Sécurité mondiale

« Une rhétorique dangereuse fait monter les tensions nucléaires. »

— Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, lors d’une rencontre internationale au Maroc consacrée au « dialogue des civilisations », a souligné que les divisions croissantes entre les pays occidentaux et Moscou menacent la paix et la sécurité mondiales. (AFP)

Grèce

500 migrants sauvés en mer, Athènes appelle à la « solidarité »

Environ 500 migrants ont été secourus en mer au large de la Crète, poussant Athènes à lancer un appel à la « solidarité » européenne pour leur prise en charge. Ces personnes « ont été débarquées, nous sommes toujours en train de les compter », a indiqué une porte-parole des garde-côtes grecs. Le ministre des Migrations et de l’Asile, Notis Mitarachi, évoquait « environ 500 » personnes à bord de cette embarcation en très mauvais état et surchargée. Aucune information officielle n’était disponible jusqu’ici concernant la nationalité des personnes secourues. Selon la chaîne publique grecque ERT, elles viennent de Syrie et d’Égypte et comptent une centaine d’enfants, qui ont été débarqués en premier. Les Vingt-Sept, qui s’affrontent sur le dossier migratoire, doivent se réunir le 25 novembre sur cette épineuse question après la crise franco-italienne sur l’accueil d’un autre bateau de migrants, l’Ocean Viking.

— Agence France-Presse

Burkina Faso

Au moins 14 morts lors de deux attaques dans le Nord

Au moins quatorze personnes, dont huit supplétifs civils de l’armée, ont été tuées lundi lors de deux attaques distinctes de groupes djihadistes dans le nord du Burkina Faso, selon des sources sécuritaires et locales. Plusieurs autres éléments ont également été blessés lors de cette attaque. Un responsable local des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), supplétifs civils de l’armée, joint à Kaya, a confirmé l’attaque, évoquant de son côté un bilan de « 7 morts, 10 blessés et d’importants dégâts matériels ». Ces attaques djihadistes se sont multipliées ces derniers mois, essentiellement dans le nord et l’est du pays. Investi le 21 octobre président de la transition par le Conseil constitutionnel, le capitaine Ibrahim Traoré, auteur d’un coup d’État militaire le 30 septembre contre le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, s’est donné pour objectif « la reconquête du territoire occupé par ces hordes de terroristes » en lançant le recrutement de 50 000 VDP pour « renforcer les rangs de l’armée ».

— Agence France-Presse

Espagne

Alerte sécheresse et restrictions d’eau à Barcelone

Après des mois de faibles précipitations, Barcelone va être placée pour la première fois depuis 2008 en alerte sécheresse, ce qui implique des restrictions d’eau, ont annoncé mardi les autorités. « Le manque de pluie depuis des mois nous oblige à prendre de nouvelles décisions afin de minimiser les conséquences de cette sécheresse », a déclaré la porte-parole du gouvernement régional catalan, Patricia Plaja. Cette alerte sécheresse implique des restrictions d’eau pour les agriculteurs, les éleveurs ou les industriels. Il est aussi interdit de remplir sa piscine, par exemple, mais il n’y a aucun rationnement pour l’usage domestique. L’Espagne vient de connaître son mois d’octobre le plus chaud depuis le début des relevés officiels en 1961, après un été marqué par des vagues de chaleur à répétition et des incendies dévastateurs. Sur la période de janvier à octobre, 2022 est par ailleurs la quatrième année la plus sèche depuis le début des relevés.

— Agence France-Presse

Chine

Pékin empêtré dans sa politique zéro COVID-19

Mégalopoles confinées, restaurants et écoles fermés à Pékin : après avoir semblé lâcher du lest, les autorités chinoises repartent de plus belle dans leur politique zéro COVID-19, malgré ses effets dévastateurs pour l’économie. Le 11 novembre, le gouvernement avait dévoilé une série d’assouplissements, mais le confinement et les tests PCR à grande échelle ont repris, le nombre de cas ayant explosé ces derniers jours, s’approchant des 30 000 – un chiffre minime par rapport à la population chinoise (1,4 milliard) et à ceux enregistrés dans d’autres grands pays, mais qui frôle le record atteint au printemps. Dans la population, l’agacement se fait sentir. Récemment, des centaines d’habitants à Canton ont affronté les forces de l’ordre après la prolongation d’un confinement. À la mi-août, seuls 85 % des habitants de plus de 60 ans avaient reçu deux doses d’un vaccin chinois. Aucun des vaccins à ARN – réputés plus efficaces – n’a encore été approuvé par les autorités.

