Lewis Hamilton

Une première victoire depuis 2021

Silverstone, Angleterre — Après deux ans et demi de galères, le septuple champion du monde Lewis Hamilton (Mercedes) a renoué avec la victoire en Formule 1, dimanche, dans son jardin de Silverstone, où il a été écrasé par l’émotion devant des fans en délire.

Le pilote de 39 ans, en larmes dans sa monoplace après avoir passé le drapeau à damiers, aura donc dû attendre 57 courses pour décrocher la 104e victoire de sa carrière et retrouver la plus haute marche du podium, où il n’était plus monté depuis 945 jours et le Grand Prix d’Arabie saoudite du 5 décembre 2021, à Jeddah.

Et pour le Britannique, qui rejoindra Ferrari l’an prochain après 12 saisons chez Mercedes, il n’y avait pas de plus bel endroit pour le faire que son circuit fétiche de Silverstone, où il a signé une neuvième victoire record (2008, 2014, 2015, 2016, 2017, 2019, 2020, 2021, 2024).

Ce succès sur l’un des tracés les plus légendaires du calendrier, obtenu 16 ans après son premier, lui a aussi permis d’enregistrer un ahurissant 13e podium consécutif devant ses supporteurs, un 15e au total sur les 19 Grands Prix qu’il y a disputés.

« Je ne veux pas comparer cette victoire avec les autres, car j’ai vécu tellement de moments magnifiques… Mais gagner à domicile et après 945 jours d’attente rend cette victoire vraiment spéciale, et peut-être encore plus spéciale que toutes les autres », a déclaré le vainqueur.

Hamilton en larmes

Hamilton, qui s’était élancé en deuxième position derrière son équipier et compatriote George Russell, vainqueur le week-end précédent en Autriche, mais contraint à l’abandon dimanche en raison d’un problème hydraulique, a réalisé une course presque parfaite en collaboration avec son équipe pour prendre le meilleur sur son compatriote Lando Norris (McLaren) et sur le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull), qui a fini deuxième et reste largement en tête du championnat.

Juste après avoir passé la ligne alors que les gradins rugissaient de plaisir, le Britannique a fondu en larmes dans son casque, peinant à s’exprimer sur sa radio tellement il était submergé par l’émotion.

Il a également mis plusieurs minutes à sortir de sa monoplace, se tenant la tête à deux mains, avant d’aller sauter dans les bras des membres de son équipe et de donner deux longues et émouvantes accolades à sa mère, puis à son père.

« J’étais très ému parce que ça faisait si longtemps que je n’avais pas gagné, et on a eu des moments si difficiles ces deux dernières années », a expliqué Hamilton.

« En sachant l’énorme travail fourni par toute l’équipe, l’émotion cette année après l’annonce de mon départ, c’est le plus grand honneur possible pour moi de gagner ici devant mes fans et d’entendre l’hymne sur la plus haute marche du podium. »

— Lewis Hamilton

Cette deuxième victoire en huit jours de Mercedes a confirmé le retour au premier plan des Flèches d’argent, qui n’avaient pas gagné depuis plus d’un an et demi et sont désormais revenues sur les talons de McLaren et de Red Bull, dépassant des Ferrari en perte de vitesse depuis un mois.

La Scuderia a en effet encore connu un week-end compliqué, même si l’Espagnol Carlos Sainz a pris la cinquième place dimanche. Le Monégasque Charles Leclerc a en revanche fini à une piteuse 14e place après plusieurs mauvais choix durant la course.

Stroll septième

Le Québécois Lance Stroll a terminé septième avec Aston Martin. Il s’agit de son meilleur résultat depuis qu’il a conclu le Grand Prix du Canada à la même position.

Stroll a notamment pris les décisions pour les changements de gommes au bon moment lorsque la pluie s’est mêlée de la partie. Son coéquipier Fernando Alonso a conclu l’épreuve en huitième place.

« C’était une course compliquée, mais on a bien géré les choses pour obtenir pas mal de points pour l’équipe », a déclaré Stroll, selon un communiqué d’Aston Martin.

« C’est toujours un défi de juger du bon moment pour passer des pneus lisses à ceux intermédiaires – vous ne voulez pas attendre trop longtemps et vous retrouver dans les barrières –, mais je crois qu’on a pris les bonnes décisions aujourd’hui. »

Après trois courses en trois semaines, le paddock pourra souffler le week-end prochain avant de prendre la direction de Budapest pour le Grand Prix de Hongrie, prévu du 19 au 21 juillet.

— Avec l’Associated Press

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.