L’édito vous répond

Qui meurt de la COVID-19 ?

« Qui meurt de la COVID-19 ? »

— Roland Archambault, Laval

Ceux qui pensent que la pandémie de COVID-19 est terminée sont dans le champ : pour chaque mois de l’année, il y a eu au Québec plus de décès liés à la COVID-19 en 2022 qu’en 2021. Et c’est particulièrement vrai cet été, avec la septième vague.

Juillet n’est pas encore terminé qu’on compte déjà 265 décès ce mois-ci (en date du 26), alors qu’il n’y en avait eu que 15 en juillet 2021, le mois le moins mortel de la pandémie. Quant au mois de juin, il a aussi été beaucoup plus mortel en 2022 (116 décès) qu’en 2021 (64 décès).

Qui meurt de la COVID-19 depuis le début de la pandémie ? Voici le portrait-robot d’un Québécois mort de la COVID-19 : un homme de 83 ans, mort en CHSLD ou à l’hôpital.

L’âge moyen des personnes mortes de la COVID-19 depuis le début de la pandémie est de 83 ans. De mars 2021 à décembre 2021, l’âge moyen a diminué de façon notable, s’établissant à 76-77 ans durant les troisième et quatrième vagues.

En date du 26 juillet, 15 889 Québécois étaient morts en raison de la COVID-19 depuis le début de la pandémie, soit un taux de mortalité de 185 décès par tranche de 100 000 personnes. Les hommes ont un taux de mortalité plus élevé que les femmes.

En guise de comparaison, les États-Unis ont un taux de mortalité de 305 décès par tranche de 100 000 personnes, le Royaume-Uni, 272, la France, 225, le Canada, 112, l’Australie, 44, et le Japon, 26, selon les données de OurWorldinData/Université d’Oxford.

De façon générale, plus une personne est âgée, plus le risque est grand qu’elle meure de la COVID-19.

Les 80 ans et plus représentent 5 % de la population québécoise, mais 69 % des décès liés à la COVID-19 et 36 % des hospitalisations liées à la COVID-19.

Depuis le début de la pandémie, 41 % des décès liés à la COVID-19 ont eu lieu à l’hôpital ou en CHSLD, 20 % en résidence privée pour aînés, 5 % dans des ressources intermédiaires (milieux de vie pour les personnes semi-autonomes ou en perte d’autonomie), alors que 34 % des décès ont eu lieu à domicile (ce chiffre inclut les lieux de décès inconnus).

Attention, même si 89 % des décès COVID ont eu lieu chez les 70 ans et plus (pour la sixième vague seulement, c’est 88 % des décès), la COVID-19 reste dangereuse pour tous les groupes d’âge, notamment en raison des risques d’hospitalisation et des conséquences potentielles d’une COVID longue. Au Royaume-Uni, entre 4 % et 5 % de la population a au moins un symptôme de COVID longue plus de trois mois après son infection.

Les risques d’hospitalisation sont aussi bien réels. À titre d’exemple, les moins de 40 ans représentent 14 % des hospitalisations liées à la COVID-19 depuis le début de la pandémie, et les moins de 60 ans, 28 %.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.