— Agence France-Presse

Syrie

Nouvelles frappes turques, menaces d’opération terrestre

La Turquie a frappé mardi plusieurs objectifs en Syrie après de nouvelles menaces du président Recep Tayyip Erdogan de lancer « bientôt » une opération terrestre contre les combattants kurdes dans le nord du pays. L’aviation turque a lancé dimanche l’opération « Griffe Épée », une série de raids aériens contre 89 positions du PKK et des YPG dans le nord de l’Irak et de la Syrie, qui ont fait près d’une quarantaine de morts en Syrie, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Mardi soir, des bombardements de l’artillerie turque se poursuivaient sur la ville de Kobané, dans le nord de la Syrie, bastion des YPG repris en 2015 au groupe armé État islamique avec le soutien occidental. Dans la journée, de nouvelles frappes de drones turcs ont visé une base conjointe des forces kurdes et de la coalition internationale antidjihadiste, au nord de Hassaké, faisant deux morts, selon les forces kurdes et l’OSDH. Cinq civils, dont un enfant, ont péri à Aazaz, dans la province d’Alep, et trois soldats syriens sont morts et plusieurs autres ont été blessés dans le bombardement de la base aérienne de Menagh.

— Agence France-Presse

Guerre en Ukraine

La Crimée frappée par une attaque de drones

Moscou — La stratégique péninsule ukrainienne de Crimée, sous contrôle de la Russie qui y base sa flotte de la mer Noire, a été visée mardi par une attaque de drones. Les forces russes sur place sont « en alerte ».

La stratégique péninsule ukrainienne de Crimée, sous contrôle de la Russie qui y base sa flotte de la mer Noire, a été visée mardi par une attaque de drones.

« Il y a une attaque avec des drones », a déclaré sur Telegram le gouverneur installé par Moscou de la région administrative de Sébastopol en Crimée, Mikhaïl Razvojaïev. « Nos forces de défense aérienne sont en action en ce moment même », a-t-il ajouté, appelant les habitants à « rester calmes ».

Selon M. Razvojaïev, qui n’a pas fait état de victimes, aucune infrastructure civile n’a été endommagée.

Il a indiqué que la défense antiaérienne avait abattu deux drones près de la centrale électrique de Balaklava, qui a déjà subi des attaques par le passé.

Le gouverneur de la région avait déclaré la semaine dernière que les autorités renforçaient leurs positions sur la péninsule, alors que les forces de Kyiv récupèrent des territoires dans la région voisine de Kherson.

Mikolaïv presque « libre »

Ailleurs sur le front, Ukrainiens et Russes s’affrontaient mardi sur la pointe de Kinbourne, bout de terre niché à la pointe de la rive gauche du Dniepr dans le sud de l’Ukraine, au sud de Mikolaïv, selon les autorités ukrainiennes.

« Il nous reste trois localités [à reprendre] sur la péninsule de Kinbourne » avant de libérer entièrement la région de Mikolaïv, a affirmé le gouverneur régional, Vitali Kim.

La prise par l’armée ukrainienne des trois derniers villages de la région de Mikolaïv aux mains des Russes marquerait une nouvelle victoire importante pour Kyiv, quelques jours après avoir chassé les troupes de Moscou de Kherson, principale ville ukrainienne occupée jusque-là, après une contre-offensive de deux mois. La Russie avait conquis cette zone dans les premiers jours de son invasion.

Trois morts en Russie

En Russie, des explosions ont tué trois personnes dans la région de Belgorod, frontalière de l’Ukraine, a annoncé mardi le gouverneur de ce territoire régulièrement frappé par des tirs attribués à l’armée ukrainienne et où des fortifications sont en construction.

Sur Telegram, le gouverneur Viatcheslav Gladkov a indiqué qu’une femme était morte après un bombardement à Chebekino, ville située à huit kilomètres de l’Ukraine.

Selon la même source, deux personnes ont péri dans l’explosion « d’une munition d’un type non identifié » dans le village de Starosselié, également frontalier de l’Ukraine.

La capitale régionale, également nommée Belgorod, a déjà été touchée directement à plusieurs reprises. 

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.