des usines de confection bangladaises qui fournissent à l’Équipeur, une filiale de Canadian Tire, des vêtements vendus sous des marques telles que Wind River, Denver Hayes, Dakota et Helly Hansen, reçoivent des salaires de misère. Canadian Tire assure qu’elle veille à ce que ses fournisseurs respectent toutes les lois locales, incluant la rémunération.

— La Presse Canadienne

Les ventes des détaillants canadiens ont reculé de 0,5 % en septembre

Les ventes des détaillants canadiens ont diminué de 0,5 %, à 61,1 milliards, en septembre, en raison d’une baisse observée dans les stations-service et les magasins d’alimentation, a indiqué mardi Statistique Canada. L’estimation préliminaire pour octobre évoquait une croissance de 1,5 % des ventes, a précisé l’agence fédérale, tout en prévenant que cette donnée était provisoire et qu’elle ferait l’objet d’une révision. Pour septembre, les ventes des stations-service ont diminué de 2,4 % à cause d’une baisse des prix, tandis que les ventes chez les concessionnaires d’automobiles et de leurs pièces sont restées essentiellement inchangées. Les ventes au détail de base – qui excluent les ventes d’essence dans les stations-service et celles des concessionnaires d’automobiles et de leurs pièces – ont diminué de 0,4 % en septembre.

— La Presse Canadienne

Services financiers

Girard veut annualiser la mise à jour des lois

Le ministre des Finances, Eric Girard, veut accélérer et annualiser la mise à jour de la législation québécoise sur les services financiers afin qu’elle soit mieux adaptée à l’évolution rapide de ce secteur.

« Nous sommes responsables de neuf lois touchant les services financiers au Québec. Or, alors qu’il y a chaque année un [projet de loi] omnibus en matière budgétaire, et autre au niveau fiscal, il en faudrait un aussi pour le secteur financier. C’est-à-dire qu’on devrait nettoyer nos lois chaque année, les mettre à jour et les adapter à l’évolution [du secteur financier], ce qui n’a pas été fait récemment », a indiqué le ministre Girard devant les 400 participants du « Rendez-vous 2022 » organisé par l’Autorité des marchés financiers (AMF) mardi au Palais des congrès de Montréal.

« Dans notre cas, on a fait un omnibus financier en quatre ans. Et là, ce à quoi je m’engage, c’est d’essayer d’en faire au moins un par année afin de garder nos lois à jour et de mieux suivre l’évolution de ce qui se passe dans le secteur financier, a indiqué le ministre des Finances.

« Pour ce qui est des changements à faire, je m’attends à ce qu’ils viennent de vous. Vous êtes les spécialistes alors que pour moi, mon rôle, c’est que les changements proposés soient compris, mais sans toujours faire consensus. Il y a des parties prenantes et des groupes d’intérêt qui ne sont pas toujours contents des changements que l’on fait. Je vous promets d’avoir le courage de faire ces changements, mais c’est à vous de nous dire ce qui est important. »

« Excellent ! », a réagi le PDG de l’AMF, Louis Morisset, aux propos du ministre Girard. « Je pense que c’est un engagement qui est porteur et je peux vous dire qu’on a une longue liste de suggestions et d’améliorations pour rattraper le retard qui s’est pris depuis quelques années. »

— Martin Vallières, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.